Affaires municipales et développement régional

Percé veut acquérir des terrains appartenant à la SÉPAQ

Par Thierry Haroun, journaliste, graffici.ca
Percé souhaite mettre la main sur le site de la SÉPAQ pour la somme nominale d’un dollar.

Percé souhaite mettre la main sur le site de la SÉPAQ pour la somme nominale d’un dollar. Photo : Thierry Haroun

Le Ville de Percé vient d’entamer une démarche auprès du gouvernement du Québec visant à faire l’acquisition des bâtiments de l’ancien Centre d’interprétation du Parc national de l’île-Bonaventure-et-du-Rocher-Percé ainsi que des terrains adjacents.
 

Tout le site visé, localisé entre la route d’Irlande et la route 132, appartient à la Société des établissements de plein air du Québec (SÉPAQ), une société de l’État québécois.

La Ville de Percé souhaite en faire l’acquisition pour la somme nominale d’un dollar. Ce transfert de propriété est une condition sine qua non pour la réalisation d’un vaste projet résidentiel qui pourrait prendre place sur ce site de 43 acres (un million de pieds carrés).
 
La municipalité a récemment mandaté une firme pour étudier la faisabilité d’un tel projet d’investissement de plusieurs millions de dollars qui comprendrait approximativement 35 lots sur lesquels seraient construits des unités de logements pouvant valoir entre 300 000$ et 500 000 $ chacun.

L’étude doit également déterminer qui du secteur privé ou de la municipalité devra assurer la maîtrise d’œuvre du chantier. «Nous avons transmis notre demande de transfert au ministre responsable de la SÉPAQ, Pierre Arcand, à la direction de la SÉPAQ, au ministre responsable de la région, Yves Bolduc et au député de Gaspé, Georges Mamelonet», précise le maire Bruno Cloutier.
 
Confiant
 
Le maire Cloutier demeure confiant que Québec saura répondre positivement à la demande de Percé. «Écoutez, tout ce site pourrait servir au développement  de ce projet, ce qui rapporterait des taxes et qui répondrait par la même occasion à un besoin de logements. Je demeure positif et je crois qu’on en viendra à s’entendre avec le gouvernement pour transférer les terrains et les bâtiments».

Rappelons que ces bâtiments logent le Festival international de cinéma de Percé au mois d’août.

9 commentaires

Camille a écrit le 7 février 2012

Bonjour à vous, Quelle belle opportunité pour ce lieu qui parait abandonné. Mais attention à ce qui peut être gaspillé aveuglément ! Des logements c'est bien, si effectivement il s'agit de cibler une réalité locale et souhaitée et non des acquéreurs fantômes. L'argument des taxes, de faire venir des acheteurs ne me fait pas rêver du tout. Je suis nouvelle arrivante. Je rêve d'un Percé vivant grâce à sa population résidente et qui veut accueillir de nouvelles familles, mais pas pour renflouer les caisses. On n'est pas que des payeurs de taxes !!! On est des humains, des familles, avec des désirs de vie, d'activités, de paysages, d'harmonie, etc. Pas simplement des contracteurs d'hypothèques avec des cartes de crédit ! Où sont les vraies valeurs de développements d'un territoire ? Il n'y a pas que les taxes pour faire vivre une ville. Alors oui, j'espère que l'hypothèse des logements multiples (qu'ils soient collectifs, mitoyens ou dissociés) va se vérifier. J'espère même que le Festival de cinéma, Les Percéides va continuer a avoir lieu, car la culture c'est important pour favoriser la vie collective. J'espère que ce ne sera pas une banlieue résidentielle que le groupe montréalais DAA/IBI va nous proposer ... En fait, j'espère que ce projet va être multiple et proposer non pas un alignement de logements, mais un véritable quartier où on trouvera des logements de toutes sortes, mais aussi des lieux d'activité, des espaces publics qui vont permettre de profiter du paysage exceptionnel dont bénéficie cet emplacement et plein d'autres belles choses. Aux élus de la ville de Percé, je leur dis: Ne Gaspillez pas le petit potentiel qui reste de ce territoire enchanteur. D'autres solutions sont possibles !

CITOYENS VIIGILANTS a écrit le 7 novembre 2011

Actuellement, nous savons que le maire a l'intention de faire un développement de 35 lots pour y construire des propriétés haut de gamme (il a été mentionné de 300 à 500,000 $). Nous savons que les plans des terrains pour recevoir ces propriétés ont été faits par la firme DAA/IBI et ce sans appel d'offre pour environ 20,000 $. En d'autre terme, la ville a déjà une très bonne idée ou elle s'en va avec ce projet. Nous croyons qu'il y a une relation entre ce projet et la réfection de la rte 132 secteur Cote Surprise et de l'enfouissement des fils. Le tout est évaluer à 11 millions de dollars. Non à première vue, il n'y a pas rien de prévu pour les jeunes familles dans ce projet à moins d'être jeune et riche.

Jocelyne Réhel a écrit le 1 novembre 2011

Reste à savoir....combien de logements il y aura dans chaque lot....et quelle clientèle la ville prévoit attirer....c,est beau l,avoir pour $1.00.....mais l'investissement entre $300...et $500,000.00..c,est assez énorme.....on a besoin de plus d,informations......

Élaine Réhel a écrit le 1 novembre 2011

Ai-je mal lu, mal compris? Moi je lis des unités de logements (les deux sont au pluriel)... donc des bâtiments contenant chacun plusieurs logements (en fait des "blocs" de logements comme ils sont communément appelés). En lisant les commentaires, j'ai été étonnée de voir qu'Orbie et les autres avaient compris des unités valant chacune 300 000$ à 500 000$. Moi, je crois que ce sont des logements pouvant loger des familles qui s'installeraient à Percé, qui amèneraient des enfants, des familles à moyen ou faible revenu... Quand on part négativement, on lit négativement. On reproche à la Ville de ne rien faire parfois, et quand ils font quelque chose, on ne prend même pas la peine de lire comme il faut... à moins que je ne sois dans l'erreur... Si j'ai bien compris, j'en suis très heureuse... peut-être que cela pourrait permettre le maintien de notre école primaire... Et pour ce qui est du Festival de ne je sais quoi... alors là, ce n'est pas une priorité économique il me semble. Je félicite le Conseil municipal de Percé. MAIS si ce sont des appartements de luxe qui amèneront des riches ou des gens n'habitant pas vraiment le villange, ça ne nous apportera rien et ce sont els entrepreneurs-constructeurs, qui s,enrichiront encore...

Gaétan a écrit le 26 octobre 2011

Y'aurait pas une magouille d'entrepreneur avec des enveloppes brunes derrière ça? Anyways, voilà une pauvre vision à moyen et long terme de la part des dirigeants de la ville. Mr Cloutier dit que ça rapporterait des taxes à Percé... Des taxes pour une ville fantôme placardée en dehors de la saison touristique? Car il est certain que les gens fortunés qui pourraient se payer ces habitations viendraient à Percé en été seulement. Qu'est-ce qui fait que les dirigeants de Percé aient si peu de jugement? Il est possible de récolter autant de taxes avec des citoyens qui resteraient à Percé toute l'année et amélioreraient par surplus les conditions de vie sociale à Percé, tout en lui apportant une prospérité ET une personnalité. Je comprends maintenant pourquoi mon idée d'exploitation de la salle de cinéma de la SEPAQ n'a pas trouvé d'adhérants au conseil... Petite vie...

jacques leduc a écrit le 10 octobre 2011

j'endosse entièrement les commentares qui précèdent

Renaud a écrit le 10 octobre 2011

L'idée me semble très bonne, par contre je suis du même avis que Orbie. Les besoins en logement présentement à Percé ne sont, selon moi, pas pour des résidences d'un demi million de dollars. Étant moi même nouvel arrivant et à la recherche une propriété, je n'ai clairement pas les moyens de m'offrir le luxe d'une telle résidence et la disponibilité de maisons à prix raisonnables pour un ménage moyen est plutôt restreinte. Bref, avant d'aller de l'avant je crois qu'il faudrait réévaluer logiquement les besoins réels en logement pour le secteur.

Orbie a écrit le 10 octobre 2011

La ville de Percé est bien loin de ses citoyens si elle croit qu'ils ont besoin de 35 lots d'une valeur de 300 000$ à 500 000 $ ? Quelle population cherche-t-elle à attirer de cette façon ? Sûrement pas les jeunes familles ... Il y a un manque flagrant de logements pour les gens désirant s'établir à Percé. C'est plutôt la classe moyenne qui recherche des logements que les gens assez à l'aise pour acheter des maisons dans cette tranche de prix. Il faut être constant, veut-on garder l'école dans la ville ? Veut-on développer le dynamisme dans la ville ? ou mise-t-on seulement sur les riches propriétaires de la ville qui voudraient une maison d'été à Percé ? Je comprends que la ville a besoin du tourisme, mais elle ne devrait pas oublier qu'elle a aussi besoin de gens qui y habitent et y vivent à l'année ...

Orbie a écrit le 10 octobre 2011

La ville de Percé est bien loin de ses citoyens si elle croit qu'ils ont besoin de 35 lots d'une valeur de 300 000$ à 500 000 $ ? Quelle population cherche-t-elle à attirer de cette façon ? Sûrement pas les jeunes familles ... Il y a un manque flagrant de logements pour les gens désirant s'établir à Percé. C'est plutôt la classe moyenne qui recherche des logements que les gens assez à l'aise pour acheter des maisons dans cette tranche de prix. Il faut être constant, veut-on garder l'école dans la ville ? Veut-on développer le dynamisme dans la ville ? ou mise-t-on seulement sur les riches propriétaires de la ville qui voudraient une maison d'été à Percé ? Je comprends que la ville a besoin du tourisme, mais elle ne devrait pas oublier qu'elle a aussi besoin de gens qui y habitent et y vivent à l'année ...

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.