Phase 2 des Forums sur les hydrocarbures

Par Nelson Sergerie, journaliste, graffici.ca
Le vice-président de la CRÉGÎM, Joël Arseneau, et le directeur général de l'organisme, Gilbert Scantland.

Le vice-président de la CRÉGÎM, Joël Arseneau, et le directeur général de l'organisme, Gilbert Scantland. Photo : Nelson Sergerie

GASPÉ – La phase 2 des Forums sur les hydrocarbures de la Conférence régionale des élus Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine (CRÉGÎM) portera sur les aspects socioéconomiques en lien avec l'exploration et l'exploitation de la ressource.

Quatre panélistes tenteront de répondre à une partie des questions et des attentes soulevées par les participants lors du premier forum, tenu à la fin mars, qui avait attiré quelque 200 participants.

«Les gens que l'on a choisi et qui ont accepté de collaborer ont des points de vue opposés. On a toujours pensé que les forums servaient à confronter les points de vue afin que les gens aient une meilleure compréhension du dossier», indique le vice-président de la CRÉGÎM, Joël Arseneau.

Jean-François Minardi de l'Institut économique de Montréal, Mario Lévesque de l'Association des fournisseurs de services pétroliers et gaziers du Québec, Robert Laplante de l'Institut de recherche en économie contemporaine et Jean-François Spain du Centre d'initiative à la recherche et d'aide au développement durable participeront à ces forums.

«Il y a quelques questions qui seront posées par l'animateur. Les points de vue seront confrontés et le public pourra se joindre à l'échange durant trois heures», indique M. Arseneau.

La CRÉGÎM tiendra cette deuxième ronde la semaine prochaine à Gaspé, Bonaventure et aux Îles-de-la-Madeleine.

Les échanges seront mis en ligne pour les personnes qui ne pourraient assister aux forums.

D'autres aspects de discussions

L'aspect technologique et technique de l'extraction n'est pas mis de côté. Cette question se trouve sur le site web du forum (www.hydrocarburesgim.ca). Des documents et des vidéos sont disponibles pour consultation et la CRÉGÎM indique que d'autres éléments seront également ajoutés au cours des prochaines semaines.

Sur l'aspect de l'hydrogéologie, on rappelle que Québec propose une réglementation sur cette question et des consultations seront menées.

Quant à l'impact de l'exploitation sur l'eau potable en Gaspésie, le vice-président de la CRÉGIM rappelle que l'organisme réclame de Québec une étude environnementale stratégique afin de répondre à cette question. «Ce serait beaucoup trop complexe de discuter de cette question durant un forum de 3 heures», dit M. Arseneau.

Le troisième forum se tiendra à l'automne.

8 commentaires

Albert Picard a écrit le 6 juin 2013

Une autre petite énigme : Pourquoi le titre boursier de PETROLIA plonge-t-il vers les abysses ? La réponse est dans leur rapport annuel, écrite noir sur blanc, en une seule phrase. Un indice: C'est l'autorité des marchés financiers qui l'oblige à l'écrire.

Albert Picard a écrit le 5 juin 2013

Petite énigme : Pourquoi les compagnies gazières continuent-elles de forer, et encore de forer produisant toujours plus de gaz sur les marchés avec des prix de plus en plus bas alors que leurs états financiers affichent des pertes et des dettes? Le Lavallois n'étant pas fort dans la résolution d'énigmes, de même que dans la lecture d'états financiers d'ailleurs, je lui offre la réponse sans pot de vin et sans intention de le corrompre : Parce que ces compagnies ont besoin de générer des flux de trésorerie ( de l'argent comptant ) pour rembourser leurs dettes. N'est-ce pas fantastique?

Albert Picard a écrit le 5 juin 2013

Des chiffres de la ville de Fort Worth (USA). La Texas Commission on Environnmental Quality affirme que : 94% de tous les sites de forage testés dans la ville démontrent la présence de benzène; les forages gaziers produisent plus de toxines cancérigènes dans l'air que tous les camions, toutes les voitures et les avions réunis; la région de Fort Worth dépasse maintenant Houston pour la quantité de produits toxiques dans l'air. (Source : Déborah Rogers pour la Texas Commission on Environmental Quality)

Albert Picard a écrit le 4 juin 2013

Les bouts de ficelles sont maintenant nouées. Le Gouvernement Marois qui affirme sa volonté d'aller de l'avant sur l'exploitation des hydrocarbures; la CRÉ qui recoit ses mandats du gouvernement est composée des maires des municipalités et dont la tâche est de favoriser la concertation et d'assumer la planification du développement régional. C'est à ces maires que le gouvernement donne 1 mois pour se prononcer sur le nouveau règlement sur l'eau potable et qui permet le forage de puis pétroliers à moins de 300 mètres; la CRÉ qui choisit Mario Lévesque pour nous entretenir des aspects économiques du pétrole dans la région. Les dés sont pipés. Tant qu'à cette créature lavalloise de m. Pelletier, lorsqu'il s'immisce dans ce débat il ne se demande jamais à qui sont les oreilles.

M. Goudreau a écrit le 4 juin 2013

Ouups! C'est bien Mario Lévesque le lobbyiste et pas Mario Cyr. Mario Lévesque est celui qui travaille avec Michael Binnion de Questerre, celui qui a remplacé Lucien Bouchard à la tête de l'Association pétrolière et gazière du Québec.

M Goudreau a écrit le 4 juin 2013

Il est clair que Mario Cyr est en flagrant conflit d'intérêt. Un bon choix pour le remplacer pour présenter de façon éclairer le grand mirage économique des forages serait madame Deborah Rogers, une experte en matière des aspects économiques de la fracturation. (je vous invite à aller voir/écouter ses conférences sur Youtube) Martin P. Pelletier serait un personnage à éviter pour remplacer Mario Lévesque car il est assi à la même table que Glenn Kelly comme administrateur de CO2 SOLUTION. Son ami Kelly est coo d'Orbite Aluminae, un ancien dirigeant du projet Rabaska (RIP) qui frayait avec Gaz Metro, Gaz de France et Enbridge et aussi un ancien de la pétrolière Chevron. Non les intérêts de monsieur Pelletier dans le gaz et pétrole sont trop évidents.

Bilbo Cyr a écrit le 4 juin 2013

Monsieur Martin P Pelletier, je n'ai suggéré personne. Ce que je dis, c'est que Mario Levesque est enregistré comme lobbyiste pour Questerre depuis 2009, et qu'il ne va pas mordre la main qui le nourrit. La CRE fait là un choix douteux qui mine la crédibilité de la démarche. (voir www.lobby.gouv.qc.ca, "section consuter le registre")

Bilbo Cyr a écrit le 4 juin 2013

La présence de Mario Levesque, un lobbyiste enregistré de la compagnie pétrolière Questerre vient mettre en doute l’objectivité des forums qui sont destinés à informer le public.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.