Règlement sur l’eau potable : Marois attendrait l’appel

Par Geneviève Gélinas, journaliste, graffici.ca
“Les sons de cloche qu’on avait, c’est que le règlement serait adopté à très court terme après la période électorale”, rapporte le maire Daniel Côté.

“Les sons de cloche qu’on avait, c’est que le règlement serait adopté à très court terme après la période électorale”, rapporte le maire Daniel Côté. Photo : Geneviève Gélinas

GASPÉ – Le maire de Gaspé se dit surpris des déclarations de Pauline Marois, qui attendrait le jugement de la Cour d’appel sur le litige entre Pétrolia et Gaspé avant d’adopter un règlement provincial sur l’eau potable.

« Nous allons attendre que l’appel soit entendu », a déclaré la première ministre en entrevue mercredi à Radio-Gaspésie. Le contenu du jugement permettrait à Québec d’ajuster son règlement, a-t-elle expliqué.

« C’est surprenant, a réagi le maire de Gaspé, Daniel Côté. Les sons de cloche qu’on avait, c’est que le règlement serait adopté à très court terme après la période électorale. » Une procédure d’appel prend au minimum plusieurs mois, et parfois d’un à deux ans, indique le maire.

M. Côté réclame toujours l’adoption rapide d’un règlement provincial, qui remplacerait le règlement municipal de Gaspé sur l’eau potable. « Mais si le gouvernement souhaite reconnaître cette compétence [aux municipalités], qu’il nous le dise clairement et qu’il nous donne les moyens techniques et financiers pour le faire », ajoute-t-il.

 « Pas le seul outil », dit Lelièvre
 
Le candidat péquiste dans Gaspé, Gaétan Lelièvre, a minimisé l’importance des déclarations de sa chef et d’un éventuel règlement provincial. « Ce que Mme Marois a amené hier a toujours été présent. […] Tous les gouvernements sont très hésitants à se prononcer quand un dossier est judiciarisé. »

« Si j’avais seulement le règlement sur l’eau, je serais très inquiet. On a d’autres outils pour gérer efficacement et sécuritairement le dossier », a ajouté M. Lelièvre. « Je suis d’accord pour qu’on attende le résultat de la Cour d’appel pour déposer un règlement à condition qu’on utilise d’autres mécanismes dont le gouvernement dispose pour qu’il n’y ait pas de reprise des activités [à Haldimand n° 4] avant, notamment, l’étude hydrogéologique », a-t-il déclaré.

 Le règlement de Gaspé a pour effet d’empêcher Pétrolia de forer Haldimand n° 4. Il interdit d’introduire, par forage ou autre procédé, toute substance susceptible d’altérer l’eau souterraine, dans un rayon de deux kilomètres d’une source d’eau potable. Pétrolia a contesté le règlement et obtenu gain de cause en Cour supérieure, un verdict que Gaspé a porté en appel en mars.
 
Plus tôt cette semaine, le chef libéral Philippe Couillard a indiqué qu’il adopterait « d’abord une loi sur les hydrocarbures et “par la suite, [préciserait] le règlement sur l’eau potable”.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.