Développement économique et exportation

Un plan d'asphalte dans Rocher-Percé?

Par Thierry Haroun, journaliste, graffici.ca
Les élus de Rocher-Percé voient d'un bon oeil l'implantation d'un plan d'asphalte sur leur territoire.

Les élus de Rocher-Percé voient d'un bon oeil l'implantation d'un plan d'asphalte sur leur territoire. Photo : Thierry Haroun

CHANDLER - La MRC du Rocher-Percé reçoit avec enthousiasme le projet de construction d’un plan d'asphalte sur son territoire.

Le promoteur, qui demande que son nom ne soit pas divulgué pour l'instant, a rencontré récemment les élus de la MRC afin de leur présenter son projet. La préfète, Diane Lebouthillier, précise que ce dernier aurait aussi l'intention de couvrir une partie de la Baie-des-Chaleurs.
 
«C'est quelqu'un qu'on a rencontré il y a quelques mois et qui a démontré un intérêt pour implanter un tel projet. Cette personne a même rencontré le préfet de Bonaventure (Jean-Guy Poirier) parce qu'il pourrait desservir un secteur de Bonaventure. Écoutez, nous on est très intéressé par ce projet en autant que les règles, les lois et normes en vigueur pour ce type de projet soient respectées par le promoteur», ajoute Mme Lebouthillier
 
La production d'asphalte locale pourrait pousser les prix à la baisse, juge la préfète en précisant qu'aucun échéancier n'a été déposé à ce jour.
 
Bonaventure confirme
 
Le préfet de Bonaventure, Jean-Guy Poirier, confirme être au courant de ce projet. «Je n'ai pas rencontré le promoteur personnellement, mais j'ai discuté avec lui. Il m'avait d'ailleurs envoyé une lettre en ce sens. Chose certaine, plus on peut avoir de fournisseurs d'asphalte, plus ça fera notre affaire. Parce que, au moment où l’on se parle, il n'y en a pas tellement (de fournisseurs) et on ne peut pas négocier le prix».
 
M. Poirier demeure toutefois sceptique quant à la possibilité que son territoire soit desservi pour ce plan d'asphalte pour des raisons de rentabilité lié aux distances à parcourir. Le préfet tient par contre à souligner le sérieux de la démarche du promoteur.
«J'ai le nom de la personne, mais il serait prématuré de l'identifier publiquement. Mais il est très sérieux».

8 commentaires

Beauchamp a écrit le 25 juin 2013

M. le directeur Trépanier si mon langage vous plais pas mais ne me publié pas c'est tout , cela m'empêcherais pas de vivre, mais quand je lie des commentaire que juste pour un mot on en fais tout un plat et qu'il as bien plus important que ça dans se monde et où on se bat pour créé de l'emploie ici en région, et M le Directeur je vais vous donner une idée aussi et non je va garder ça pour plus tard pour rafraîchir la mémoire d'un ou d'une de vos journalistes ........ qui vient ici en région pour exercer leur métier de journalistes et nuire à des gens qui se bat à tout les jours pour gagner leur vie honnêtement je me comprend il ou elle devrais être congédié ........ tout ça pour un scoop

Benoit Trépanier, Directeur GRAFFICI a écrit le 25 juin 2013

Mme Beauchamp, Surveillez votre langage. Des idées pour relever le débat ? Merci et continuez de commenter.

Jean-François Samuel a écrit le 25 juin 2013

@Beauchamp Personnellement tu as le droit de te "foutre" de la manière donc tu écris et parle ta langue mais un journal n'a pas ce luxe là.

Beauchamp a écrit le 23 juin 2013

Plan,plant, usine c'est quoi le problème gagne d'intelligent si bien éduqué ont a rien à foutre que sois un ou l'autre d'abord qu'on comprend

Maxim Chartrand a écrit le 21 juin 2013

En fait, l'orthographe du mot est "plant", mais c'est un anglicisme, le bon mot est usine. http://gdt.oqlf.gouv.qc.ca/ficheOqlf.aspx?Id_Fiche=8361731

Jean-François Samuel a écrit le 20 juin 2013

@Thierry Haroun Êtes-vous un attaché de presse pour transcrire directement ce que "les autorités compétentes" vous disent? Bonne fin de journée

Thierry Haroun a écrit le 20 juin 2013

Leçon retenue M. Samuel. Cela dit, c'est le vocable utilisé par les autorités compétentes. Merci de nous lire.

Jean-François Samuel a écrit le 20 juin 2013

@Thierry Haroun Un plan c'est un dessin pas une usine. Surveillez votre français!

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.