Tourisme, Développement économique et exportation

Le projet de l’Auberge Nouvelle-France semble abandonné

Par Geneviève Gélinas, journaliste, graffici.ca
Murdochville n’a pas l’intention de repartir à la chasse au promoteur pour développer une auberge au lac York, indique la mairesse Délisca Ritchie Roussy.

Murdochville n’a pas l’intention de repartir à la chasse au promoteur pour développer une auberge au lac York, indique la mairesse Délisca Ritchie Roussy. Photo : Geneviève Gélinas

MURDOCHVILLE – Le projet d’auberge quatre étoiles au lac York, près de Murdochville, semble pratiquement abandonné.

Le promoteur, un Canadien, n’a pas donné signe de vie depuis un ultimatum lancé en mars 2012 au gouvernement du Québec, à qui il demandait une aide de 2 millions de dollars sur un projet de 18 millions. L’homme ne s’est jamais montré ni nommé aux médias, mais a toujours livré ses messages via des porte-parole ou des chargés de projet à Murdochville.

L’une d’entre elles, Francine Chouinard, décrit le dossier de l’auberge comme « inactif ». Elle ne s’occupe plus du projet, étant allée jusqu’à rapporter ses boîtes de documents au promoteur, qu’elle refuse toujours d’identifier.

L’auberge aurait compté 40 à 60 chambres, ouvertes neuf mois sur douze. Elle aurait employé 48 à 74 personnes, selon la saison. Murdochville misait sur sa neige, ses sentiers de motoneige et son centre de ski pour y attirer des clients du Québec, de l’Ontario, des Maritimes, de la Nouvelle-Angleterre et de l’Europe.

« S’il avait 16 millions dans ses poches, le promoteur aurait pu commencer à construire, dit aujourd’hui la mairesse Délisca Ritchie Roussy. Je ne peux pas dire s’il était sérieux ou pas. Je l’ai rencontré une seule fois. »

La Ville n’a « pas mis un sou noir » dans le projet, insiste Mme Roussy, et n’a pas l’intention de se lancer à la recherche d’un nouveau promoteur pour développer une auberge au lac York.

L’idée d’auberge quatre étoiles venait au départ du comité de diversification de Murdochville, parti ensuite à la chasse au promoteur.

4 commentaires

Dany Blais a écrit le 7 janvier 2014

Vous parlez de la famille Mercure? C'est très dommage... Le monsieur avait une très belle maison avec vue sur l'anse.

Gaston Langlais a écrit le 7 janvier 2014

Bonsoir, @ M. Dany Blais. Je ne suis que partiellement d'accord avec certains de vos propos. Je pense qu'il y a des choses qu'il faut vous dire. Depuis les années 60, les gouvernements (fédéral et provincial) ont décidé de favoriser et de concentrer le développement économique dans les grands centres. Des entreprises ont encaissé des centaines de millions en subventions de toutes sortes dans les grandes villes. Les banques, les fabricants d'automobiles (GM, Chrysler, Hundai), Bombardier etc. Mais le dernier fonctionnaire qui avait à se prononcer sur l'état d'un dossier régional devait répondre à la question suivante: Est-ce que le projet est porteur d'éléments potentiellement nuisibles à l'économie de la métropole? Les projets régionaux prenaient ainsi le chemin des poubelles. Même dans le secteur des pêches, ma vie et celle de mes confrères a été une vie de combats inutiles, brûlant nos énergies. Informez-vous du dossier de Biolyse à Port-Daniel. Un projet qui a vu le jour en Gaspésie et dont le propriétaire est aujourd'hui établi à Ste-Catherines en Ontario avec une équipe de plus de 50 scientifiques parce que l'on ne voulait pas le voir développer son entreprise en Gaspésie. La liste est longue M. Blais. L'entrepreneurship a été assassiné en Gaspésie. Il faut recommencer mais c'est de moins en moins facile et nos jeunes sont moins combatifs que nous qui avaient un peu de chien. Gaston Langlais - Gaspé.

Dany Blais a écrit le 7 janvier 2014

Les Gaspésiens sont nuls économiquement et cela date depuis Charles Robin. Les Gaspésiens avec une intelligence économique supérieure se compte sur les doigts des mains. Les meilleurs...ils quittent. Les seuls qui sont capable de relancer la Gaspésie, ce sont les Gaspésiens. Donnez-vous un coup de pied dans le cul et lancer des entreprises. Profitez de l'accord de libre-échange avec l'Union Européenne, ré-inventez le tourisme, amenez de l'argent neuf. Cessez de vous fiez sur les autres ou sur les gouverne-maman.

Dany Marquis a écrit le 6 janvier 2014

18 millions? Avec 16 millions de mise-de-fond? Faut être crédule pour croire ça! Ras le bol de voir autant d'attention porter à des promoteurs farfelus qui viennent supposément sauver la gaspésie.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.