Politique

Réforme de l'assurance-emploi : les députés Fortin et Toone exigent des changements

Par Johanne Fournier, journaliste, graffici.ca
Le député Jean-François Fortin avait donné son appui aux centaines de personnes réunis lors d'une manifestation tenue en janvier à l'église de Sainte-Anne-des-Monts.

Le député Jean-François Fortin avait donné son appui aux centaines de personnes réunis lors d'une manifestation tenue en janvier à l'église de Sainte-Anne-des-Monts. Photo : Johanne Fournier

SAINTE-ANNE-DES-MONTS – Les députés fédéraux Jean-François Fortin et Philip Toone exigent du gouvernement fédéral qu'il apporte des modifications à sa réforme de l'assurance-emploi.

Le député de Haute-Gaspésie-La Mitis-Matane-Matapédia exhorte les conservateurs d’accepter les recommandations du rapport déposé mercredi par la Commission nationale d'examen de l'assurance-emploi. « Le rapport est bienvenu, étant donné que le gouvernement conservateur n'avait pas pris en compte tous les impacts que la réforme pouvait avoir sur nos communautés », soutient Jean-François Fortin.

 

Selon le député bloquiste, le gouvernement ne peut ignorer les recommandations émises par la commission coprésidée par Gilles Duceppe et Rita Dionne-Marsolais. « Sinon, c'est faire fi de tous ces gens qui sont allés faire part de leur opinion devant la Commission, fait savoir M. Fortin. M. Duceppe et Mme Marsolais sont allés sur des recommandations qui faisaient consensus auprès des organisations et des citoyens. Si le gouvernement y sursoit, c'est une baffe en pleine figure! »

 

Par ailleurs, le député Fortin demande au gouvernement de modifier le régime d'assurance-emploi, particulièrement sur trois aspects : abolir l'obligation d'accepter un emploi dans un rayon de 100 km, permettre à un travailleur saisonnier de retourner à son emploi et supprimer les catégories de travailleurs. « Le gouvernement devrait admettre qu'il a fait une erreur », avance-t-il.

 

De l'avis du parlementaire, plusieurs chômeurs vivent, depuis l'entrée en vigueur de la réforme de l'assurance-emploi, un trou noir de deux à trois mois sans prestations avant leur retour au travail. « Ce sont des pères et des mères de famille, rappelle-t-il. Ça va forcer ces gens-là à quitter la région. »

 

« La réforme du gouvernement conservateur est dévastatrice, fait valoir, pour sa part, le député néo-démocrate de Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, Philip Toone. »

 

Indépendance de la caisse de l'assurance-emploi

 

Jean-François Fortin souhaiterait que le Québec gère lui-même son système d'assurance-emploi, sans devoir rouvrir la constitution. « Ce serait juste de déléguer les pouvoirs pour que le Québec puisse lui-même définir les conditions pour ses propres travailleurs, tout comme on le fait pour l'assurance parentale », espère-t-il.

 

Du côté du NPD, Philip Toone prône la protection et l'indépendance de la caisse de l'assurance-emploi. « Les gouvernements libéraux et conservateurs se sont servis allègrement dans la caisse de l'assurance-emploi et ce, même si cet argent ne leur appartient pas, s'indigne-t-il. C'est l'argent des travailleurs et des employeurs, pas celui du gouvernement. » Cette déclaration du député s'inscrit dans la foulée de la deuxième partie du plan déposé par le NPD pour améliorer le programme d'assurance-emploi.

 

« Le gouvernement va prendre 2 milliards de dollars à même la caisse de l'assurance-emploi, corrobore son homologue du Bloc québécois. Il va piger dedans, sans cotiser, pour éponger son déficit! »

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.