Développement économique et exportation

Le projet d’Atlantic Fiber à Chandler est dans l'impasse

Par Thierry Haroun, journaliste, graffici.ca
La Conférence régionale des élus de la Gaspésie-les-Îles a donné son plein accord au projet d’Atlantic Fiber à Chandler.

La Conférence régionale des élus de la Gaspésie-les-Îles a donné son plein accord au projet d’Atlantic Fiber à Chandler. Photo : Thierry Haroun

La mairesse de Chandler, Louisette Langlois, lance un appel à Québec pour dénouer l'impasse concernant le projet de complexe de transformation de bois de la firme Atlantic Fiber Resources.

Une conférence téléphonique extraordinaire s'est tenue la semaine dernière entre la direction d'Atlantic Fiber Resources, des élus de Chandler et les députés libéraux de la région, Georges Mamelonet (Gaspé) et Damien Arsenault (Bonaventure).

Cette rencontre avait pour but de faire le point sur la situation et tenter de dénouer l'impasse à laquelle est confrontée ce projet en raison de divergences profondes qui existent entre les estimations d'Investissement Québec et celles de la direction de l'entreprise.

En clair, pour obtenir un financement du gouvernement du Québec, l'entreprise a dû remettre un plan d'affaires détaillé touchant les paramètres d'exploitation du projet. Or les chiffres du tout dernier plan d'affaires remis à Investissement Québec ne concordent pas avec les estimations prévues par les experts du gouvernement, et ce, sur trois points : le coût unitaire des approvisionnements, les coûts de transport et le prix de la granule.

Voilà autant de points de discordance qui bloquent ce projet. Ce qui fait dire à la mairesse Louisette Langlois «qu'on peut à toute fin pratique appeler cela une impasse. Et il faut la dénouer cette impasse-là. Je lance un appel à nos députés, à nos responsables politiques de nous aider s'il vous plaît à concrétiser de projet-là pour créer 200 emplois dans une MRC qui en a grandement besoin.»

De son côté, le président d'Atlantic Fiber Resources, Kevin Dudka,  a écrit une lettre au gouvernement du Québec, dont nous avons obtenu copie, indiquant que «sans le soutien du gouvernement, le développement économique et la construction de ce projet bio-énergétique s'avéreront impossibles à Chandler.»

Le projet

Ce projet consiste à implanter dans le parc industriel de la municipalité un projet de complexe de bois de plus de 50 millions de dollars. Créateur de 200 emplois, il inclurait une usine de production de granules de bois (160 emplois), destinées au marché européen, et une usine de sciage (40 emplois). Le feu de vert du gouvernement du Québec sur le plan du financement ainsi que pour l'allocation de 144 000 mètres cubes de feuillus durs et 83 400 mètres cubes de bois résineux en provenance du CAAF de l’usine de Cédrico à La Martre est donc attendu.

4 commentaires

JEAN-ROCK DUGUAY a écrit le 15 mai 2012

POURQUOI CI LE PROGET EST RENTABLE CI LE GOUVERNEMENT NE VEUT RIEN SAVOIR QUE LES POURRAIT ACHETER DES ACTIONS

luc gionest a écrit le 15 mai 2012

je voudrais reagir au commentaire de mr jean francois dubois . le titanic , il coule depuis longtemps . le marché americain n est plus rentable pour le bois de sciage canadien , cette situation est d autant plus domageable que le taux de change actuel accentue cette problematique . il faut aussi ajouter a cette conjoncture une diminution de l;a demande pour les copeaux de bois qui represente en moyenne 50 pourcent de la production des usines de sciage aux quebec . la seule solution intelligente apporte par le gouvernement est l injection constant de nouveaux capitaux par l etat..la demarche entreprise atlantic fiber a chandler est une tentative pour resoudre et rechercher des solutions a ces divers problemes . le marche europeen pour le bois de sciage et la granulation pour les residus ..... des pistes de solution pour les problemes endemiques que vivent le monde forestier quebecois .

Marie J a écrit le 10 mai 2012

11 novembre 2011, CHNC « ... s’il est élu le 5 décembre prochain. Tout d’abord, M. Arsenault créerait une table de synergie avec les entrepreneurs régionaux pour consolider l’industrie forestière. «Il y a une urgence d’agir... ».

Jean-François Dubois a écrit le 10 mai 2012

Dans ce projet qui scinde la Gaspésie, j'entrevoie le spectre d'un autre titanic de fond publique coulée pas si loin au large du temps ...

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.