Problèmes de dépendances : l'organisme Mi-Chemin relancé

Par Geneviève Gélinas, journaliste, graffici.ca
Le coordonnateur de Mi-Chemin, Jean-François Samuel, et le président Francis Bernatchez ont présenté la mission et les locaux de l’organisme cette semaine à Gaspé.

Le coordonnateur de Mi-Chemin, Jean-François Samuel, et le président Francis Bernatchez ont présenté la mission et les locaux de l’organisme cette semaine à Gaspé. Photo : Geneviève Gélinas

Les personnes alcooliques, toxicomanes ou dépendantes au jeu ont désormais accès à une ressource à Gaspé, via l’organisme Mi-Chemin.

Mi-Chemin emploie un coordonnateur, Jean-François Samuel, 23 heures par semaine, dans un local remis à neuf. «Les gens pourront m’appeler et venir me rencontrer la journée même, alors qu’en première ou deuxième ligne [au CLSC] les rendez-vous sont hebdomadaires ou aux deux semaines», affirme M. Samuel.

Mi-Chemin existe depuis 1984. Il a déjà offert de l’hébergement sous le nom d’Accueil Père-Watier et de l’écoute 24 heures sur 24. Toutefois, ces dernières années, l’organisme se limitait à offrir un espace pour les rencontres des groupes locaux d’Alcooliques ou de Narcotiques Anonymes.

Sortir de l’isolement

Rachel Audet, travailleuse sociale au Centre de santé et de services sociaux de la Côte-de-Gaspé, voit des avantages à la relance de Mi-Chemin. «Des personnes mal à l’aise de se rendre au CLSC pourront faire une première démarche à Mi-Chemin», dit-elle.

«Souvent, ces gens-là se retrouvent très isolés [quand ils veulent arrêter] parce que leur environnement est consommateur. À Mi-Chemin, ils pourront venir tous les jours», ajoute Mme Audet.

Les services de Mi-Chemin sont confidentiels, adaptés aux besoins de chaque personne, précise M. Samuel. Des ateliers de groupe et des activités sociales seront organisés «pour montrer qu’il est possible de faire des sorties sans consommer».

Plus de service?

Le coordonnateur réalise entre 10 et 15 interventions par semaine, mais espère que la demande augmentera au fur et à mesure que la relance des services sera connue.

Afin d’offrir une présence à temps plein, Mi-Chemin demande une hausse de son financement de 38 000 $ à 63 000 $ à l’Agence de santé et de services sociaux de la Gaspésie et des Îles.

Les personnes qui ont besoin de soutien peuvent se présenter le lundi, les mardi et mercredi matin ou le vendredi après-midi aux locaux au 189, rue Jacques Cartier. Ils peuvent aussi téléphoner au 368-6676.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.