Démographie

La population gaspésienne est demeurée stable en 2012

Par Nelson Sergerie, journaliste, graffici.ca
C’est la MRC Côte-de-Gaspé qui compte le plus d’habitant avec 17 727 âmes qui y vivent.

C’est la MRC Côte-de-Gaspé qui compte le plus d’habitant avec 17 727 âmes qui y vivent. Photo : Geneviève Gélinas

GASPÉ – La Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine enregistre un solde migratoire nul en 2011-2012 et comptait 92 500 habitants au 1er juillet 2012.

Les données publiées par l'Institut de la statistique du Québec (ISQ) démontrent tout de même une diminution de 4,7 % entre 2006 et 2012 et de 15,2 % entre 1996 et 2012.

En fait, la population est passée de 106 404 au 1er juillet 1996 à 92 536 au  1er juillet 2012. L'institut constate dans sa présentation que « le rythme du déclin a ralenti », au cours de cette période.

« La région maintient ses gains chez les personnes en âge de prendre leur retraite, alors que les pertes se sont grandement réduites chez les 15-24 ans. Le bilan migratoire s'est également amélioré dans d'autres groupes, notamment les jeunes familles avec enfants. Les départs de jeunes et l'arrivée de personnes plus âgées au cours des dernières années ont cependant amplifié le vieillissement de la population régionale », écrit l'ISQ.

Par tranche d'âge

Les personnes de plus de 65 ans comptent pour 21,2 %, alors que cette proportion n'est que de 16,2 % au Québec. Les 20-64 ans comptent pour 60,7 % de la population régionale.

« La Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine se caractérise par la plus importante part de personnes âgées de 65 ans et plus et la plus faible proportion de jeunes de moins de 20 ans (18,1 %) de toutes les régions. L'âge médian y est de 49,5 ans, soit le plus élevé du Québec », indique l'ISQ.

L'indice de fécondité est de 1,69, légèrement mieux que le 1,68 enregistré au Québec.

Les Gaspésiens et Madelinots vivent moins vieux que la moyenne québécoise : l'espérance de vie d'un homme est de 77,5 ans (79,0 au Québec) et de 82,3 ans pour une femme (83,3 au Québec).

Côte-de-Gaspé : la MRC la plus populeuse

L'enquête montre que la MRC de la Côte-de-Gaspé compte le plus d'habitants, avec 17 727. Elle est suivie de très près par celles de Bonaventure (17 630) et de Rocher-Percé (17 586). Elles représentent respectivement 19,2 %, 19,1 % et 19,0 % du territoire gaspésien.

Au cours des six dernières années, la Côte-de-Gaspé a perdu 2,0 % de sa population, la plus petite diminution en Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine. La MRC de Rocher-Percé perd ainsi son titre de MRC la plus populeuse, en raison d'un déclin de 8,1 % depuis 2006.

15 commentaires

Gilles Thibodeau a écrit le 7 janvier 2014

Bonsoir @ Albert Picard . Vous pouvez hocher la tête de haut en bas ou de bas en haut ,c'est comme bon vous semble , sauf que je donne raison à M. Gaston Langlais " Un commentaire sans signature c'est exactement comme une lettre anonyme. Ça n'a aucune valeur, ce n'est bon que pour nourrir la poubelle." Et oui Monsieur ne pas signer son nom ou signer sous un faux nom genre Albert Picard ce n'est pas très courageux . Cela est mon opinion , je persiste et signe. Gilles Thidodeau Pabos .

Albert Picard a écrit le 7 janvier 2014

Je hoche la tête de haut en bas et de bas en haut.

Gaston Langlais a écrit le 7 janvier 2014

Bonjour, @ M. Albert Picard. Lorsque l'on exprime une opinion on assume, on supporte ce que l'on avance. Un commentaire sans signature c'est exactement comme une lettre anonyme. Ça n'a aucune valeur, ce n'est bon que pour nourrir la poubelle. Gaston Langlais - Gaspé.

Albert Picard a écrit le 7 janvier 2014

Pourquoi faut-il du courage pour signer son nom sur un texte qui ne sert qu'à exprimer son idée? Ce n'est pas logique.

Gaston Langlais a écrit le 7 janvier 2014

Bonjour, @ M. Albert Picard. Mon pauvre M. Picard, vous avez au moins le courage de signer votre nom. Pour le reste vos propos manquent de cohérence. Gaston Langlais - Gaspé.

John leblanc a écrit le 7 janvier 2014

Tant qu'il n'y aura pas d'emploie stable et bien rémunéré la Gaspésie aura de la difficulté à se sortir la tête de l'eau. On beau faire les discours qu'on voudra chacun cherche à avoir un salaire acceptable pour pouvoir survivre dans ce bas monde

Dany Blais a écrit le 7 janvier 2014

J'aimerais bien revenir mais chaque fois que j'y vais je vois une région économiquement faible avec aucune envie de ramener du cash neuf. Je vois aux nouvelles des gens prêt à brailler et manifester pour de l'assurance-emploi, un sujet dont les Gaspésiens se sont fait laver le cerveau pas à-peu-près. Tu veux te louer une chambre de motel... c'est 100$ 150$ pour une nuit... vous voulez relancer une région comme ça??????

Albert Picard a écrit le 7 janvier 2014

Non seulement grincheux, mais tout-à-fait insensibles aux jeunes générations et à celles à venir, puisqu'ils sont prêts à saboter l'eau, la terre, l'air et la mer. Et on s'étonne de voir notre Gaspesie se vider de sa population! Allons donc, c'est ce modèle de développement industriel qui ne laisse que des cicatrices qu'on veut perpétuer. L'altruisme pour eux ne veut pas dire grand chose, ce qui n'est peut-être pas une mauvaise chose puisque que leur présence sur notre terre nous permet d'aiguiser le notre envers eux.

Gaston Langlais a écrit le 7 janvier 2014

Bonjour, @ le_gaspesien, Signes ton nom mon brave. Gaston Langlais - Gaspé.

Gaston Langlais a écrit le 7 janvier 2014

Bonjour, @ le_gaspesien, Signe ton nom mon brave. Gaston Langlais - Gaspé.

le_gaspesien a écrit le 7 janvier 2014

Amandine: Il ne faut pas trop s'en faire avec les Grincheux; leur contribution au développement de notre région est insignifiante. Leurs propos ne sont qu'un long monologue que plus personne ne se donne la peine d'écouter. Qui voudrait vivre dans une Gaspésie aussi noire et négative que la leur?

Gaston Langlais a écrit le 6 janvier 2014

Bonsoir, @ Mme. Amandine Chapelle. En plus de mes Meilleurs Vœux pour 2014, je vous souhaite de suivre un petit cours sur les quarante dernières années du contexte économico-socio-politique de la Gaspésie. De plus, on juge un arbre à ses fruits. Vous énumérez une foule de plantes qui poussent en Gaspésie. Les fruits sont pour le moins très rares. Gaston Langlais - Gaspé.

Amandine Chapelle a écrit le 6 janvier 2014

À vous entendre, Messieurs, on croirait qu'il ne se passe strictement rien... Vos commentaires manquent d'observation. Il se passe beaucoup de choses en Gaspésie et aux Îles pour attirer des étudiants dans ses campus de Cégep, pour attirer des jeunes diplômés, originaires d'ici ou d'ailleurs, pour les faire rester, pour qu'ils fondent des familles ICI. Ça s'appelle Le personnel du Cégep et sa direction, les CJE, Place aux Jeunes, les Comités des Nouveaux arrivants, la Stratégie d'Établissement durable, et j'en passe. Il semble que ce soit vous qui dormiez sur la "switch"... Posez-vous des questions à vous-mêmes avant de sempiternellement accuser les autres de ne rien faire. Et Meilleurs voeux pour 2014. Je vous souhaite d'être moins grincheux et de partager avec vos communautés toutes vos bonnes idées, votre expérience notable et votre amour pour la région. Ils sont, j'ose le croire, précieux.

Gaston Langlais a écrit le 6 janvier 2014

Bonjour, @M. Jean-Marc Landry. Bien d'accord avec vous mais ça fait 40 ans que l'on dort sur la "switch". Qu'à t-on élu comme représentants depuis toutes ces décennies? Presque toujours les moins bons. Il faut pleurer maintenant en souhaitant que quelque part on aura pitié de nous. Mais on ne donne pas à un "quêteux" la moitié de ses ressources. Gaston Langlais - Gaspé.

Jean-Marc Landry a écrit le 6 janvier 2014

De 1996 à 2012, la population des 3 MRC que compte le comté de Bonaventure a décliné de façon drastique passant de 57 000 à 50 000, soit la perte de 7 000 habitants (l’équivalent de 4 municipalités de Nouvelle, ou 2 Paspébiac, ou encore 1 Chandler, disparus de la carte ! À mon humble avis, nous devons agir rapidement et drastiquement pour sauver notre région. Le temps presse, le compte a rebours a débuté.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.