De plus en plus de jeunes choisissent de s’établir en Gaspésie et aux Îles

Par Johanne Fournier, journaliste, graffici.ca
Pas moins de 116 personnes de plus, âgées de 25 à 34 ans, ont choisi de venir s’établir en Gaspésie et aux Îles-de-la-Madeleine au cours de la dernière année.

Pas moins de 116 personnes de plus, âgées de 25 à 34 ans, ont choisi de venir s’établir en Gaspésie et aux Îles-de-la-Madeleine au cours de la dernière année. Photo : Johanne Fournier

Depuis 2003, la Gaspésie et les Îles-de-la-Madeleine attirent davantage de jeunes âgés de 25 à 34 ans qu’elles n’en perdent. Les dernières données rendues publiques mardi par l’Institut de la statistique du Québec le confirment.

Pour une troisième année consécutive, la Gaspésie et les Îles enregistrent, pour 2010-2011, un solde migratoire positif. Avec 116 personnes de plus, âgées de 25 à 34 ans, il s’agit du meilleur résultat des dernières années. En 2009-2010, ils étaient 95 de plus et, en 2008-2009, on en dénombrait 47.

«Ces résultats confirment que les efforts communs des différents organismes de la région pour promouvoir la Gaspésie et les Îles-de-la-Madeleine comme un milieu de vie rapportent, soutient le président de la Commission jeunesse Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, Jean-François Tapp. Même si elle est encourageante, cette tendance qui se maintient depuis près de dix ans n’est pas acquise. C’est pourquoi le travail pour favoriser l’établissement et la rétention des jeunes dans la région doit se poursuivre.»

D’autres régions rejoignent la Gaspésie et les Îles

Contrairement à l’an dernier, la Gaspésie et les Îles ne sont plus les seules régions de la zone éloignée des centres urbains à ne pas avoir enregistré de pertes dans ses échanges migratoires. C’est également le cas de l’Abitibi-Témiscamingue et de la Côte-Nord.

«L’engouement vers les régions semble se confirmer puisque la Côte-Nord, l’Abitibi-Témiscamingue et le Saguenay-Lac-Saint-Jean viennent rejoindre la Gaspésie et les Îles-de-la-Madeleine en affichant, à leur tour, des bilans positifs», se réjouit l’agente de communication et de participation citoyenne de la Commission jeunesse Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, Sandra McNeil.

Avec un nombre de personnes entrantes correspondant presque exactement au nombre de personnes sortantes, le Saguenay-Lac-Saint-Jean enregistre un taux nul. Le solde du Bas-Saint-Laurent est légèrement négatif, tandis que le Nord-du-Québec présente un taux fortement négatif.

Toutes ces régions accusent des pertes chez les 15 à 24 ans. Par contre, à l’exception du Nord-du-Québec, elles font des gains chez les 0 à 14 ans. Selon Mme McNeil, la Gaspésie et les Îles-de-la-Madeleine attirent de jeunes familles. La Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine se distingue aussi par un fort gain chez la clientèle des 45 à 64 ans.

3 commentaires

Linda Larsen a écrit le 2 février 2012

Il est intéressant que les jeunes veulent revenir en Gaspésie et que des démarches dans les grandes villes comme la Grande Séduction existe, C'est tellement une belle région !!! Faut-il encore conserver nos acquis et de faire du développement durable pour accroître le potentiel de nos régions afin d'y conserver des emplois durable et intéressant pour l'avenir de tous ce qui n'est pas la tendance depuis les dernières semaines malheureusement car dans les médias ou parle plutôt d'abolition et coupure de postes !!!

Aryane Blais a écrit le 1 février 2012

C'est vraiment encourageant de voir que les régions du Québec soient de plus en plus attirantes!

Yves Anderson a écrit le 1 février 2012

Bonjour à tous, pour ma part je reviens en Gaspésie après un exil de 25 ans avec ma conjointe et 2 enfants (se qui vas augmenter les statistiques ). Se qui est le plus difficile est le travail, même avec des métiers en santé il faut malgré tous faire des concessions salarial importante et même au niveau du travail, en ayant une formation comme inf. aux je doit revenir comme p.a.bénéficiaire pour être engagé dans le réseau public de santé. Je pense que se facteur peut faire peur à bien des gens qui veulent revenir en région. Peux-être que je n'ai pas rencontré les bonnes personnes, je verrai sur place. merci et gardons la foi en la bonne étoile.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.