Politique, Transport

Philip Toone peu encouragé d’une rencontre avec Via Rail

Par Nelson Sergerie, journaliste, graffici.ca
L’Amiral sera le seul train de passagers à circuler sur le rail gaspésien, tant que la voie ferrée ne permettra pas le retour de celui de Via Rail.

L’Amiral sera le seul train de passagers à circuler sur le rail gaspésien, tant que la voie ferrée ne permettra pas le retour de celui de Via Rail. Photo : David Morris

ÎLES-DE-LA-MADELEINE – Le député Philip Toone sort peu encouragé d’une rencontre tenue lundi après-midi avec le président et chef de la direction de Via Rail.

M. Toone a rencontré Marc Laliberté pour lui parler notamment de l’avenir du train Chaleur en Gaspésie. Les nouvelles ne sont pas très encourageantes : « Via Rail privilégie les distances entre 160 et 800 kilomètres », s’est fait dire le député néodémocrate de Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine.

Ainsi, Via estime que les gens qui font moins de 160 kilomètres utilisent l’autobus, tandis que pour les trajets de plus de 800 kilomètres, les usagers se tournent vers l’avion.

À ses yeux, la faute revient au gouvernement conservateur : « Via Rail a de gros problèmes alors que les subventions diminuent. Ils [les dirigeants] vont trouver n’importe laquelle des raisons pour sauver de l’argent », estime le député.

L’état du rail fait l’affaire de Via

Via Rail ne circule plus entre Matapédia et New Carlisle depuis le mois dernier alors que la Société du chemin de fer de la Gaspésie (SCFG) avait utilisé une solution à base d’eau salée pour combattre la végétation, ce qui avait provoqué notamment des bris d’équipement sur les signaux lumineux de passages à niveau.

Le train de passagers ne vient plus à Gaspé depuis décembre 2011 en raison des problèmes constatés sur plusieurs ponts entre New Carlisle et Gaspé. Certains ponts ont été réparés  pour assurer le passage du train l’Amiral entre Gaspé et Percé.

« Malheureusement pour nous, on leur a donné des occasions en or. Notre chemin de fer est souvent pas sécuritaire, est fermé. Je suis d’accord avec eux lorsqu’il s’agit d’une question de sécurité. Mais tant qu’il n’y aura pas d’investissements dans notre chemin de fer, le service de Via Rail demeurera douteux dans notre région », précise le député.

Selon des données obtenues par le député, la fréquentation du train a diminué de 50 % entre Gaspé et New Carlisle depuis deux ans. Via Rail n’offre plus depuis mardi le service d’autocar pour pallier au train.

Train en péril à l’est de Rivière-du-Loup ?

Philip Toone rappelle que le train pourrait disparaître si la ligne ferroviaire transitant par Mont-Joli, la vallée de la Matapédia et le nord du Nouveau-Brunswick ne trouvait pas preneur. Le CN veut s’en départir après une diminution importante de la circulation de trains de marchandises, ce qui met en péril le train à partir du Bas-Saint-Laurent. Le train Océan de Via Rail transiterait alors par la région d’Edmundston, au nord-ouest de la province voisine.

Mais pour le député, la priorité va à la rénovation de la voie gaspésienne. « Plus longtemps que ça prend, plus le chemin de fer est à risque. Ce qui manque, c’est de l’argent. Ce qui manque, c’est le fédéral. La province, les municipalités, tout le monde est autour de la table. Malheureusement, le gouvernement Harper ne l’est pas. »

Pour le député, « Via a une volonté de desservir la région, mais ce n’est pas prioritaire. »

M. Toone croit qu’il faudra créer un mouvement national afin de maintenir les services de Via Rail à l’échelle du pays. « C’est rendu un enjeu national », conclut le député.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.