Pétrole

Pétrole: Bernard Landry contre des redevances pour la Gaspésie

Par Thierry Haroun, journaliste, graffici.ca
Pas de redevances pour la Gaspésie, selon Bernard Landry

Pas de redevances pour la Gaspésie, selon Bernard Landry Photo : Thierry Haroun

Si l'ex-premier ministre du Québec, Bernard Landry, invite le gouvernement Marois  à autoriser l'exploration des ressources pétrolières afin de  l'exploiter éventuellement, il s'oppose à des redevances particulières pour la Gaspésie.

Des personnalités bien en vue, dont Bernard Landry, les ex-ministres Joseph Facal et Monique Jérôme-Forget de même que le maire de Rimouski Éric Forest et le président du Conseil du patronat du Québec, Yves-Thomas Dorval, ont cosigné un manifeste publié dans La Presse hier par laquelle ils demandent à l'État québécois de tirer profit du potentiel des hydrocarbures de la province. Ainsi, les signataires rappelaient que devant l'augmentation de la consommation de pétrole attendue au cours des prochaines années et la dette qui pèse de plus en plus sur les finances publiques, le temps est venu d'exploiter le potentiel pétrolier le plus rapidement possible.

D'ailleurs, le modèle de la Norvège est pris en exemple. En entrevue téléphonique, Bernard Landry note que ce pays a su profiter de son pétrole tout en protégeant son environnement. « La Norvège s'est bien débrouillée avec une écologie qui est protégée. Mais vous savez, le risque zéro n'existe pas. Sur le plan économique, il ne faudra pas juste se contenter de minces redevances, mais aller chercher des dividendes par une participation au capital »

Pas pour la Gaspésie

Bernard Landry se dit toutefois contre l'idée que la Gaspésie puisse toucher des redevances particulières issues des hydrocarbures. « Ma réponse est non. J'adore la Gaspésie et j'ai pris moi-même la responsabilité (de présider) le comité de développement de la Gaspésie (à titre de premier ministre entre 2001 et 2003). Cela dit, les ressources naturelles que ce soit les mégawatts hydrauliques de la Baie-James, l'or de Malartic ou le fer de la Côte-Nord, les ressources naturelles appartiennent à l'ensemble des Québécois et non pas à une région. »

10 commentaires

Albert Labranche a écrit le 12 janvier 2014

M. Bernatchez, Vous pourriez peut-être commencer par prendre possession des quais.

Gilles Thibodeau a écrit le 11 janvier 2014

Bonjour @ Bernatchez < Je crois qu'il est temps que les Gaspésiens se lèvent et prennent possession de leur terre.> Oh!! que j'aime cette phrase ,dommage que ne l'ayez pas signé. Gilles Thibodeau Pabos.

Bernatchez a écrit le 11 janvier 2014

À ce que je sache, Bernard Landry n'est pas un Gaspésien, c'est un petit gars de Lanaudière. Pourquoi serait-il pour les redevances du pétrole en Gaspésie ? Pourquoi les élites politiques n'arrêtent jamais les comparaisons avec les pays scandinaves ? La Norvège est très riche grâce à son pétrole, mais qu'en sera-t-il ensuite ? C'est facile pour la Norvège d'étendre cette richesse noire à ses 5 millions de personnes et de vendre son produit au pays de l'UE. Bénéficions-nous du pétrole de l'Alberta ? Pourtant le Québec est dans le même pays. Pourquoi donc les Albertains paient beaucoup moins d'impôt provincial en plus d'avoir un congé de taxe de vente au provincial également ? N'est-ce pas une sorte de redevance pour les Albertains ? Avec tout le respect que je possède pour M. Landry je crois qu'il est temps que les Gaspésiens se lèvent et prennent possession de leur terre.

Gilles Thibodeau a écrit le 10 janvier 2014

Bonjour. @ Dany Brown . Petite mise au point . Le projet Gaspésia était un projet de M. Landry , qui a été victime de banditisme ,oui il ne faut pas avoir peur des mots , c'est ce qui est . Le projet Gaspésia a été noyé le 28 février 2004 par le gouvernement Charest , supposément pour dépassement de coût et pas au montant de 800 millions . Ensuite ce gouvernement comme à son habitude nous fît une petite commission d'enquête présidé par un juge nommé par ce même gouvernement , Trois , quatre , petites questions ici et là ,quelques recommandations et bye bye on en parle plus.Depuis tous ceux qui se sont emplie les poches avec ce projet se promènent dans nos rues la tête bien haute .Pendant que nos jeunes cerveaux ont dû s'exiler pour gagner leur vie . C'est avec des décisions de ce genre que la Gaspésie se vide. Oui peut-être qu'aujourd'hui M. Landry devrait prendre sa petite bière tranquille , mais faudrait pas oublier ce qu'il a fait pour les Gaspésiens et qui sait où en serons-nous aujourd'hui si Charest ne lui avait pas détruit le projet Gaspésia. Gilles Thibodeau Pabos.

Albert Labranche a écrit le 10 janvier 2014

Le tout démontre clairement la place de tous le Canadiens dans la chaine alimentaire. Nous l'acceptons.

Gaston Langlais a écrit le 9 janvier 2014

Bonsoir. @ M. Dany Brown. Vous devriez savoir que la Gaspésia fut une affaire de banditisme. Le métro de Laval qui devait coûter 180 millions de $ en a coûté 980 millions de $. La même filière que la Gaspésia. Puis l'Ilot voyageur et j'en passe... Gaston Langlais - Gaspé.

Dany Brown a écrit le 9 janvier 2014

Gaspé, ne fait pas la Gaspésie à ce que je sache, et les 450 millions de pertes à la Gaspésia, projet tellement bien ficelé, alors que le déclin des papetières était déjà largement amorcé, vient pas mal contrebalancer les subventions offerts à Desjardins, Et parlant de la filière éolienne, c'est plutôt la filière des consortiums pétroliers qui ramassent le gros lot avec des contrats d'achat à prix garanties. Mais vous avez peut être raison, laissons les P,M. et leur suite présider le développement de la Gaspésie, Les résultats sont tellement probants

Gaston Langlais a écrit le 9 janvier 2014

Bonsoir. @ M. Dany Brown. Il vous en manque un bon bout M. Brown. La filière éolienne fut l'affaire personnelle de M. Bernard Landry. Le Centre Desjardins de gestion des prêts étudiants est aussi une réalisation de M. Landry. Desjardins voulait s'installer à Montréal en invoquant le fait qu'il perdrait 500 000$ par année à Gaspé. M. Landry a alors dit au président de Desjardins qu'il avait absolument besoin de cette entreprise à Gaspé et pris l'engagement de verser à Desjardins 500 000$ par année pour une période de 10 ans. De plus le centre d'appels qui a pignon sur rue au Centre Mgr. Ross est encore une fois une implication directe de M. Landry. Seulement dans la Ville de Gaspé, M. Landry est responsable de la création de 550 emplois permanents. Si vous voulez que vos commentaires soient pris au sérieux M. Brown, il faut vous informer convenablement avant d'avancer des choses que vous devriez être capable de soutenir. Gaston Langlais - Gaspé.

Dany Brown a écrit le 9 janvier 2014

Landry, comme Parizeau, ces belles-mères invétérées, devraient demander leur place au Concorde et prendre une bière tranquillement sur une terrasse de la Grande-Allée, voisin du Parlement. Aucun P.M n'a fait avancer la Gaspésie plus que les Gaspésiens eux-mêmes, trop souvent contrôlé par les décideurs de Québec et Moutréal

Albert Picard a écrit le 9 janvier 2014

Rectificatif pour m. Landry : L'entente concernant le projet Hydro-électrique de la Baie James contenait une compensation de 200 millions de dollars (en dollars de l'époque), celle de Betsiamites prévoit seulement pour le monétaire au moins 23 millions de dollars (faisant abstraction de garantie d'embauche d'Innus), le Conseil des Innus de Pessamit, présidé par le chef Raphaël Picard à consenti à ce que les sociétés québécoises Argex et Saint-Georges procèdent à l'exploration minière d'une partie de son territoire. En retour, celles-ci concèdent à Pessamit un droit de première participation sur tout projet sur le territoire. Etc. Etc. Etc. Les Gaspésiens, ceux-là même que monsieur Gionet qualifie de mongols ou de quêteux par monsieur Langlais, n'auront rien.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.