Transport

LE POIDS LÉGER DES PALES OUVRE DES POSSIBILITÉS

Par Gilles Gagné, journaliste, graffici.ca
En novembre dernier, des pales sont chargées sur des wagons à New Richmond.

En novembre dernier, des pales sont chargées sur des wagons à New Richmond. Photo : Gilles Gagné

CARLETON-SUR-MER, 8 février 2017 – La grande majorité des ponts ferroviaires entre Caplan et Gaspé, le secteur du rail en dormance, pourrait supporter sans problème les wagons plats qui transportent des pales, une marchandise poids plume pour un chemin de fer.

Le transport ferroviaire de fret est à son meilleur quand il est animé par des marchandises lourdes et denses, comme le bois d’œuvre, le métal, le vrac liquide et le vrac solide, entre autres. Les pales éoliennes font exception.
 
Actuellement, les pales fabriquées à Gaspé sont acheminées par camion jusqu’à New Richmond, d’où elles prennent le train vers les États-Unis. Chacune des pales de LM Wind Power présentement chargées à New Richmond pèse entre six et sept tonnes. À cause de leur longueur, 42 mètres, la Société du chemin de fer de la Gaspésie en place deux sur chaque ensemble de trois wagons plats.
 
Ainsi, le poids supporté par chaque wagon plat est d’au plus cinq tonnes, un poids plume en matière ferroviaire puisqu’un wagon de vrac solide ou liquide peut aisément transporter jusqu’à 115 tonnes, si son poids à vide est assez réduit et s’il circule sur des voies ferrées ouvertes aux wagons pesant jusqu’à 286 000 livres.
 
La Société du chemin de fer de la Gaspésie (SCFG) mise sur la légèreté relative des pales pour accélérer le retour de trains de marchandises à Gaspé, parce que la grande majorité des ponts entre Caplan et Gaspé, la portion en dormance, serait capable de supporter sans problème les wagons plats transportant des pales. Vide, un wagon plat pèse environ 30 tonnes, et il ne dépasse pas 35 tonnes avec une pale à bord, suivant le concept de deux pales pour trois wagons.
 
Les locomotives utilisées par la SCFG pèsent 125 tonnes. « Il serait possible d’utiliser des locomotives plus légères, de 80 tonnes, ou 160 000 livres, pour acheminer les wagons de pales entre Gaspé et New Richmond. Seulement quelques ponts devraient être renforcés pour le faire sans problème. Avec le temps, ces ponts pourraient être renforcés graduellement pour accueillir des wagons correspondant au standard de 263 000 livres en vigueur sur notre tronçon. Le train de passagers pourrait revenir », précise Luc Lévesque, directeur général de la SCFG.
 
Si LM devait éventuellement exporter par rail des pales de 55,8 mètres, comme la firme en a produites pour le parc éolien Mesgig Ugju’s’n, d’Escuminac, elle peut compter sur le fait que des précédents de transport d’unités de cette taille ont déjà été réalisés en Amérique du Nord. Il est même possible d’en voir des images sur Youtube. On place une seule pale sur deux wagons plats. Et comme les wagons plats utilisés ont une longueur de 28 mètres, rien ne dépasse.
 
Note : Le système anglais, gradué en livres, en tonnes courtes (2000 livres comparativement à 2 200 livres pour une tonne métrique) et en milles, au lieu de kilomètres, est encore la norme utilisée par les chemins de fer nord-américains. La plupart des grands chemins de fer accueillent des wagons dont le poids peut aller jusqu’à 286  000 livres, ou 143 tonnes courtes. La SCFG accueille des wagons de 263 000 livres entre Matapédia et Caplan. Les wagons chargés en Gaspésie sont de toute façon limités pour le moment à 263 000 livres, soit une contrainte assez semblable aux 268 000 livres autorisées par le CN entre Matapédia et Mont-Joli, ou entre Matapédia et Moncton.


 -30-

Ce texte est un complément au dossier Chemin de fer: des opportunités pas vues depuis 20 ans, publié dans le numéro de février du journal GRAFFICI.

À VENIR SUR LE WEB: Un chemin de fer du côté nord, une période stable et prospère, des draisines en Gaspésie, des statistiques pour les amateurs de chiffres, et plus.


 

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.