Développement économique et exportation

Pétrolia forera deux puits près de Murdochville

Par Geneviève Gélinas, journaliste, graffici.ca
Pétrolia commencera le forage de trois puits à Haldimand (Gaspé) et près de Murdochville vers la mi-juin.

Pétrolia commencera le forage de trois puits à Haldimand (Gaspé) et près de Murdochville vers la mi-juin. Photo : Pierre Houle, Pétrolia

Investissement Québec et deux banques québécoises investissent 15 millions de dollars dans Pétrolia. L’entreprise pourra ainsi forer deux puits à proximité de Murdochville.

«Ça fait assez longtemps qu’on dit que c’est important que l’État prenne sa participation», s’est réjoui André Proulx, président de Pétrolia.

Investissement Québec, le bras investisseur du gouvernement du Québec, détiendra 11 % des parts dans Pétrolia, grâce à l’acquisition de 10 millions de dollars en actions. Le principal actionnaire demeure CD Capital du Royaume-Uni, qui a acquis un bloc de 15 % des actions de Pétrolia l’été dernier.

Deux banques québécoises, Valeurs mobilières Banque Laurentienne et la Financière Banque nationale, acquièrent 5 millions de dollars d’actions. «Ça signifie qu’on se donne les moyens de créer une entreprise pétrolière qui appartient principalement à des Québécois», affirme M. Proulx.

Projet Bourque réactivé

Grâce à ces investissements, Pétrolia forera deux puits à une quinzaine de kilomètres au nord-est de Murdochville, près de la route G-103 (La Craque) qui relie Grande-Vallée à Murdochville.

Les puits mesureront 3400 et 2800 mètres de profondeur, et coûteront 10 à 11 millions de dollars au total. Ces forages verticaux serviront à déterminer s’il y a du pétrole ou pas dans la formation Bourque «qui ressemble aux formations qu’on retrouve en Alberta», affirme M. Proulx.

En 2008, Pétrolia avait fait des levés sismiques sur la propriété Bourque en partenariat avec la suisse Pilatus Energy. En raison de difficultés financières passagères, Pilatus n’avait pas poursuivi et Pétrolia avait repris le contrôle de la propriété. Depuis, la firme cherchait un nouveau partenaire avec qui poursuivre l’exploration.

Haldimand n° 4

Les travaux de forage à Bourque commenceront au plus tôt à la mi-juin. Pétrolia profitera de la présence d’équipements pour forer un troisième puits sur la péninsule de Haldimand, à Gaspé.

Haldimand n° 4 sera un forage horizontal de deux kilomètres (un kilomètre à la verticale, puis un à l’horizontale). M. Proulx refuse pour l’instant de révéler la position exacte du puits et sa direction.

Ce forage de 7 à 9 millions de dollars sera réalisé en partenariat avec Québénergie, une filiale de la française SCDM Énergie.

Le projet de puits Haldimand n° 3 est abandonné, même si la compagnie a obtenu un permis. «Le temps qu’on reçoive notre permis, on a trouvé une meilleure position de forage», justifie M. Proulx.

Sans fracturation, pour l’instant

Pour les deux puits du projet Bourque, M. Proulx est formel : il n’y aura jamais de fracturation, puisque le type de formation ne s’y prête pas.


Dans le cas de Haldimand, le président affirme que sa firme a trouvé une façon de produire sans fracturer. «C’est un très beau secret industriel», dit-il, refusant de donner des précisions.

La fracturation est donc exclue pour l’instant à Haldimand, mais M. Proulx refuse de l’exclure à jamais. «Vous avez une Honda, me dites-vous que vous ne changerez jamais pour une Toyota?», lance-t-il.

8 commentaires

René beaudoin a écrit le 2 août 2016

Tant que nous achetions du pétrole de l'étranger ,autant brûlé. le notre il y as des députées de l'opposition qui rêve en couleur

René beaudoin a écrit le 2 août 2016

Tant que nous achetions du pétrole de l'étranger ,autant brûlé. le notre il y as des députées de l'opposition qui rêve en couleur

René beaudoin a écrit le 2 août 2016

Tant que nous achetions du pétrole de l'étranger ,autant brûlé. le notre il y as des députées de l'opposition qui rêve en couleur

rene beaudoin a écrit le 15 février 2016

Il me semble que Mr Charest qui étais premier ministre a ce moment la ,avait signer un entente avec Petrolia ( contrat) et ce même contrat à été enteriner par Mme Marois premier ministre,voilà que Mr Couillard ne veux respecter ce contrat la ,je crois que Petrolia ne se laisseras pas faire ,c'est normal . Rene Beaudoin. Merci

rene beaudoin a écrit le 15 février 2016

Il me semble que Mr Charest qui étais premier ministre a ce moment la ,avait signer un entente avec Petrolia ( contrat) et ce même contrat à été enteriner par Mme Marois premier ministre,voilà que Mr Couillard ne veux respecter ce contrat la ,je crois que Petrolia ne se laisseras pas faire ,c'est normal . Rene Beaudoin. Merci

rene beaudoin a écrit le 23 avril 2012

a la fermeture de la bourse je crois de toronto ,combien vallais une part de petrolia c'est drole ce matin ils disaent dans les 8 dollards ,merçi Rene

Albert Picard a écrit le 19 avril 2012

PETROLIA s'est déjà formellement engagé à ne pas utiliser le procédé de forage par fracturation hydrolique SI il n'y avait pas de danger pour la santé humaine et l'environnement. facile à contourner non? Il suffit de sortir une étude qui l'avance et le tour est joué. Comme par exemple cette étude de l'institut de l'énergie de l'Universite du Texas qui affirme que la fracturation ne polluerait pas les eaux souterraines. (entre parenthèse, le Texas ce n'est pas l'endroit le plus sec au monde pour les hydrocarbures. Et sans faire de recherche, je gagerais bien 100$ qu'il y a des mécènes milliardaires du pétrole qui subventionnent la recherche ou une fondation pour cette université. Mais bon passons.) Alors essayons de devancer monsieur Proulx, en rapportant qu'une étude de la Duke University à trouvé des niveaux de méthane 17 fois plus élevés que la normale dans l'eau des puits situés à proximité des forages. (cf. Québec science, avril/mai 2012). Ce monsieur jacasse, jacasse comme un vilain coq de basse-cours, et son haleine à cette senteur huileuse de demi- vérité et de contorsion sémantique.

Bilbo a écrit le 19 avril 2012

Il est indécent que le gouvernement Charest, après avoir soldé la division pétrole et gaz d'Hydro-Québec, et l'expertise de celle-ci au privé, se retourne sur un dix cenne (l'hectare) et donne de l'argent à ces compagnies qu'il a créées de toute pièces. On se fait ainsi voler deux fois. Je pense aussi que monsieur Proulx nous bourre aussitot qu'il parle de fracturation et de recette secrète du colonel. L'injectivité et les forages horizontaux sont des préliminaires... C'est bien meilleur avec de l'huile!

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.