Politique, Tourisme, Affaires municipales et développement régional, Agriculture, pêcheries et alimentation, Transport

Le projet de refonte du quai de Carleton-sur-Mer coûterait de 15 à 20 M$

Par Gilles Gagné, journaliste, graffici.ca
Le projet abandonnerait l'usage commercial du quai pour se concentrer sur ses usages liés aux pêcheries, à la mariculture, au nautisme et au tourisme.

Le projet abandonnerait l'usage commercial du quai pour se concentrer sur ses usages liés aux pêcheries, à la mariculture, au nautisme et au tourisme. Photo : Gracieuseté Ville de Carleton

CARLETON-SUR-MER – L’Administration portuaire et la Ville de Carleton-sur-Mer proposent un projet de refonte du quai qui coûterait de 15 à 20 M$. L’initiative repose essentiellement sur l’appui financier de deux ministères fédéraux.

Le projet sacrifie le volet commercial du quai. Il favorise l’enrochement de sa partie extérieure, où accostent les navires marchands, la réparation de la face intérieure pour que les pêcheurs et les mariculteurs l’utilisent, l’ajout de pontons à la marina, et l’aménagement d’un brise-lames à partir du bout du quai, de façon à protéger le bassin intérieur.
 
Alain Bernier, directeur du développement économique à Carleton-sur-Mer, précise que la situation est pressante parce que le quai a atteint sa durée de vie utile en 2012 et que des restrictions d’usage imposées par Transport Canada, propriétaire de la majeure partie de l’infrastructure, seront sous peu augmentées.
 
« La fermeture complète n’est pas exclue », dit-il, rappelant que des parties du quai sont déjà interdites d’accès.
 
Transport Canada, propriétaire de la majeure partie de l’infrastructure, veut se débarrasser de sa propriété, en marge d’un programme de cession amorcé au milieu des années 1990 et touchant 549 quais au pays. Il en reste 53 à traiter, dont 25 au Québec, précise le conseiller municipal Steven Parent.
 
« Dans l’industriel, le tonnage est insuffisant. Transport Canada part de 250 000 tonnes en montant. Depuis 1996, il n’y a eu aucune réparation. Il y a augmentation des restrictions », signale de plus Alain Bernier, qui note que le gouvernement québécois a aussi exclu le statut commercial du port.
 
Selon des données fournies par M. Bernier, le tonnage du quai de Carleton s’est établi à une moyenne de 16 000 tonnes métriques par an entre 1999 et 2009, pour baisser à 13 000 tonnes par an de 2010 à 2012, et à 6 200 tonnes en 2013. Transport Canada a imposé des restrictions à partir de 2008. Des déchargements d’acier pour Fabrication Delta et de sel pour Transport-Québec ont constitué le trafic principal depuis 2010.
 
Combien de plus coûterait la reconstruction en pales planches de la partie commerciale du quai?
 
« Ce seraient les mêmes coûts, mais ce n’est pas rentable. Il faut l’entretenir. Personne ne veut être propriétaire d’un quai (…) Déjà, la côte est assez haute. On ne s’en rajoutera pas », répond M. Bernier. « Avec cette infrastructure-là, on ne souhaite pas le volet commercial », ajoute Éric Bujold, président de l’Administration portuaire.
 
M. Bujold précise que 15 pêcheurs professionnels utilisent le quai de Carleton, plus de cinq à sept pêcheurs de hareng du Nouveau-Brunswick, qui y débarquent leurs prises. « Il y a sept mariculteurs, cinq actifs et deux en réflexion », dit-il.
 
Les débarquements de produits marins ont totalisé 700 000 livres en 2013, et les débarquements de moules, 280 000 livres. M. Bujold insiste sur « potentiel très important » des 11 sites d’élevage du secteur de Carleton.
 
Alain Bernier précise que tout reste à faire pour négocier avec les ministères fédéraux des Transports, puis des Pêches et des Océans, qui est propriétaire d’une partie des installations, mais qui en deviendra le principal titulaire, dans le scénario présenté publiquement par l’Administration portuaire et la Ville. L’administration municipale sera propriétaire d’une petite partie du quai, celle ayant une vocation sociale.
 
« Le prochain budget de Transport Canada pour la cession des quais sera annoncé au printemps 2015, au prochain budget fédéral », souligne-t-il.

Marco Audet, du Club nautique de Carleton, précise que le scénario retenu fera passer de 50 à 75 places la capacité de la marina, tout en améliorant significativement la protection des bateaux, un handicap présentement.

L’administration portuaire et la Ville de Carleton-sur-Mer ont présenté le projet devant quelque 140 personnes hier au Quai des arts. Aucune opposition n’a été exprimée lors de la période de questions qui s'est soldée par des applaudissements.

 

8 commentaires

joseph Leblenc a écrit le 5 mai 2014

@ Bilbo est- ce qu' il va avoir un Bape ? ........................................ Encore une patente a gosse pour que les firmes d'ingénieur nous siphonnent de l'argent avec études et comités de toutes sortes............... PS. Méchante écart dans l'estimé 5 millions ça commence bien .............

Albert Labranche a écrit le 4 mai 2014

Si c'est si payant, pourquoi êtes vous toujours dans la mouise. Une industrie de 500M peut-elle se payer un quai? Après l'été que faites vous? Ce n'est pas ma faute si les gouvernements ont laisse les nations étrangères venir vider les grands bancs et voler le poisson, Des pêcheurs se sont transformer en pirates. Ce n'est surtout pas ce que je suggérè. Nous avons la chance extraordinaire d'avoir des ressources exploitables sans guerre, chez nous, mais ça dérange, alors il faut en subir les conséquences.

Julie a écrit le 3 mai 2014

@Albert labranche «Vous ne voulez pas de pétrole, pas de gaz, pas de ceci pas de cela. Mais vous voulez des millions pour débarquer quelques poissons et quelques sacs de moules» Quel discours simpliste et naïf... La pêche et la mariculture en Gaspésie reprentent plus de 500 M$ en retombées locales annuelles. Les villages où il reste des quais sont ceux oùles touristes arrêtent et où les hôtels et les restaurants sont pleins tout l'été. C'est pas 50 jobs à 50 K$ dans une cimenterie pendant 7 ans ou des jobs temporaires dans le forage de schiste qui vont remplacer ça.

Albert labranche a écrit le 2 mai 2014

Vous ne voulez pas de pétrole, pas de gaz, pas de ceci pas de cela. Mais vous voulez des millions pour débarquer quelques poissons et quelques sacs de moules (dont je suis très friand). Vous ne pouvez pas seulement recevoir, il faut contribuer. Il faut surtout suivre l'économie.

Julie a écrit le 1 mai 2014

Venez voir la page Pour la réfection des quais en Gaspésie... S'informer mutuellement, c'est la clé. Ça fait des années que tous nos quais partent en ruines, faut en parler. https://m.facebook.com/profile.php?id=118305121566755

Diane Kearney a écrit le 1 mai 2014

Appuyons ce projet : le quai est un moteur économique et touristique pour Carleton. C'est une page d'histoire qui s'écrit et un héritage pour les générations futures.

Serge Allard a écrit le 1 mai 2014

Parfait continue ca vaut la peine.lacher pas.

Reine Degarie a écrit le 30 avril 2014

Projet minutieusement préparé et très intéressant. Nous devrons manifester notre appui à ce projet et en grand nombre, si nous ne voulons pas tout perdre. L'espoir est de mise, car hier soir l'amphithéâtre du Quai des Arts était rempli et les applaudissements étaient nourris.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.