Un récent rapport confirme l’état critique de la voie ferrée

Par Antoine Rivard-Déziel, journaliste, graffici.ca
Les élus de la région ont joint leur voix à celle de la Société du chemin de fer de la Gaspésie (SCGF) qui demande de renouveler l’aide gouvernementale pour entretenir et exploiter le réseau ferroviaire.

Les élus de la région ont joint leur voix à celle de la Société du chemin de fer de la Gaspésie (SCGF) qui demande de renouveler l’aide gouvernementale pour entretenir et exploiter le réseau ferroviaire. Photo : Antoine Rivard-Déziel

Un récent rapport d’ingénieurs produit par Rail Term pour la Société du chemin de fer de la Gaspésie confirme l’état très critique du réseau ferroviaire gaspésien.

Ce rapport, dont Le Devoir a obtenu copie, date du 9 décembre dernier et a été remis au ministère du Transport du Québec et à Développement économique Canada trois jours plus tard.

Ce rapport fait état de la désuétude avancée des installations ferroviaires de la région. «Nous sommes au point culminant de 30 ans de report de travaux, et, pour des raisons de responsabilité civile (pour éviter de nous retrouver au niveau de la responsabilité criminelle), le temps d’étirer l’élastique est malheureusement terminée», peut-on y lire.

Les ponts en piètre état

Les éléments disponibles dans ce rapport au sujet des ponts ferroviaires laissent transparaître une certaine inquiétude des ingénieurs de la firme Rail Term. Selon eux, l’information nécessaire à l’analyse tarde à arriver étant donné que «la quantité d’informations à traiter est colossale, considérant le nombre de structures à évaluer et l’état pitoyable dans lequel elles se trouvent.» Le rapport stipule que les ingénieurs se concentrent sur les structures les plus problématiques et «ce qu’ils trouvent les rend plutôt nerveux.» Par contre, ces derniers demeurent pragmatiques et ne souhaitent pas verser dans la panique, précise la firme.

Rappelons que ne nombreux élus, gens d’affaires et citoyens se sont rassemblés mardi matin à New Carlisle pour témoigner de l’importance de sauvegarder le chemin de fer de la Gaspésie. Cette mobilisation vise à convaincre les deux paliers gouvernementaux d’investir 93,5 millions $ au cours des cinq prochaines années afin de remettre à niveau le réseau ferroviaire de la région.

Si Société du chemin de fer de la Gaspésie n’obtient pas une réponse positive d’ici la fin de son entente avec les gouvernements, soit le 31 mars 2012, le chemin de fer pourrait fermer.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.