Pétrole

Québec abandonne définitivement les 168 citoyens de Ristigouche

Par Karyne Boudreau, journaliste, graffici.ca
À l'occasion du spectacle-bénéfice du 12 octobre dernier à Carleton-sur-Mer, Martine Châtelain a remis 225 $ au maire François Boulay, au nom d'Eau secours

À l'occasion du spectacle-bénéfice du 12 octobre dernier à Carleton-sur-Mer, Martine Châtelain a remis 225 $ au maire François Boulay, au nom d'Eau secours Photo : Gilles Gagné

RISTIGOUCHE-SUD-EST –  Dans une lettre reçue hier par la municipalité de Ristigouche-Sud-Est, le ministre des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire, Pierre Moreau, ferme définitivement la porte à une aide du gouvernement qui permettrait aux 168 citoyens de Ristigouche de faire face aux couts liés à leur défense dans la poursuite de 1,5 M$ intentée par la pétrolière Gastem.

Dans un communiqué émis aujourd'hui, la municipalité dénonce ce nouvel exemple de l’abandon des régions par le gouvernement du Québec et dit devoir compter, "plus que jamais, sur l’extraordinaire solidarité des citoyens manifestée jusqu’à présent". À l’heure actuelle, la campagne Solidarité Ristigouche a amassé plus de 50% de son objectif de financement de 225 000 $.
 
« La lettre que nous avons reçue aujourd’hui du ministre Moreau nous démontre à quel point le gouvernement du Québec se désintéresse complètement du sort des régions actuellement. Nous n’avons d’autre choix que de compter sur la solidarité des citoyens du Québec et du Canada pour nous aider à nous défendre contre cette poursuite abusive, affirme François Boulay, maire de Ristigouche Sud-Est. Je tiens à remercier très sincèrement les 2143 généreux donateurs et l’ensemble des bénévoles qui se sont mobilisés permettant de mettre le cas sur la carte et qui comme nous ont à cœur de prioriser l’eau potable et les citoyens plutôt que les profits des pétrolières. Nous nous rapprochons de notre objectif d’amasser 225 000 $ pour assurer la représentation, la mobilisation et la défense de notre municipalité contre la pétrolière Gastem et soyez assurés que notre action continuera  avec la même intensité. Nous invitons tous les citoyens à faire passer le message. »
 
Depuis le 29 juillet dernier, Solidarité Ristigouche décompte 2143 donateurs à travers toutes les provinces canadiennes, le Yukon et d’autres pays comme la France, la Belgique, l’Allemagne, les États-Unis, l’Australie et la Finlande. Les donateurs représentent un large spectre de la société : citoyens, élus municipaux, syndicats, entreprises, représentants de la société civile, organismes environnementaux, artistes, etc.
 
"Les gestes spontanés de solidarité ont été nombreux et originaux : le spectacle bénéfice à Carleton-sur-Mer,  la chanson « Ristigouche, pas question que je bouge d’un pouce » par Nicolas Guimont, le  défi nautique de 20 km dans rivière Gatineau en Outaouais et les communiqués de presse d'appuis de près d’une dizaine d’organisations. Nous sommes chanceux que tous ces gens solidaires nous offrent si généreusement de leur temps. Cela nous donne l’énergie pour continuer! », conclut le maire Boulay.
 
Rappelons que la pétrolière Gastem réclame 1,5 M$ en dommages à Ristigouche pour avoir adopté un règlement visant à protéger les sources d’eau potable de ses 168 citoyens. Cette somme représente 5,5, fois le budget annuel de la municipalité.

Les citoyens sont invités à faire un don en ligne sur le site de Solidarité Ristigouche ou par chèque libellé au nom de Fonds Solidarité Ristigouche et acheminé directement à la municipalité.

On peut aussi suivre l’évolution du dossier de Ristigouche sur les pages Facebook www.facebook.com/solidariteristigouche et twitter twitter.com/Ristigouche.

6 commentaires

Marc-André St-Pierre a écrit le 14 novembre 2014

@Joseph Leblanc - J'entends et lis souvent votre rengaine sur le poids et le pouvoir d'inflluence qu'auraient les Verts. Curieux raisonnement. Pourtant, jamais vous n'admettez que les pétrolières ne puissent exercer autant d'intimidation envers ceux qui s'élèvent contre leurs projets ou ceux qui ont le pouvoir de faire obstruction à leurs projets. N'est-ce pas étonnant? Les pétrolières sont milliardaires, M. Leblanc, comment pourraient-elles avois moins de pouvoir que les Verts qui ont encore le nombril vert en matière d'influence? Ça frise même le ridicule de penser ainsi!

Jean-François Morin a écrit le 13 novembre 2014

Bonsoir à tous Je suis avec la communauté de Ristigouche et l'appuie de toutes mes forces. Je joint la parole à l'action en donnant une deuxième contribution. Une façon positive de signifier au ministre Pierre Moreau qu'il a pris la mauvaise décision. Solidarité Jean-François Morin

Jean-François Samuel a écrit le 13 novembre 2014

@Gilles Lamy Votre calembour avec m. Poeti ne fonctionne pas. C'est Pierre Moreau le ministre des affaires municipales. Poeti c'est les transports et la région de Montréal.

Gilles Lamy a écrit le 13 novembre 2014

Je trouve dommage que le gouvernement provincial ne viennent pas en aide a la municipalité de restigouche sud est .Si j`étais dans la position de ces gens là je donnerais les commandes de la municipalités au POETE à POETI et je lui dirais arrange-toi avec tes problèmes c`est toi le ministre des affaires municipales.En passant j`aimerais voir la réaction de Mr.Leblanc si on forait un puit de pétrole entre sa maison et son puit artésien. LOLLLLLLLLL........

Michel L. Fréchette a écrit le 13 novembre 2014

Il est difficile de souscrire à tant de méchanceté et de cécité de la part d’un citoyen (JL) tout en respectant l’étendue de ses convictions. Dans ces temps difficiles que nous procure l’actuel gouvernement, on doit bien au contraire SE SOLIDARISER avec une municipalité qui s’est trouvée menacée dans les conditions les plus élémentaires de son développement: son eau potable actuelle et celle dont elle aura besoin demain. Aujourd’hui, il est peu de citoyens qui ne soient rattachés à une municipalité de laquelle on attend une fierté, une dignité et une mobilisation. Il s’agit d’une sorte de contrat social reposant sur l’engagement à l’effet que l’entité municipale soit au moins égale aux valeurs de ses constituantes (principe de sublimation). Cette municipalité, on l’aura compris, n’a aucune masse critique face à un élu provincial, de surcroît ministre, qui semble obéir à de faux motifs (faisant fi des précédents et du principe de précaution) pour ne pas intervenir de peur de déplaire aux sources (!) de financement et aux intérêts dits supérieurs. Mais quels intérêts peuvent être supérieurs à ceux du peuple qui en détermine les fondements, la vigueur et la richesse? Quels sont ces intérêts? Parlez clair et visionnaire s’il vous plait!!! Qu’une société pétrolière s’arroge des prétendus droits sur la vie des gens, sur leur qualité de vie, sur leur développement augure très mal pour l’ensemble des agglomérations. Jusqu’où cela ira-t-il dans une autre situation une fois ce dérapage de l’essentiel admis. On peut craindre l’accélération de démarches de lobbyistes (trop souvent non-inscrits d’ailleurs) qui se présentent dans le cadre de porte d’un(e) maire à la petite semaine ou encore en phase de réélection ou par le biais d’un(e) DG complaisant(e) ou fragile. Aujourd’hui, c’est le pétrole, l’uranium, le ciment, une station-service, un restaurant minute, les terres agricoles, un droit de passage, un changement de zonage opportun. Demain, devant le manque à gagner du à l’épuisement des payeurs de taxes et aux coupures, les conseillers seront des citoyens corporatifs sans déguisement avec des adresses en Alberta, au Luxembourg ou aux Bahamas. On agira comme avec une salle de spectacle ou un aréna: la ville de Saint Meu-Meu de Danone ou Cap-Pendu-de-SNCF. On doit se rappeler que le fondement de la démocratie ne réside pas dans l’abus des plus forts légitimé par un petit papier mis à tous les 4 ans mais dans la volonté de vivre en harmonie dans une approche de bien commun et d’accorder à chacun les mêmes droits et obligations peu importe ce qui le définit. La gouvernance est l’obligation et la conséquence du pouvoir. On doit observer que les agresseurs semblent avoir de plus en plus de droits que les victimes dans ces affaires une fois qu’on prend un peu d’altitude. Ristigouche Sud-Est ressemble de plus en plus à ce citoyen qui a grimpé sur un char d’assaut sur la place Tian'anmen ou à cette petite fille brulée au napalm durant la guerre au Viet Nam. On devra se souvenir…et avoir le respect pour son combat car il s’agit du nôtre tout autant. Sans dignité, l’Homme est un animal.

Joseph Leblanc a écrit le 13 novembre 2014

AH la méchante grosse pétrolière avec un market cap de ZÉRO pis en arrêt de transaction boursière depuis le mois de mai LOLL.... Ristigouche n'avait pas besoin de règlement sur l'eau pour arrêter Gastem parce qu' avec le niaisage du maire de Gaspé de l'époque avec pétrolia jamais Gastem aurait commencé un forage. ....................... Mai que voulez vous le conseil de Ristigouche fut intimider par des groupuscules verts et ont voté le règlement pour être a la mode......... Ça fais que récolté ce que vous avez semé citoyen de Ristigouche.THAT'S ITS THATH'S ALL !!!!!

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.