Perquisition à Paspébiac : le DG d’Unipêche réagit

Par ,
M. Lebrasseur a accepté hier de réagir à cette opération des 35 agents et gendarmes qui ont investi les lieux à la recherche de documents

M. Lebrasseur a accepté hier de réagir à cette opération des 35 agents et gendarmes qui ont investi les lieux à la recherche de documents Photo : Benoit Trépanier

À la suite de la perquisition de Pêches et Océans Canada et de la GRC à l’Usine Unipêche M.D.M. de Paspébiac, son directeur général, Gino Lebrasseur, est toujours ébranlé.

M. Lebrasseur a accepté hier de réagir à cette opération des 35 agents et gendarmes qui ont investi les lieux à la recherche de documents. « C’est déstabilisant et ça touche à la renommée de l’usine », reconnaît le directeur général de l’usine qui emploie jusqu’à 225 travailleurs dans son usine de transformation lors des périodes les plus achalandées. « Les employés aussi sont inquiets. Ce n’est jamais plaisant », admet Gino Lebrasseur.

Pêches et Océans enquête depuis plus d’un an sur des allégations de rejets en mer par des pêcheurs de crabes de plus de 95 millimètres. « On attend la suite des choses», ajoute M. Lebrasseur. Les cinq principaux actionnaires de l’entreprise possèdent des navires de pêche.

L’usine a transformé 2 millions de tonnes de crabes et 3 millions de tonnes de homards cette année. Une vingtaine de navires débarquent leurs prises chez Unipêche.    

Une usine du Nouveau-Brunswick avait reçu la visite des agents de Pêches et Océans l’an denier relativement à des infractions similaires.    

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.