Philippe Couillard prendrait la Gaspésie sous son aile

Par Thierry Haroun, journaliste, graffici.ca
Philippe Couillard sera dans la région cette semaine

Philippe Couillard sera dans la région cette semaine Photo : Parti libéral du Québec

Si le chef du Parti libéral, Philippe Couillard, devient premier ministre du Québec suivant l'élection du 7 avril, il s'engage à prendre la région de la Gaspésie-les-Îles sous son aile. Ce qui serait une première sous un gouvernement libéral.

Quelques jours après la sortie du maire de Gaspé et président de la Conférence régionale des élus, Daniel Côté, qui demandait à M. Couillard s'il s'engageait à présider le Plan de relance de la Gaspésie, à l'instar de la chef péquiste Pauline Marois, si porté au pouvoir le 7 avril prochain, le chef libéral répond par l'affirmative.

« Ma réponse est oui. Je vais prendre la région de la Gaspésie-les-Îles sous mon regard particulier comme premier ministre ». Il a d'ailleurs profité de notre entretien téléphonique pour rappeler que le tout dernier plan de relance annoncé par l'ex-gouvernement Marois en mai dernier « n'est au fond qu'une compilation de mesures qui étaient déjà existantes » sous le gouvernement libéral de Jean Charest entre 2003 et 2012.

« Ce que ça prend, c'est de l'action, bien sûr. Ces mesures-là vont se poursuivre (sous sa gouverne) en plus des mesures que nous mettrons de l'avant et qui se retrouvent au sein de notre programme économique, tel que la reprise du Plan Nord, la Stratégie maritime, les mesures spécifiques aux PME; je pense ici aux crédits à l'exportation et à l'innovation ». « Les comités, les groupes de travail, c'est bien joli-là, mais ça ne crée pas des emplois », ajoute-t-il en faisant référence au Plan de relance de la Gaspésie du gouvernement Marois.

Eau potable et hydrocarbures

Le maire Côté avait aussi souhaité connaître la position de M. Couillard quant à une éventuelle Loi sur les hydrocarbures, de même que la protection de l'eau potable des municipalités, et ce, à la lumière du bras de fer entre Pétrolia et Gaspé. À cet égard, Philippe Couillard s'est fait rassurant. « Il faut en effet avoir une législation (sur les hydrocarbures) et qui fixe aussi les redevances tout en clarifiant la protection de l'environnement. Je rappellerai aux Gaspésiens que nous préconisons le partage des redevances gazières et pétrolières avec les régions ». Et l'eau potable? « C'est également important. Il faut d'abord adopter une loi sur les hydrocarbures et par la suite préciser le règlement sur l'eau potable qui a d'ailleurs été laissé de côté pendant des mois (par les péquistes) », fait valoir le chef libéral qui sera dans la région cette semaine.

5 commentaires

Bob Eichenberger a écrit le 2 avril 2014

À propos des sources de mon information. J'ai fait de la traduction pour le Regroupement pour la surveillance du nucléaire et j'ai lu un livre de John Gofman, un physicien du nucléaire qui s'est retourné contre son propre travail pour dénoncer cet industrie. Je recommanderais à tous ce livre d'un des plus grands scientifiques du 20ième siècle. «IRREVY, an irreverent look at the nuclear industry» par John Gofman. Bien sûr l'industrie donne de l'information, mais il faut la juger dans le contexte des motivations de ceux qui la donnent.

Dany Blais a écrit le 1 avril 2014

Du n'importe quoi à la Couillard encore. Si les gaspésiens veulent nuire à la Gaspésie, un vote pour le PLQ fera l'affaire.

Bilbo Cyr a écrit le 1 avril 2014

Je me souviens...

Louis-Éric Savoie a écrit le 1 avril 2014

Vous manquez un peu/pas mal de connaissances... S'il y'a présence d'uranium dans un certain secteur, ce secteur est déjà contaminé et irradié. Une exploitation d'uranium dans ce secteur ne changerais absolument rien. Le transport de cette matière est toutefois à revoir. Ce qui me fait bien rire, c'est que les gens pensent que c'est la responsabilité du gouvernement de faire vivre le monde, et à Coca-Cola / Pepsico / Wal-Mart / Mcdonald / Bombardier / Pétrolière de payer nos programmes sociaux. Belle mentalité d'assistés sociaux ! Louis-Éric Savoie.

Bob Eichenberger a écrit le 1 avril 2014

La dernière fois que la Gaspésie était sous l'aile du PLQ, il a fallu qu'on combatte un projet de mine d'uranium appuyé par notre vice-première-ministre qui aurait contaminé la Baie des Chaleurs pour le restant de l'avenir concevable de l'humanité. Restons vigilants.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.