Rencontre Ouellet-Pétrolia : pas encore de solution à Gaspé

Par Geneviève Gélinas, journaliste, graffici.ca
La foreuse de Pétrolia restera inactive jusqu’à ce que les discussions se poursuivent la semaine prochaine.

La foreuse de Pétrolia restera inactive jusqu’à ce que les discussions se poursuivent la semaine prochaine. Photo : Geneviève Gélinas

La rencontre entre Pétrolia et la ministre des Ressources naturelles, Martine Ouellet, n’a pas permis de dénouer l’impasse vendredi à Québec. 

Le forage d’Haldimand n° 4 demeure suspendu jusqu’à la poursuite des discussions la semaine prochaine entre Québec, la firme et la Ville de Gaspé, dont le règlement sur l’eau potable empêche Pétrolia de forer.

La ministre n’a pas l’intention de forcer la main de l’une ou l’autre partie mais veut plutôt agir «en accompagnement», a-t-elle déclaré à la sortie de la rencontre. «On veut voir ce que Pétrolia peut faire au niveau de ses travaux, quels moyens on pourrait donner au maire [de Gaspé] pour qu’il soit plus sécurisé concernant ce forage.»

La ministre Ouellet n’est pas allée aussi loin que son collègue de l’Environnement, Yves-François Blanchet, qui a reconnu la «légitimité» du règlement de Gaspé. «J’attends des avis juridiques», a-t-elle dit.

«Préjugé favorable»

Mme Ouellet a un «préjugé favorable» pour l’exploitation du pétrole québécois, «mais il faut que ça se fasse de façon responsable». L’achat de pétrole hors Québec représente la moitié du déficit commercial de la province, qui s’élève à 12 milliards de dollars, a-t-elle ajouté.

Municipalités : du pouvoir sur les mines, mais…

Par ailleurs, Mme Ouellet est prête à laisser les municipalités décréter des zones où les activités minières sont interdites. Cet aspect pourrait faire partie du projet de loi sur les mines qu’elle déposera au début de la prochaine session parlementaire, en février.

Toutefois, la ministre ne s’est pas engagée à ce que les municipalités aient ce même pouvoir dans le cas d’exploration des hydrocarbures. Le pétrole et le gaz feront l’objet d’un projet de loi spécifique, qui attendra après celui sur les mines.

Rencontre «constructive» selon Pétrolia

Le président de Pétrolia, André Proulx a qualifié la rencontre avec la ministre de «constructive». Mais le dossier «n’est pas réglé» et «a un impact financier important sur l’entreprise», a-t-il ajouté. Cet impact s’étend «à l’ensemble du Québec et à la Gaspésie, qui mise beaucoup sur le développement pétrolier pour se sortir des problèmes économiques», a-t-il affirmé.

«Je reçois des pressions importantes des gens du milieu qui veulent que Pétrolia reste à Gaspé pour développer son projet», affirme M. Proulx. 

À lire aussi

Règlement sur l’eau potable : la CRÉGÎM appuie Gaspé

Règlement sur l’eau potable : «nécessaire», dit le ministre

Pétrolia menace de quitter Gaspé

Pétrolia à Gaspé : trois ministres se pencheront sur le dossier

Protection de l’eau: des citoyens saluent la position de Gaspé

Exploration pétrolière : la pression monte d'un cran à Gaspé

Haldimand no° 4 : la Ville de Gaspé joue sa dernière carte

20 commentaires

D. Bouchard a écrit le 23 janvier 2013

Peu importe que l'on soit pour ou contre, vert bleu rouge, la façon de faire des autorités municipales et régionales (CREGIM) envoie un très mauvais signal aux possibles investisseurs en Gaspésie. À ce que je sache, on dépense plusieurs milliers de dollars en promotion industrielle, CRE, CLD, SADC etc...pour inciter des entreprises à venir investir et créer des emplois. Le chantier ferme à Gaspé, c'est confirmé et on va avoir besoin de beaucoup de salive pour expliquer que c'était normal d'empêcher un industriel de faire son travail, la veille qu'il doit débuter, alors que son personnel et la machinerie sont en place. L'entrepreneur possède des permis en bonne et dû forme depuis 7 mois.

Joseph Leblanc a écrit le 23 janvier 2013

Pis des nouvelles de la souris verte ?

Albert Picard a écrit le 22 janvier 2013

Monsieur Paul Pontbriand (en passant merci de vous identifier) vous dites que les État-Unis est un pays riche? Vraiment? Son énorme déficit doit venir de la planète Mars et sa dette gargantuesque de la planète Uranus...Vous dites un pays qui prône la libre entreprise? Vraiment? Votre langue a dû fourcher. Vous pensiez peut-être dire un pays où la libre entreprise est subventionnée jusqu'aux oreilles, comme, par exemple, les banques, les industries d'armement, et les industries pétrolières...

Paul Pontbriand a écrit le 22 janvier 2013

M. Michel Denis, on voit que vous penchez plus du côté vert que économique, vous n'y comprenez strictement rien, dire qu'une entreprise enrichie seulement ses actionnaire, vous êtes vraiment peu connaissant, ou vous voulez qu'on voit votre jupon dépasser, non ? Vous voulez parler d'économie alors que Pétrolia explique à la ministre Ouellet comment il vont forer sécuritairement ??????????????????????????? Je ne promeut pas la politique américaine, mais pour établir ici un comparable, expiquez-moi comment les État-Unis ont peu devenir aussi riche. Surement pas en imposant 50% des gains aux entreprises et citoyens, c'est plus en promulgant la libre entreprise, non ????

Michel Denis a écrit le 22 janvier 2013

Merci M. Pelletier, j'ai pris connaissance de l'article suggéré et cela conforte ma position ma clarté d'esprit réitère ma proposition ,vous devriez changer de nom vous et tous les libertariens du court terme pour Pelleteur de nuage!

Philippe Pelletier a écrit le 22 janvier 2013

@ M. Pelletier: Avec les dispositions actuelles: Un privé qui exploite des ressources publiques= $$ dans ses poches à lui. Si on exige un minimum de redevances= une collectivité qui reçoit de l'argent pour se développer. Me semble que c'est pas dur à comprendre. Si tu n'a pas d'intérêt dans Pétrolia, t'es juste content de regarder quelques individus s'enrichir sous ton nez. Prochaine étape: Privatiser Hydro-Québec? Pour qu'enfin l'État cesse d'avoir des revenus? Si on prend des risques collectivement, on devrait pas avoir en retirer un bénéfice collectivement? C'est pas du communisme, c'est un minimum de respect mutuel, pis de logique de base.

Maxim Chartrand a écrit le 21 janvier 2013

Bravo M. Roy pour votre commentaire.

Michel Denis a écrit le 21 janvier 2013

Mon cher Pelletier, d'abord je n'ai rien contre l'argent mais j'abonde plus dans le sens de M. Roy . Et si vous pouviez me faire la preuve que pétrolia va m'enrichir personnellement,je jure que je me range derrière vous mais comme il est utopique de croire que le projet de pétrolia soit rentabble pour la communauté, je vous suggère de changer votre nom Pelletier pour Pelleteur,pelleteur de nuage car vous êtes tellement loin là-bas à droite que toute ce que vous pouvez voir de votre aveuglement volontaire ce sont des nuages à l'horizon rien de très créatifs et prometteurs pour l'avenir économique.

Michel Roy a écrit le 21 janvier 2013

¨Ca fait un boutt que je check les nouvelle sur se site puis je me demande tout le temps quelques choses : Martin Pelletier es-tu payé par Petrolia ou es-tu engagé par Harper pour promouvoir la pensée et l'idéologie des conservateur? Des Mr. "Je-sais-tout" et "tout le monde connait rien à part moi", on embarque pu là-dedans en Gaspésie. On peut-tu se développer en NOUS respectant comme population? On peut-tu se développé en pensant à faire attention au générations futur? On peut-tu se développé sans maganer nos autre secteurs de dévelppement économique (pêche, tourisme..... etc....)? Ça doit pouvoir se faire, ça..... Pis merci M. Poirier pour vos commentaire qui montre enfin du GROS BON SENS! Je pense pareil comme vous! Merci!

Marianne Papillon a écrit le 21 janvier 2013

Dans ce débat local, l'enjeu majeur est la protection de l'eau potable, un combat légitime et souhaitable. N'oublions pas un autre enjeu capital, porteur lui aussi d'une vision gagnante à long terme : la réduction de notre dépendance aux hydrocarbures. Voilà où investir et développer pour rétablir la balance commerciale du Québec à long terme. http://www.reseauiq.qc.ca/fr/reseau/president/deficit_commercial.html

Joseph Leblanc a écrit le 21 janvier 2013

Ouin ça fais mal de voir votre manière de fonctionné dévoilé Hein les verts.Continue Pelletier un jour la Gaspésie sera prospère et ce sera grace a des hommes comme quoi BRAVO !BRAVO !

Joseph Leblanc a écrit le 21 janvier 2013

Ouin ça fais mal de voir votre manière de fonctionné dévoilé Hein les verts.Continue Pelletier un jour la Gaspésie sera prospère et ce sera grace a des hommes comme toi BRAVO !BRAVO !

Michel Denis a écrit le 21 janvier 2013

Cou-donc Pelletier as-tu des intérêts dans Petrolia,travails-tu pour eux? À faire de l'aveuglement volontairecomme tu fais et à tirer à bout portant sur tout ce qui évoque le GROS BON SENS , on croirais qu'ils t'engagent pour occuper les espaces de discussions avec ta démagogie pro-déshumanisante! Comme çà été suggéré donnes donc ton adresse qu'ils fourrent ta qualités de vie pis qu'ils minent ta santé!

Laurent Juneau a écrit le 20 janvier 2013

Très désolant , voir déprimant, de voir les commentaires de M. Ouellet . Insultant de se faire redire l'argumentation du Parti Libéral d'avant les dernières élections : se cacher devant l'argumentaire des "permis valides" et " déjà octroyés" sous le couvert de quelle loi déjà ? Ah oui ! : LA LOI DES MINES de 1880 ! Tout un exploit de nous dire cela en pleine face : honte aux ministères concernés ! Réveillez-vous : il faut TOUT STOPPER TANT ET AUSSI LONGTEMPS que l'on a pas une loi des hydrocarbures adaptée à la réalité d'aujourd'hui, que ce soit pour des forages conventionnels ou pas . Simplement une question de GROS BON SENS, par PRINCIPE DE PRÉCAUTION ( qui fait partie de la politique du Développement Durable du MDDEP pourtant . Contez-vous chanceux : la Ville de Gaspé ne va pas aussi loin que mes propos . Après s'être prononcée POUR l'exploitation pétrolière, la Ville veut SIMPLEMENT protéger les nappes phréatiques dans un rayon de 2 à 10 km, selon le cas . 85 % du territoire Gaspésien, ce n'est pas suffisant ??? Une autre compagnie pétrolière, JUNEX, semble pourtant avoir compris , elle : elle s'est retirée du projet Haldimand et fore en dehors du périmètre de la Ville et ne fait aucune menace aux gens de Gaspé ...

Gaston Poirier a écrit le 20 janvier 2013

Là, là, mon Pelletier, tu vas arrêter de me traiter d'enverdeur. Moi, chu juste quelqu'un qui pense au gros bon sens. Je dis pas non à toute : d'ailleurs, je dis oui au pétrole. Je dis juste que ça n'a pas de maudit bon sens de forer à côté des maisons. Pis chu pas tout seul à penser ça à part de tça! Si y avait juste des "enverdeurs", on n.avancerait pas. Si y avait juste des gars comme Pelletier, on avancerait trop vite pis tout croche. Moi, chu dans le milieu, pis je pense au monde : pas juste aux actionnaires pis pas juste aux plantes vertes non plus. Le gros bon sens. Pis à Haldimand 4, si la compagnie avait usé de gros bon sens, je chiâlerais pas. D'ailleurs, Pelletier, comme ça te dérange pas d'avoir une foreuse dans ta cours, donnee don ton adresse à Pétrolia pour qu'ils te donne une couple de mille piasses pis qu'y fore dans ta cours! Toute la Gaspésie est claimée par des pétrolières : y a du pétrole partout! Donc, je le dis bien amicalement : Pétrolia, tassez-vous d'au milieu du monde : allez forer plus loin, soit dans le milieu du bois (lire toute la Gaspésie excepté son pourtour habité), soit allez forer chez Pelletier et ses amis de la droite conservatrice, les seuls à approuver inconditionnellement de telles actions. Marci, bonsoir!

Gaston Poirier a écrit le 20 janvier 2013

Vraiment, M. Pelletier aurait besoin d'un cours 101 sur l'acceptabilité sociale... Au même titre que les gaz des schistes, le projet Rabaska, le projet Old Harry ou certains projets dans l'éolien (Estrie/Montérégie en particulier), des dizaines, voire des centaines, voire des milliers de citoyens se mobilisent pour dire qu'ils sont contre ces projets. À Gaspé, même les sondages de Pétrolia montrent que la population est divisée presqu'à 50-50 sur cette question (et c'est Pétrolia qui contrôlait la question du sondage, là!). L'acceptabilité SOCIALE n'est pas uniquement l'acceptabilité des quelques citoyens qui vivent collés sur le projet (et qui rçoivent bien souvent des indemnités financières afin de se taire et se terrer), mais plutôt de l'ensemble de la société entourant un si vaste projet. Qu'importe, vu les mobilisations qu'entraîne ce projet, il doit être revu pour être accepté par la population, sinon ce sera un échec. Et on ne veut pas d'échec : on veut réussir, pour le bien commun!

Michel Denis a écrit le 19 janvier 2013

Fait simple la Martine! Si elle veut qu'on diminu nos importations de gas il faut surtout s'attaquer à l'urbanisme qui évache nos ville et nous tiennetn esclave de nos fauteil-roulants de voiture,il faut ratrapper aussi le retard sur la suède et exploiter les algues ,la Gaspésie devrait un leader sur cette voie,méthaniser les fermes,les étangs d'épurations,les dépotoires en voulez-vous des sources d'énergies en v'la . Mais surtout l'évachement des villes comptes pour une grande plaie dans le porte-feuille déficitaire du Kébek.

Gaston Poirier a écrit le 18 janvier 2013

La solution est pourtant simple... Le projet doit rencontrer des normes d'acceptabilité sociale. Y a pas une population sensée sur terre qui endurerait une foreuse à côté de sa maison, et le Gaspésiens sont pas plus fous que les autres. La solution : que Pétrolia se tasse un peu plus loin du monde pour faire ses trous. Pétrolia nous dit qu'y a du pétrole partout en Gaspésie : qu'ils arrêtent de s'entêter à forer à côté des maison pis qu'y s'éloignent un peu. Le projet sera alors mieux accepté socialement et sera une réussite pour le maximum de gens. Cela n'ira peut-être pas assez loin pour les environnementalistes verts foncés, mais ce serait un maufdit beau pas en avant pour bien du monde, et ce serait une formule gagnant-gagnant.

Gaston Poirier a écrit le 18 janvier 2013

La solution est pourtant simple... Le projet doit rencontrer des normes d'acceptabilité sociale. Y a pas une population sensée sur terre qui endurerait une foreuse à côté de sa maison, et le Gaspésiens sont pas plus fous que les autres. La solution : que Pétrolia se tasse un peu plus loin du monde pour faire ses trous. Pétrolia nous dit qu'y a du pétrole partout en Gaspésie : qu'ils arrêtent de s'entêter à forer à côté des maison pis qu'y s'éloignent un peu. Le projet sera alors mieux accepté socialement et sera une réussite pour le maximum de gens. Cela n'ira peut-être pas assez loin pour les environnementalistes verts foncés, mais ce serait un maufdit beau pas en avant pour bien du monde, et ce serait une formule gagnant-gagnant.

Joseph Leblanc a écrit le 18 janvier 2013

Je pense que Martine est sqeezzée Elle est rendue favorable a l'exploitation du pétrole .Non mais avez vous voter pour ça les verts ?

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.