Développement économique et exportation

Pétrolia obtient ses permis pour forer près de Murdochville

Par Geneviève Gélinas, journaliste, graffici.ca
Pétrolia forera deux nouveaux puits dans l’arrière-pays gaspésien.

Pétrolia forera deux nouveaux puits dans l’arrière-pays gaspésien. Photo : Gracieuseté - Pétrolia

Le ministère des Ressources naturelles vient d’accorder des permis à Pétrolia pour forer deux puits à mi-chemin entre Murdochville et Grande-Vallée, un investissement de 12 millions de dollars.

Les forages Bourque 1 et 2 permettront de savoir si le sous-sol contient du pétrole et de calculer les ressources disponibles. Ces forages verticaux, sans fracturation, mesureront 3200 mètres et 2850 mètres de profondeur.

Pétrolia veut forer «cette année», mais ne sait pas encore quand, affirme Isabelle Proulx, la vice-présidente de l’entreprise. Elle promet une séance d’information un mois avant le forage.

Exploration entamée en 2008

La poursuite de l’exploration sur la propriété Bourque est rendue possible par l’acquisition récente de 15 millions de dollars d’actions de Pétrolia par Investissement Québec, Valeurs mobilières Banque Laurentienne et la Financière Banque nationale.

En 2008, Pétrolia avait fait des levés sismiques dans ce secteur en partenariat avec Pilatus Energy, qui n’avait pas poursuivi en raison de difficultés financières. Pétrolia avait repris le contrôle de la propriété et cherchait depuis un nouveau partenaire.

3 commentaires

Marianne Papillon a écrit le 16 mai 2012

@Julie À ma connaissance, la fracturation non hydraulique, ou "casser de la roche" avec du pétrole ou du propane par exemple, est probable à plus long terme, quand la rentabilité sera testée. Je m'inquiète à plus court terme sur le forage horizontal à Gaspé. Et la fracturation non hydraulique n'est pas couverte par l'EES sur le gaz de schiste, donc il n'y aurait aucune restriction actuellement à ce sujet. À écouter absolument : http://www.radio-canada.ca/emissions/bonjour_la_cote/2011-2012/chronique.asp?idChronique=214185 Et à lire : http://www.moutonnoir.com/2012/05/les-hydrocarbures-non-conventionnels-et-la-formation-geologique-de-york-river-en-gaspesie/.

Bilbomail.com a écrit le 16 mai 2012

C'est bien certain que le gouvernement-actionnaire ne va pas refuser les permis. Qui reste pour surveiller la compagnie, à part elle-même?

Julie Delisle a écrit le 16 mai 2012

J'aimerais savoir, quand on parle de forage «sans fracturation», qu'est-ce qu'on entend par là? Est-ce qu'on parle de «sans fracturation hydraulique» ??? Je me suis fait dire par un chercheur qu'un niveau de pression au dessus ou en dessous de la pression établi pour nommer ça de la fracturation hydraulique, et bien que l'on a le droit légalement de ne pas appeler ça de la fracturation hydraulique... mais les conséquences reste les mêmes...

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.