Politique

Réfection du quai de Chandler : Philip Toone presse le gouvernement d’agir

Par Antoine Rivard-Déziel, journaliste, graffici.ca
Le député fédéral de la région, Philip Toone, estime que la réfection du quai de Chandler est essentielle pour relancer l'économie de la municipalité.

Le député fédéral de la région, Philip Toone, estime que la réfection du quai de Chandler est essentielle pour relancer l'économie de la municipalité. Photo : Courtoisie

Le député fédéral de la région, Philip Toone, s’impatiente et demande au gouvernement Harper d’aller de l’avant avec le projet de réfection du quai de Chandler.

M. Toone a interpellé le gouvernement conservateur vendredi dernier à la Chambre des communes au sujet de sa décision d’abandonner une étude de faisabilité sur la mise à niveau du quai. «Tout ça pour sauver quoi : moins de 100 000 $. Ce gouvernement réalise-t-il le préjudice et les délais qu’il pourrait faire subir aux citoyens de ma circonscription?», a-t-il lancé aux conservateurs en chambre.

L’élu estime que la mise à niveau de l’infrastructure est une condition essentielle à la relance économique de Chandler. «On ne peut pas s’en passer. On sait maintenant que l’établissement d’Atlantic Fiber dans la ville dépend de la réfection du quai. Ça permettrait de créer 200 emplois. Mais au lieu d’agir en ce sens, le gouvernement s’attarde à couper», s’insurge M. Toone.

Des croisières à Chandler

Le député du NPD estime par ailleurs que la mise à niveau de l’infrastructure permettrait à Chandler d’accueillir, tout comme Gaspé, des bateaux de croisières internationales. «C’est en plein développement, et s’il y a trop d’achalandage à Gaspé, Chandler pourrait aussi en bénéficier», dit-il tout en ajoutant qu’il  se questionne sur le sens de la promesse des conservateurs de mettre les régions au cœur de ses priorités. Il estime plutôt que la priorité du gouvernement Harper est de réduire les dépenses au minimum «Ça ne se tolère pas, ça n’a pas d’allure.»  

Le représentant des Gaspésiens à Ottawa prévoit suivre de près l’évolution du dossier du quai de Chandler au cours des prochains mois. «On va continuer à questionner le gouvernement et à mettre de la pression sur le ministre des Transports», mentionne-t-il.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.