Pétrole : Lise Chartrand souhaite rencontrer Gaétan Lelièvre

Par Nelson Sergerie, journaliste, graffici.ca
Une poignée de manifestants étaient présents jeudi matin devant les bureaux de Pétrolia à Gaspé.

Une poignée de manifestants étaient présents jeudi matin devant les bureaux de Pétrolia à Gaspé. Photo : Nelson Sergerie

Alors que Québec se montre ouvert à l'exploitation et la fracturation du pétrole, le regroupement citoyen Ensemble pour l'avenir durable du Grand Gaspé se dit déçu face à cette éventualité.

La ministre des Ressources naturelles, Martine Ouellet, a déclaré récemment que le Parti québécois était favorable à l'exploitation pétrolière. La semaine dernière, le ministre responsable de la région, Gaétan Lelièvre, a ajouté qu'avant d'autoriser de l'exploitation en milieu urbain, et de la fracturation, il devra y avoir des consultations publiques et possiblement un BAPE.

«C'est un gros retour en arrière, c'est très décevant. On va tenter d'avoir une rencontre avec le ministre Gaétan Lelièvre à ce sujet», explique la présidente du comité, Lise Chartrand.

Fort d'une résolution qui réclame qu'il n'y ait plus aucune exploration ni exploitation pétrolière sur le territoire de la Ville de Gaspé, le comité va de l'avant, malgré tout. «C'est sûr qu'une action citoyenne a toujours un certain poids. On n'a pas l'intention de lâcher. Les élus vivront avec leur propre décision», dit Mme Chartrand.

Le comité demande à Pétrolia d'avoir plus de respect envers la position des citoyens. «J'aimerais qu'ils viennent ici pour rencontrer les citoyens qui vivent juste à côté. Ce serait la moindre des choses», dit la présidente du groupe qui compte 300 membres.

Pétrolia entend rencontrer les citoyens en décembre.

Le comité a tenu une manifestation jeudi matin devant les bureaux de l'entreprise, à Gaspé. À peine une dizaine de militants étaient présents. Malgré tout, le comité entend continuer à tenir ce genre de mobilisation.

8 commentaires

marc thibault a écrit le 25 octobre 2012

rome ne sait pas construit ,en une journée...

Albert Picard a écrit le 25 octobre 2012

On dirait bien que la mouffette et le raton-laveur on cessé de se chercher noise. La nature est ce qu'elle est : l'une mange des rats et des souris et l'autre mange dans les poubelles. Il y en a pour tous.

Michel Denis a écrit le 25 octobre 2012

Bien d'accord avec vous M. Pelletier ,qu'il soit bon ou mauvais le développement n'est pas une priorité au P.Q.. Il n'ont d'ailleurs tout simplement npas de priorité.

Michel Denis a écrit le 22 octobre 2012

Excellente idée M. Thibeault ,nous sommes une péninsule il y a des algues partout et la recherche à déjà fait un bon bout de chemin en ce sens . S'il y a un espoir de l'accord de libre échange avec l'Europe c'est bien pour ces technologies ,profitons-en pour les intéresser à la Gaspésie!

marc thibault a écrit le 22 octobre 2012

pourquoi pas énergie verte,pour protéger notre environnement...comme algues marines pour carburant.qu on a chez-nous..a nous de le développer...et d en profiter......

Michel Denis a écrit le 21 octobre 2012

Ah ok! Merci M. Pelletier , moi qui croyais avoir à faire avec un obscurantiste de libertarien tsé ceux-là qui veulent qu'on se ferme les yeux tout en mettant le gaz au fond en lâchant le volant...de notre destinée,et notre économie bien-sûr!

Michel Denis a écrit le 20 octobre 2012

C'est bien vrai M.Pelletier a raison, restons superficiel n'approfondissons pas les débats,évitons d'avoir l'esprit critique,pas la peine de questionner ni de s'informer. Laissons -nous plutôt manger la laine sur le dos pas la peine de savoir quel type de gaz il s'agit ni même de savoir comment il sera extrait pas plus important de savoir que nous n'avons pas l'expertise pour le faire et que ce sera des travailleurs de l'extérieur qui viendrons le faire ,c'est surement pas important que ce soit socialement rentable du moment que l'on enrichisse quelqu'un quelque part loin d'ici là on va sentir qu'on a réussi!Réussi surtout à récolter les miettes mais M. Pelletier dira que ce sont au moins des miettes , faudra-t-il toutefois les réinvestir dans les dommages causé à notre environnement ,à la santé des gens affectés,aux réaménagement urbain forcé et tout autres inconvénients ah oui c'est vrai faut pas questionner,j'avais déjà oublier!

Michel Denis a écrit le 20 octobre 2012

La Gaspésie aux Gaspésiens avant qu'elle ne devienne la gaz-pésie! Nous ne sommes pas chez le gouvernement ici, nous collaborons avec lui puisque nous voulons participer à la nation du Kébec. Nous sommes sur nos terres que nos pères,grand-pères,arrières grand-pères,j'inclus les femmes bien entendu ,les autochtones,métis et blancs cette terre façonné à mains nues,à force de bras et d'ingéniosité c'est chez-nous avant tout! Avant que le gouvernement se montre ouvert ou favorable à tout exploitation que ce soit, il devrait Nous demander si Nous Nous y sommes ouvert avant de donner son ok à tout projet! Il devrait y avoir une charte régionale qui nous garantisse notre droit de déterminer la Gaspésie que nous nous voulons!

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.