Pétrole à Gaspé : beaucoup de questions, pas de réponse

Par Geneviève Gélinas, journaliste, graffici.ca
Éric Boucher demande un moratoire sur l’exploration en attendant que les citoyens aient des réponses à leurs questions.

Éric Boucher demande un moratoire sur l’exploration en attendant que les citoyens aient des réponses à leurs questions. Photo : Geneviève Gélinas

Le comité Ensemble pour l’avenir durable du grand Gaspé se plaint que trop de questions restent en suspens quant au prochain forage de Pétrolia à Haldimand. Le maire François Roussy a avoué son impuissance à éclairer les citoyens.

Une dizaine de membres du comité se sont présentés à l’assemblée municipale lundi soir. Pétrolia entamera en janvier un forage horizontal sur la péninsule de Haldimand, à Gaspé. Les citoyens souhaitent connaître son emplacement exact, son échéancier et l’itinéraire des camions d’équipement.

Ils ont demandé une carte précise du forage qui se prolongera à l’horizontale dans le sous-sol. «On veut savoir s’ils seront directement sous notre propriété», a expliqué une citoyenne.

Les citoyens se demandent comment Pétrolia disposera de ses boues de forage, et veulent obtenir des précisions sur un éventuel oléoduc entre ses puits et la zone portuaire de Gaspé. Ils se sont plaints d’obtenir l’information «au compte-gouttes».

«J’ai l’impression qu’on n’aura pas les vraies réponses avant qu’il soit trop tard pour faire marche arrière», a lancé Éric Boucher. Le comité demande d’ailleurs un moratoire, le temps que les projets soient étudiés «de façon beaucoup plus sérieuse.»

La ville impuissante

Le maire de Gaspé, François Roussy, a admis que la municipalité n’avait aucun pouvoir dans ce domaine. «C’est le gouvernement du Québec qui a la responsabilité de donner les permis et de répondre de la gestion des hydrocarbures.»

M. Roussy souhaite que les fonctionnaires des ministères des Ressources naturelles et de l’Environnement se présentent devant la population pour l’éclairer. «Je ne voudrais pas être responsable d’une distorsion», a-t-il expliqué.

Cette demande au gouvernement a été faite par voie de résolution il y a un an et demi, rappelle le maire. Quant à Pétrolia, elle aurait promis une rencontre publique d’ici décembre.

M. Roussy rappelle que le ministre sortant des Ressources naturelles, Clément Gignac, s’était engagé à déclencher un processus d’examen des impacts par le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) avant la phase d’exploitation.

La prochaine étape sera d’aller frapper à la porte du nouveau député provincial de Gaspé, Gaétan Lelièvre, a déduit la porte-parole d’Ensemble pour l’avenir durable, Lise Chartrand.

À lire aussi

Haldimand n° 4 : Pétrolia obtient son permis

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.