Éducation

Le programme en sciences humaines offert à Grande-Rivière

Par Antoine Rivard-Déziel, journaliste, graffici.ca
Les étudiants de la MRC du Rocher-Percé pourront suivre une formation préuniversitaire en sciences humaines à l’École des pêches et de l’aquaculture du Québec de Grande-Rivière

Les étudiants de la MRC du Rocher-Percé pourront suivre une formation préuniversitaire en sciences humaines à l’École des pêches et de l’aquaculture du Québec de Grande-Rivière Photo : Thierry Haroun

L’École des pêches et de l’aquaculture du Québec (ÉPAQ) de Grande-Rivière offrira en télé-enseignement le programme en sciences humaines à partir de l’automne 2013. 

Les étudiants de la MRC du Rocher-Percé pourront ainsi suivre cette formation préuniversitaire au complet sans s’exiler à Carleton-sur-Mer et à Gaspé ou à l’extérieur de la Gaspésie.

La formation générale sera suivie en classe avec les autres élèves de l’ÉPAQ.  Les cours spécifiques aux sciences humaines seront suivis à distance à partir du campus de Gaspé.

Avec ce projet pilote, la direction de l’établissement souhaite favoriser la rétention des jeunes dans la MRC du Rocher-Percé et augmenter le nombre d’inscriptions à l’ÉPAQ, qui fait face à d’importantes difficultés de recrutement. «Cette année, il n’y a aucune inscription dans les programmes d’aquaculture et de transformation. La venue d’un programme en sciences humaines améliorera la vie étudiante sur le campus. Cette nouveauté fait partie de la stratégie de réorientation de l’offre de l’ÉPAQ», explique le directeur des études du cégep, Louis Bujold.

La direction vise un minimum de 15 inscriptions pour démarrer le programme à l’automne 2013. En moyenne et sur une base annuelle, environ 20 finissants des polyvalentes de Grande-Rivière et de Chandler choisissent de poursuivre leurs études en sciences humaines. Parmi eux, huit optent pour le campus de Gaspé et 12 se tournent vers l’extérieur de la région.

Depuis 2001, le Cégep de la Gaspésie et des Îles offre des formations à distance, dont le programme de comptabilité et de gestion et celui de soins infirmiers.

Cette année, 55 étudiants suivent une formation en télé-enseignement offerte par la maison d’enseignement.

5 commentaires

JF a écrit le 17 décembre 2012

@Mari-Ève En ville à Gaspé????? En plus d'être un programme peu utile, il se donne déjà à Gaspé. Combien ça coûte aux contribuables du Québec, d'éparpiller la formation partout comme ça?

Marie-Eve Tessier a écrit le 17 décembre 2012

Mais au moins, ils auront le choix d'étudier les sciences humaines en Gaspésie, plutôt qu'en ville !

JF a écrit le 17 décembre 2012

Ça ouvre la porte à une foule de domaine universitaire dont la Gaspésie à bien besoin..... Merci pour la précision à savoir que les sciences humaines sont un programme pré-universitaire...... Je vais éclaircir mon point. Il y a trop de monde en sciences humaines et pas assez de débouché sur le marché du travail pour ces finissant qui ne servent qu'à faire boucler les budgets des universités. La pénurie d'emploi spécialisé qui se pointe (et qui est déjà vécue) ne sera pas en sciences humaines. On ne rends pas service aux jeunes en les acceptant en grand nombre dans ces programmes qui ne mènent pas à grand chose pour grand monde. Oui aux sciences humaines mais pas pour tout le monde.

Philippe Pelletier a écrit le 17 décembre 2012

@JF Saviez-vous que les sciences humaines était un programme pré-universitaire qui permet d'accéder à une foule de champs d'études universitaires variés? Si je saisi bien l'ironie dans votre commentaire, je vous demande alors selon vous, de quoi la Gaspésie a réellement besoin? Suggérons donc des solutions si nous voulons améliorer notre sort.

JF a écrit le 14 décembre 2012

C'est vraiment ce dont la Gaspésie à besoin, plus de diplômés en sciences humaines.....

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.