Politique

Redécoupage : les élus exigent le respect des territoires des MRC

Par Geneviève Gélinas, journaliste, graffici.ca
«Si une partie de la MRC d’Avignon se retrouve dans la circonscription de Rimouski, ses résidants ne se sentiront plus concernés», craint Philip Toone, député de Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine.

«Si une partie de la MRC d’Avignon se retrouve dans la circonscription de Rimouski, ses résidants ne se sentiront plus concernés», craint Philip Toone, député de Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine. Photo : Geneviève Gélinas

S’il faut remodeler leur circonscription, les Gaspésiens demandent qu’on respecte au moins l’intégrité de leur région administrative et en particulier celle de la MRC d’Avignon.

Les participants aux consultations tenues mardi à Gaspé ont proposé ce compromis à la Commission de délimitation des circonscriptions électorales pour le Québec.

Avignon «à cheval»

Selon la proposition de la Commission, la MRC d’Avignon serait scindée entre les nouvelles circonscriptions Gaspésie-les Îles et Rimouski.  Carleton-sur-Mer, Maria et Nouvelle feraient partie de Gaspésie-les Îles, et les huit municipalités à l’ouest, de Rimouski.

Il s'agit d'un non-sens, estime Bertrand Berger, le préfet d’Avignon. «Ça devient invivable de travailler sur deux comtés.» La Commission n’a pas obéi à son propre critère sur le respect des «communautés d’intérêts», ajoute-t-il.

«Nos liens d’appartenance sont le long de la Baie-des-Chaleurs, a plaidé le maire de Pointe-à-la-Croix, Jean-Paul Audy. Il ne faut pas que la MRC soit à cheval sur deux circonscriptions.»

D’autres incohérences

M. Berger fait aussi remarquer que des villages de la vallée de la Matapédia, comme Sainte-Marguerite ou Saint-Alexandre-des-Lacs, se retrouveraient dans Gaspésie-les Îles, alors que tout le reste de la Vallée serait dans Rimouski. «Je me suis dit : ils ont fait exprès!», a-t-il lancé.

Raynald Blais, ex-député bloquiste de Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, estime qu’il s’agit d’une stratégie pour faire avaler la pilule du redécoupage aux Gaspésiens. «Vous nous avez présenté la pire des solutions pour qu’on accepte la moins pire, celle qui fait qu’on se retrouvera avec les six MRC [de la région administrative Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine]», analyse M. Blais.

Compromis

C’est d’ailleurs cette proposition qui est formulée par la Conférence régionale des élus Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine (CRÉGÎM)  «à défaut d’infléchir les propositions de la Commission». La Haute-Gaspésie s’ajouterait au territoire de la circonscription actuelle.

La nouvelle circonscription, qui épouserait les limites de la région administrative Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, compterait 93 120 habitants, un peu sous la moyenne québécoise de 101 321 habitants, calcule la CRÉGÎM.

La région aurait ainsi «une voix unique à la Chambre des Communes pour représenter nos spécificités et notre communautés d’intérêts», a déclaré l’organisation.

À lire aussi

Réforme de la carte électorale : inacceptable selon les Gaspésiens

1 commentaire

Julie a écrit le 12 septembre 2012

Il ne devrait pas y avoir de retranchement de circonscription dans une région qui a fourni, qui fournit et qui continuera de fournir la capitale, la métropole et les bourses mondiales de son poisson, de ses crustacés, de son bois, de son pétrole, de son de uranium, de ses rivières à saumon, de sa main-d’œuvre mobile et bon marché, de sa créativité, tout en faisant bénéficier le Québec et le Canada de son attrait international. Il faudrait que les politiciens locaux prennent la mesure de ce qui arrive et qu'ils jouent le tout pour le tout. Les enjeux que nous vivons aux Îles, en Haute-Gaspésie et dans la Baie des Chaleurs méritent d'avoir des représentations distinctes et ce, pour le bien de tous les Québécois et de tous les Canadiens. Il n'est pas normal que l'on accepte, collectivement, que la majorité du pouvoir se trouve au sud, alors que toutes les ressources naturelles se trouvent au nord et à l'est. Les ruraux sont un peu les yeux du peuple, car ils voient ce que les citadins ne voient pas : ils occupent le territoire. Ils doivent continuer d'avoir une voix politique forte.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.