Politique

Règlement sur l'eau potable : Gaétan Lelièvre invite à la prudence

Par Nelson Sergerie, journaliste, graffici.ca
Le ministre Gaétan Lelièvre a précisé certains éléments à la suite de la publication du règlement sur la protection de l'eau potable.

Le ministre Gaétan Lelièvre a précisé certains éléments à la suite de la publication du règlement sur la protection de l'eau potable. Photo : Nelson Sergerie

RIVIÈRE-AU-RENARD – Québec invite à la prudence sur l'interprétation que l'on donne au règlement sur l'eau potable lorsque vient le temps de parler des acteurs qui auront à produire les études hydrogéologiques liées au forage pétrolier.

Dans son Règlement sur le prélèvement des eaux et leur protection afin de protéger efficacement les sources d'eau potable, Québec indique qu'il exigera une étude hydrogéologique des entreprises pétrolières avant d'effectuer un forage.

«La Loi dit que le promoteur doit soumettre une étude. Il est très très rarement permis que ce soit le principal intéressé qui fasse en régie interne cette étude-là. Il doit déposer l'étude, mais il faut que ce soit réalisé par une source indépendante», dit Gaétan Lelièvre.

Le libellé est général, dit-il, mais les directives gouvernementales vont venir préciser qui pourra réaliser les études.

Le cas Haldimand

Pour le puits Haldimand 4, Gaétan Lelièvre affirme qu'il y a un engagement à l'effet que l'étude sera réalisé par quelqu'un d'objectif en la matière, venant ainsi éclaircir cette question évoquée jeudi par le maire de Gaspé, François Roussy, à l'effet qu'il avait eu l'assurance qu'une étude indépendante serait réalisée pour ce projet.

Les droits de Pétrolia

Pétrolia a exprimé jeudi sur toutes les tribunes qu'avec le règlement présenté, l'entreprise pourrait forer à Haldimand 4 lorsqu'elle aura tous les permis.

Devant cette affirmation, M. Lelièvre demeure prudent : «L'information que j'ai, pour l'instant, toutes les autorisations n'ont pas été émises afin qu'elle puisse opérer demain matin», dit le ministre.

Il manque à la pétrolière le certificat d'autorisation pour la torchère afin de forer.

Le ministre respecte la position de Pétrolia, prenant soin de dire que c'est un dossier qui a fait l'objet de négociations intenses entre le gouvernement et la compagnie : «C'est aussi un dossier à caractère privé, sur le respect des informations. Je ne peux pas aller plus loin pour le moment sur cette question-là», avance M. Lelièvre.

Il souhaite un développement favorable : «Je crois qu'avec le dépôt du règlement, on est dans la bonne direction», dit-il.

3 commentaires

Albert Picard a écrit le 21 mai 2013

Je dois à la vérité d'ajouter que PETROLIA dit s'engager sur la voie de la transition. Elle affirme sur son site que : "L’exploration pétrolière et gazière, suivie d’une éventuelle exploitation d’hydrocarbures au Québec, s'intègre tout naturellement à la perspective d’assurer une transition harmonieuse vers les énergies renouvelables, transition qui devrait prendre quelques décennies à s'effectuer". La question qui se pose d'elle-même est : PETROLIA sera-t-elle encore là?

Albert Picard a écrit le 21 mai 2013

À l'instat de ce que fait la Norvège, pourquoi ne pas imposer l'obligation aux pétrolières de récupérer les gaz au lieu de les brûler? On le voit bien, le but de PETROLIA c'est de faire de l'argent. Les préoccupations sociales de la Gaspésie, PETROLIA évite.

Richard Leonard a écrit le 18 mai 2013

Bonsoir Le PQ promettait du nouveau. C'est certainement une des seules promesses qu'il a réussi à tenir... Un nouveau sommet en improvisation et en incompétence? Le ministre Blanchet convoque une conférence de presse pour expliquer son règlement sur l'eau, remets le communiqué de presse aux journalistes, puis arrache le communiqué des mains des journalistes et annule sa conférence de presse. DU JAMAIS VU! L a ministre Ouellet contredit le ministre Blanchet alors que la première ministre et le conseil des ministres rabrouent les deux ministres concernés. Pourquoi pas créer une autre commission bidon qui tombera à l'EAU, mais qui donnera des énormes salaires de commissaires aux amis des péquistes? Le festival Juste pour rire s'est-il déplacé a l'Assemblée nationale? Les Gaspésiens ne méritent-ils pas d'avoir un débat sérieux mené par des intervenants avec un minimum de compétence?

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.