Gastronomie

Pour un goût plus sauvage

Par Gilles Gagné, journaliste, graffici.ca
Benoit Couillard, propriétaire de la microbrasserie Auval, utilise des baies de la Gaspésie.

Benoit Couillard, propriétaire de la microbrasserie Auval, utilise des baies de la Gaspésie. Photo : Geneviève Gélinas

VAL D’ESPOIR, décembre 2017 – Les Gaspésiens auront plus d'occasions que jamais de boire « local » lors de leurs réjouissances de fin d'année. La région compte maintenant six microbrasseries et deux distilleries, en plus de producteurs d'alcools de fruits, de vin et d'hydromel. GRAFFICI vous les présente dans les prochains jours, sur le web et dans le journal. Aujourd'hui, la bière à la camerise d’Auval, de Val d’Espoir.

GRAFFICI a demandé aux artisans de décrire une de leurs boissons typiquement gaspésienne et de dire à qui ils aimeraient la faire goûter.

Le fondateur de la microbrasserie Auval, Benoit Couillard, se sent chanceux d’avoir l’embarras du choix en matière d’ingrédients locaux. Cet automne, il brasse notamment une bière aux cassis et à la « camerise de Port-Daniel », spécifie-t-il, l’une de ses quatre bières aux fruits gaspésiens.

Les autres intègrent la framboise, la cerise à grappes et l’aronia. « La bière aux cassis et à la camerise est d’un rouge profond. Elle est très sèche, acidulée. Elle prend un an à faire dans les barriques de chêne. Elle a un côté plus sauvage que mes autres bières », dit-il.

Pour qui?

« C’est à boire en famille, aux fêtes, pendant un repas, avec ta blonde, tes parents, en groupe. Le format de 750 millilitres convient bien », note Benoit Couillard.

-30-

À lire aussi :

La Rosebridge de Gaspé

La Tripel Boréale du Frontibus

Le Voile de la mariée du Malbord

Des champignons dans mon gin

Le gin de la Société secrète, à Cap-d’Espoir

Le vin de rhubarbe des Bourdages

L’hydromel aux cerises à grappes de John Forest

 

 

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.