Développement économique et exportation

Un peu d’oxygène pour le tronçon ferroviaire gaspésien

Par Gilles Gagné, journaliste, graffici.ca
Le gouvernement fédéral n’a pas investi dans le tronçon gaspésien depuis 2011.

Le gouvernement fédéral n’a pas investi dans le tronçon gaspésien depuis 2011. Photo : Gilles Gagné

Le gouvernement du Québec investira un montant additionnel de sept millions de dollars pour financer des réparations sur le tronçon ferroviaire reliant Matapédia à Gaspé. 

La somme sera utilisée sur la portion Percé-Gaspé, afin que le train touristique entre ces deux villes démarre en 2013.

La somme des travaux réalisés en 2013 devrait donc atteindre 16 millions de dollars, puisque la Société du chemin de fer de la Gaspésie (SCFG), propriétaire de l’axe Matapédia-Gaspé, disposait déjà de 9 millions $, le solde non-utilisé des 17 millions $ annoncés en mai 2012 par le gouvernement libéral. Les 9 millions $ seront consacrés à la partie Matapédia-New Carlisle du réseau.

Les nombreux ponts ponctuant le chemin de fer gaspésien accapareront l’essentiel des fonds débloqués par Québec.

Cette moitié ouest du réseau est présentement la seule où des trains roulent, en l’occurrence le convoi de passagers de Via Rail et celui de marchandises qui dessert essentiellement la scierie Temrex de Nouvelle.

François Roussy, président de la SCFG et maire de Gaspé, a obtenu l’assurance du déblocage de ces 7 millions $ supplémentaires lors d’une rencontre avec Sylvain Gaudreault, ministre des Transports, le 14 mars. Le démarrage du train récréatif, qui devait se réaliser en mai, est toutefois reporté.

«C’est pour l’automne. Oui, il devait débuter en mai, mais on n’arrivait pas à avoir une voie ferrée prête à temps pour le printemps», note-t-il. Ce train transportera les clients des navires de croisières arrêtant à Gaspé.

Les 16 millions $ du programme de réfection de la voie en 2013 seront insuffisants pour que la SCFG ouvre tout son tronçon. L’axe New Carlisle-Percé, qui couvre environ le tiers du réseau, soit 100 kilomètres sur 320, aura besoin d’une importante injection de capitaux pour la remise en bon état de plusieurs ponts, surtout ceux de Grande-Rivière et Port-Daniel.

«Pour rouvrir l’ensemble du tronçon, il faudra 35 millions $ supplémentaires, pas seulement pour New Carlisle-Percé. Entre le moment où nous recevons la confirmation des fonds et la réouverture, il faut compter entre huit et 10 mois. Si nous avions une confirmation des 35 millions $ lors de l’annonce du plan de relance de la Gaspésie [prévue au début de mai], il serait possible d’ouvrir tout le tronçon au début de 2014», explique M. Roussy.

Une étude de la firme conseil Hatch Mott MacDonald a indiqué en décembre 2011 qu’il faut consacrer 93,5 millions$  en cinq ans pour rendre sécuritaire le tronçon Matapédia-Gaspé pour une période de 25 ans.

Le gouvernement fédéral n’a pas investi dans le tronçon gaspésien depuis 2011. Il reste 70 millions $ à trouver pour répondre aux besoins identifiés par Hatch Mott MacDonald.

1 commentaire

Gaston Poirier a écrit le 25 mars 2013

J'aime bien que le gouvernement du Québec prenne les choses en main pour notre développement régional. Le train étant normalement du ressort du fédéral, les investissements du Québec sont un peu de la gouvernance souverainiste! J'aime ça! Le train est un formidable outil de développement car beaucoup moins coûteux pour nos entreprises exportatrices et beaucoup plus environnemental que le transport routier... et si le train peut contribuer à décharger le réseau routier et ralentir la dégradation du réseau routier,ce sera ça de gagné aussi! Car ça aussi, ça coûte de l'argent!

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.