Transport

Rencontre entre le RéGÎM et Orléans Express

Par Nelson Sergerie, journaliste, graffici.ca
Le RéGÎM et Orléans Express se retrouveront autour d'une même table le 17 février prochain pour parler d'un éventuel partenariat.

Le RéGÎM et Orléans Express se retrouveront autour d'une même table le 17 février prochain pour parler d'un éventuel partenariat. Photo : Nelson Sergerie

GASPÉ – La Régie intermunicipale de transport Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine (RéGÎM) et Orléans Express se retrouveront autour d'une même table le 17 février prochain pour explorer une éventuelle collaboration entre les deux organisations.

« Si on peut établir des partenariats entre le transport collectif et Orléans Express pour mieux desservir nos clientèles afin de maintenir un niveau de prestation dans notre région, pourquoi pas! », lance le président du RéGÎM, Jonathan Lapierre.

Orléans Express a déjà fait part de ses difficultés à desservir certains secteurs de la région. Le transporteur a tenté à trois reprises d'abolir les départs entre Rimouski et Sainte-Anne-des-Monts, en fin de soirée et tôt le matin.

« Le réseau de transport collectif avait été mis au fait de la situation. On a offert notre collaboration à Orléans Express. On verra à la suite de cette rencontre de quelle façon on peut répondre aux attentes du RéGÎM et d'Orléans Express », dit M. Lapierre.

Pour l'instant, le RéGÎM va prendre connaissance des conditions d'exploitation d'Orléans Express.

« Par la suite, on regardera quelle est la solution la plus avantageuse pour nous et la région », précise M. Lapierre.

La CRÉGÎM interpellée

M. Lapierre, qui est aussi vice-président de la Conférence régionale des élus Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, est interpellé par les propos des chauffeurs d'autocars qui craignent une diminution des services d'Orléans Express.

L'entreprise revoit l'ensemble de ses opérations après avoir perdu près de cinq millions de dollars en 2013.

« Quand on parle de diminution de prestation de services dans la région, c'est inquiétant », dit M. Lapierre.

Il souligne qu'il sera à l'écoute des préoccupations de l'entreprise « pour tenter d'éviter des coupures ou comment on peut faire autrement pour arriver aux mêmes fins ».

La CRÉGÎM veut aussi discuter avec eux dans la recherche de solutions.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.