La place de la culture dans la tête de nos candidats

Par Nelson Sergerie, journaliste, graffici.ca
Le Conseil de la culture de la Gaspésie demande des engagements sur le financement de la culture dans le cadre de la campagne.

Le Conseil de la culture de la Gaspésie demande des engagements sur le financement de la culture dans le cadre de la campagne. Photo : Nelson Sergerie

GASPÉ – Les candidats et partis à l’élection du 7 avril prochain demeurent prudents face à des engagements en culture alors que le Conseil de la culture de la Gaspésie leur demande de se prononcer sur cet enjeu « absent du débat ».

Dans une lettre ouverte, le conseil rappelle que « les dépenses de l’administration publique en culture en Gaspésie et aux Îles ont diminué de 13,1 % de 2007 à 2012 pour ce qui est du fonctionnement (…) comparativement à une hausse de 1 % pour l’ensemble du Québec ».

La candidate libérale dans la circonscription de Gaspé, Annie St-Onge, n’est pas du même avis : « De 2003 à 2012, les budgets de la culture ont augmenté de 35 % et les budgets pour la Gaspésie de la même manière », citant en exemple les investissements au Musée de la Gaspésie ou les augmentations des budgets des ententes culturelles avec Percé.

« Nous nous engageons à rétablir le financement au niveau précédant les coupes imposées par le gouvernement actuel. La diminution des investissements sur notre territoire ne me semble être qu’un manque de détermination des élus en place pour défendre les particularités de notre territoire », soutient Mme St-Onge.

La candidate de Québec solidaire dans Bonaventure, Patricia Chartier, souligne que le programme de son parti prévoit soutenir la relève et les institutions. « Ce sont nos deux priorités. On veut valoriser la culture », dit-elle.

« On voudrait subventionner les écoles pour favoriser l’accès à la culture via l’éducation. Déjà, cela permettrait de créer un public, des gens qui apprécieraient la culture et de faire de l’éducation », explique Mme Chartier.

Le candidat de la Coalition avenir Québec (CAQ) dans Bonaventure, Jean-Marc Landry, souligne que les gens de la culture doivent se battre pour boucler leur budget, mais ne prend  pas d’engagement précis : « Les vieux partis font des promesses qu’ils ne sont pas en mesure de tenir. En éliminant le gaspillage et des avantages financiers qu’un petit nombre de personnes bénéficie, on pourra avoir une vision pour que tous les organismes puissent avoir accès [aux fonds] », analyse M. Landry.

Au Parti québécois, le candidat dans Gaspé, Gaétan Lelièvre, rappelle que les efforts budgétaires demandés dans l’atteinte de l’équilibre budgétaire expliquent les réductions dans l’ensemble de l’appareil de l’État.

« Je suis conscient que ce n’est pas facile. Il y a un exercice effectué par le ministre de la Culture pour réévaluer l’ensemble des sites, notamment les musées. Chaque région aura une nouvelle grille d’évaluation et un nouveau financement sera rattaché », indique M. Lelièvre.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.