Art, culture et loisirs

Un quêteux en demande

Par Karyne Boudreau, journaliste, graffici.ca
Patrick Dubois visitera 20 maisons entre Carleton-sur-Mer et Montréal du 1er au 20 avril 2014.

Patrick Dubois visitera 20 maisons entre Carleton-sur-Mer et Montréal du 1er au 20 avril 2014. Photo : Gracieuseté

CARLETON-SUR-MER - Patrick Dubois amorcera début avril une tournée de quêteux  de Carleton-sur-Mer à Montréal et son carnet de commandes est déjà plein.

Conteur pour la petite grève sur le site du phare de Carleton-sur-Mer en été, Patrick Dubois a eu l’idée de faire sa tournée de quêteux (conter dans les maisons) dans la dernière année. Quand il l’a annoncé son intention sur le Net, les invitations n’ont pas tardées.

« Ç’a surtout explosé sur les réseaux sociaux. J’ai eu 70 invitations dans la première semaine. (…) J’ai favorisé les gens que je ne connaissais pas et qui avaient une bonne capacité à recevoir », dit le conteur qui sait déjà qu’il aura des assistances allant de 15 à 50 personnes par soir.

Le principe de la tournée est simple. Patrick Dubois partira sur le pouce avec son sac à dos et son fanal pour sillonner les villages et s’arrêter chaque soir dans une maison différente. Comme seul salaire, l’homme demande le gîte et le couvert ainsi qu’une assistance pour transmettre ses contes.

« Anciennement, les quêteux passaient de maison en maison, échangeant leurs histoires contre le gîte et le couvert. Certains le faisaient par nécessité, d’autres par choix. Les seconds m’ont fait rêver, dit M. Dubois. Dans le système actuel, lorsqu’on tend la main, c’est souvent pour agripper tout ce qu’on peut, poursuit-il. J’avais envie que la mienne soit tendue pour donner, recevoir, échanger », explique le jeune conteur.

Au total, il visitera 20 maisons entre le 1er et le 20 avril pour rejoindre un total d’environ 400 personnes entre Carleton-sur-Mer et Montréal.

Patrick Dubois est venu s’installer à Carleton-sur-Mer en 2012, abandonnant Québec et son milieu des affaires pour choisir de vivre une vie plus simple. « Il y a deux moyens de ne jamais manquer d’argent, dit-il. En avoir beaucoup ou en avoir besoin de très peu .» C'est ainsi que le conteur résume sa philosophie.

2 commentaires

Patrick Dubois a écrit le 15 mars 2014

Bonjour Bob, Je n'ai pas encore lu cet ouvrage mais ça viendra puisque c'est un sujet qui m'intéresse énormément. Le nom de Quêteux est ce qui se rapproche le plus de mon aventure. Le conte fait parti de ma vie quelques soirs par année mais la pauvreté financière est une réalité que j'ai choisi de vivre chaque jour.

Bob Eichenberger a écrit le 12 mars 2014

Bravo Patrick As-tu lu «Gaspésie, rebelle et insoumise» de Sylvain Rivière? Quelle belle histoire d'un «quêteux» qui inspire un jeune vers la poésie et la création. Pourrait-on trouver un autre nom que «quêteux»? Survenant? Voyageur aléatoire? À l'ère de l'internet et facebook, un survenant devient un médium intéressant, participatif et pas sous le scrutin d'un ordinateur central à la disposition du 1%. Je te félicite pour ton choix de liberté et je te souhaite les plus belles expériences.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.