Québec s’engage à trouver des solutions au monopole de l’asphalte

Par Thierry Haroun, journaliste, graffici.ca
Le député de Gaspé, Georges Mamelonet s’engage à trouver des solutions au problème du prix élevé de l’asphalte en Gaspésie

Le député de Gaspé, Georges Mamelonet s’engage à trouver des solutions au problème du prix élevé de l’asphalte en Gaspésie Photo : Thierry Haroun

Québec s’engage à tenter de trouver une solution au prix élevé de l’asphalte en Gaspésie.

Une délégation constituée d’une dizaine d’élus de la région a rencontré le ministre délégué aux Transports, Norman Macmillan hier à Québec pour parler du problème du monopole du secteur de l’asphalte que détient la firme Pavages Beau Bassin, et qui selon eux ferait grimper les prix de 30% à 50%. Ce que révélait hier une enquête du Devoir. La firme avait par ailleurs réfuté l’argumentaire des élus.

Les élus de la Gaspésie sont sortis satisfaits de la rencontre. Le ministre  MacMillan s’est engagé à tenter de trouver des solutions pour faire baisser le prix de la tonne d’asphalte. Les élus demandent à tout le moins de payer le même prix que celui que paie le ministre des Transports, soit environ 150$ la tonne. Les municipalités gaspésiennes peuvent payer jusqu’à 183$ la tonne.  

La préfet de Rocher-Percé, Diane Lebouthillier, se dit rassurée par l’engagement manifesté par Québec lors de la rencontre. «Ils ont bien entendu nos demandes. Ils se sont engagés à se mettre en mode solution.» Même son de cloche du côté du préfet de Bonaventure, Jean-Guy Poirier. «On a eu une très bonne rencontre.»

Mamelonet garde espoir de trouver une solution

Le député de Gaspé, Georges Mamelonet, a aussi été de la rencontre. Il croit qu’une solution pour faire baisser les prix est envisageable. «On a eu une rencontre très positive. Les municipalités ont soulevé le fait qu’elles paient effectivement leur asphalte plus cher que le ministère des Transports. La question qui se pose est celle de se demander si on peut avoir un prix qui se rapproche à celui du MTQ ? C’est quelque chose qui peut être regardé et qui peut se faire. Mais il ne faut pas oublier que la loi qui régit les municipalités n’est pas la même que la loi qui régit le MTQ.»

Selon lui, ce n’est pas le monopole qui ferait grimper les prix. «En fait, du moment où on fait déplacer un entrepreneur pour un certain nombre de tonnes d’asphalte, donc simplement le déplacement de ses outillages fait en sorte que votre prix grimpe sur votre tonnage.»

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.