Politique

Quai de Percé : le PLQ demande au PQ de parler à Ottawa

Par Nelson Sergerie, journaliste, graffici.ca
La porte-parole libérale en matière de Tourisme, Lucie Charlebois.

La porte-parole libérale en matière de Tourisme, Lucie Charlebois. Photo : Gracieuseté PLQ.

GASPÉ – La porte-parole libérale en matière de Tourisme estime que le gouvernement du Parti québécois doit parler à Ottawa afin de trouver une solution dans le dossier du quai de Percé.

«Personne du gouvernement du Québec n’a contacté Ottawa. Bref, il n’y a pas eu d’échange entre le fédéral et le provincial. Il me semble que c’est un enjeu où il y a des retombées économiques importantes», dit la députée Lucie Charlebois.

Elle fait cette affirmation à la lumière des échanges qu’elle a eus avec le gouvernement fédéral.

Elle a enjoint le ministre délégué aux Régions et responsable de la Gaspésie, Gaétan Lelièvre, et le ministre délégué au Tourisme, Pascal Bérubé, à travailler avec Ottawa afin de régler cette problématique et de trouver des solutions à long terme.

«J’ai travaillé à jaser avec le gouvernement fédéral et j’aurai des rencontres au cours des prochains jours afin de voir comment nous pourrions aborder ces dossiers pour arriver à un développement durable de l’industrie relié au quai», indique la députée libérale.

Selon elle, devant des enjeux aussi importants pour la région, il faut mettre de côté les options politiques partisanes. «Il faut arrêter les chicanes. Ce n’est pas le temps», dit Mme Charlebois.

Motion unanime

L’Assemblée nationale a adopté une motion unanime dans ce dossier.

Présentée par le député Lelièvre, elle dit «que le gouvernement du Québec demande que le gouvernement fédéral assume ses responsabilités et prenne les mesures nécessaires pour procéder à la réouverture du quai de Percé dans les plus bref délais et corrige cette situation inacceptable pour l'industrie touristique de la Gaspésie, notamment pour la ville de Percé».

8 commentaires

Gaston Poirier a écrit le 11 mai 2013

Pour moi M. Simon voit pas clair... aveuglé par un bandeau rouge vif! Plus de 4400 emplois créés par le Plan de relance de Landry en 1999-2002... et un nouveau plan qui vient de sortir tout chaud du four avec déj;a de belles annonces pour la région! La Gaspésie s'ennuyait du PQ après 9 ans de promesses vides, de saupoudrage électoraliste et de résultats mitigés, avec un plat d'oursins sur la table pour finir le portait! Le PQ est pas parfait, mais à date, pour la région, je suis mauditement satisfait et j'espère seulement que ^ca continue! Pis en passant, sur le dossier du quai, avec des hommes solides comme Lelièvre et Bérubé, pas de crainte qu'on sera entendu à Ottawa... même si je suis certain que le gouvernement fédéral restera déconnecté de notre réalité (comme d'habitude)... Vivement un pays à nous!

Albert Picard a écrit le 10 mai 2013

Monsieur Simon, la voiture que vous essayez de vendre, a-t-elle été conduite durant l'hiver? Appartenait-elle à la femme d'un curé?

Marc André Simon a écrit le 10 mai 2013

Vous avez raison madame Charlebois. C est la même chose sur l assurance emploi. Ce gouvernement décide de faire cavalier seul au lieu de à unir avec les autres provinces pour défendre les travailleurs. Les libéraux avaient des défautsais au moins, il y avait plus de job créé dans la region lorsqu ils étaient au gouvernement et que nos députes étaient libéraux ...c est indéniable ...

Gaston Langlais a écrit le 10 mai 2013

Bonjour, Allumez Mme. Charlebois, le quai de Percé n'est plus fermé. Gaston Langlais - Gaspé.

Albert Picard a écrit le 10 mai 2013

La porte-parole libérale sait de quoi il en retourne lorsqu'elle parle d'absence de communication entre Otawawa et Québec. On l'a bien vu dans sa façon de gérer le printemps érable. C'est le PLQ qui était le fauteur de trouble. On a vu aller le PLQ dans son désintéressement face à la destruction de l'environnement. On le voit aujourd'hui : le PLQ s'est englué dans la corruption...le PLQ est incapable de renouvellement et il veut nous faire croire qu'il sait comment régler le désintéressement totale d'Ottawawa pour les régions. Allons donc! Refaites-vous une crédibilité madame la parte-parole libérale.

Yanick Desbiens a écrit le 9 mai 2013

Et quoi encore, on va faire comme pour l'Assurance-Emploi on va payer pour qu'un ministre se déplace en avion à grands frais pour aller se faire dire non en quelques minutes par son homologue d'Ottawa. Le gouvernement conservateur ne connait que trop bien les conséquences de ses actes et les positions du gouvernement du Québec à l'égard de celles-ci.

Gilles Thibodeau a écrit le 9 mai 2013

Bonjour Mme Charlebois . .Oui c'est bien ce que votre gouvernement a fait de mieux jaser pendant neuf ans , dont les résultats et les conséquences d'aujourd'hui. Motion unanime L’Assemblée nationale a adopté une motion unanime dans ce dossier. Présentée par le député Lelièvre, elle dit «que le gouvernement du Québec demande que le gouvernement fédéral assume ses responsabilités et prenne les mesures nécessaires pour procéder à la réouverture du quai de Percé dans les plus bref délais et corrige cette situation inacceptable pour l'industrie touristique de la Gaspésie, notamment pour la ville de Percé». Là on jase ,vous voulez quoi de plus Mme Charlebois ? Une petite question pour vous Mme < Croyez-vous qu'avec 59 députés du Bloc pour représenter le Québec à Ottawa M.Harper serait aussi baveux et arrogant ?

P.A. Beaulieu a écrit le 9 mai 2013

Soyez assurés, mesdames et messieurs, qu'une fois encore, le député de Matane-Matapédia et ministre du Tourisme Pascal Bérubé va agir de manière à profiter de la situation sans avoir à se mouiller et/ou à se placer dans une situation compromettante, comme il l'a fait plusieurs fois dans le passé... Je profite de l'occasion pour relancer mon idée d'utiliser l'argent des redevances pétrolières pour réinjection directe dans le maintient des infrastructures gaspésiennes, d'abord celles liées aux pêcheries et au tourisme.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.