Développement économique et exportation

Un 3e puits pour Pétrolia à Haldimand

Par Geneviève Gélinas, journaliste, graffici.ca
Pétrolia forera un troisième puits à Haldimand, après Haldimand n°1 et Haldimand n°2 (sur la photo).

Pétrolia forera un troisième puits à Haldimand, après Haldimand n°1 et Haldimand n°2 (sur la photo). Photo : Pétrolia

Au cours des prochains mois, Pétrolia creusera un troisième puits à Haldimand, et fera des tests sur ses puits Haldimand n°1 et Tar Point. La compagnie l’a annoncé hier, quelques heures avant une rencontre avec les gens d’affaires de Gaspé.

Haldimand n°3 sera un forage dévié à l’horizontale, et situé à proximité des deux puits existants à Haldimand, à quelques kilomètres du centre-ville de Gaspé. Grâce à ce forage, la compagnie veut déterminer si la formation géologique peut produire des débits commerciaux de pétrole par le biais de fractures naturelles. André Proulx, président de Pétrolia, n’a pas voulu révéler encore l’emplacement exact et la profondeur du futur forage.

Sur ses puits existants de Tar Point (à Douglastown) et Haldimand n°1, Pétrolia réalisera des « tests d’injectivité », c’est-à-dire un essai de fracturation à petite échelle. « C’est l’équivalent d’un test de laboratoire, répété sur le terrain, affirme M. Proulx. Ce ne sont pas de fortes pressions, ni des épaisseurs importantes. On veut savoir si la roche casse ou pas. »

Haldimand n°1 sera fracturé sur une épaisseur de quelques mètres, à 950 mètres de profondeur. À Tar Point, le test sera réalisé à 2000 mètres de profondeur. Pétrolia n’a toujours pas déterminé quel produit sera utilisé, affirme M. Proulx. Toutefois, le scénario le plus probable consiste à tester avec du pétrole à Haldimand n°1, et avec de l’eau à Tar Point.
Si Haldimand n°3 ne produit pas suffisamment par ses fractures naturelles, et que les tests d’injectivité sont concluants, Pétrolia projette d’effectuer une véritable fracturation.

Préparer Haldimand n°1

Par ailleurs, Pétrolia prépare une éventuelle mise en production du puits Haldimand n°1, dont s’écoulent actuellement une dizaine de barils de pétrole par jour. La firme va changer le tuyau du puits pour un autre de plus gros diamètre. Elle cimentera la zone de 200 à 800 mètres de profondeur (le reste est déjà cimenté) « pour s’assurer qu’il n’y ait pas de remontées de gaz », explique M. Proulx.


Pétrolia attend son permis du ministère des Ressources naturelles, de la Faune et des Parcs pour son troisième forage, qui devrait coûter au-delà de 5 millions $. Il a déjà obtenu ceux pour les travaux à Haldimand n°1 et Tar Point, d’un coût de 800 000 à 900 000 $.

1 commentaire

Laurent Juneau a écrit le 22 septembre 2011

Je croyais qu'il ne s'effectuerait aucune fracturation sur le territoire !?! Inacceptable ! Qu'en pense le maire François Roussy ?

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.