La Gourmande

PAYER EN ESPÈCES

Par Caroline Landry, blogueuse, graffici.ca
Caroline Landry adore la bouffe! Elle se dit sans aucun doute la fille la plus gourmande de la Gaspésie. Elle vous partagera ses découvertes à ce chapitre le premier samedi de chaque mois. Sur GRAFFICI.CA.

Caroline Landry adore la bouffe! Elle se dit sans aucun doute la fille la plus gourmande de la Gaspésie. Elle vous partagera ses découvertes à ce chapitre le premier samedi de chaque mois. Sur GRAFFICI.CA. Photo : Gracieuseté

NEW RICHMOND - Il a été découvert aux Indes, a été rapporté en Grèce par le plus Grand des Alexandre, a été louangé par les Romains, pillé par les barbares et convoité par les rois.

Il peut être rouge, rose, vert, blanc, noir ou gris. C’est une petite baie venant d’une liane, d’une gousse, d’un arbre ou d’un buisson. Il peut être faux. Il peut être vrai.

Qui suis-je?

Je suis le poivre! Alias l'épice la plus populaire et la plus répandue au monde!

(Confettis et hourra!)

Pippali, peperi, piper, pepper.

Les Grecs, les Arabes, les Romains et les peuples barbares comme les Wisigoths le connaissent. Ils l’ont volé, marchandé, échangé et ont envahi pour l’avoir. Dans les batailles de pouvoir et d’argent, trouver du poivre dans les coffres c’était comme rajouter sur la cerise du sunday du chocolat, du caramel, des peanuts et des bacons bits. Le poivre c’était du bon gros pourboire qui servait à payer les soldats, à rembourser les dettes et à payer les taxes.

N’oublions pas son rôle déterminant au XVe siècle. Il a guidé et motivé les grandes explorations, servant à cartographier la planète, comme l’or et plusieurs autres épices l’ont fait.

-T’aimerais mettre un peu de poivre sur tes patates, Henri, ma chouette?
(Le prince portugais Henri Le Navigateur, a financé les premières grandes explorations du XVe siècle.)

« LE » prétexte par excellence pour partir en caravelle, un beau dimanche après-midi, vers les Indes orientales. D’ailleurs, une salutation toute particulière à ceux qui sont partis du « mauvais bord » et qui n’ont eu qu’une toute petite incidence sur le déroulement de l’humanité. À peine une égratignure.  

J’aime le poivre.

Je le trouve fascinant, très joli et j’aime sa saveur. J’ai récemment acheté du poivre de Sichuan et j’ai été émerveillée par sa couleur verte, par son goût légèrement citronné et par sa texture!

J’avais du poivre sauvage oublié dans mon panier à épices depuis un certain temps, sans jamais y avoir gouté et de lui avoir donné les éloges qu’il méritait. Oh la la! Quelle saveur! Excuse-moi, petit.

Et le poivre rose, légèrement sucré et piquant, je me demande pourquoi il n’est pas davantage exploité. Je l’imagine très bien dans certains desserts flyés, comme la crème glacée ou la tarte aux fraises.

Ma sœur : « Bonne idée! »
Ma mère : « Pas sûr! »
Mon chum : « Y’avait du poivre? »
Et moi : « J’ai trop mangé! »

Il y a quelque chose dans le poivre rose qui interpelle ma féminité. Sa couleur? (Bonne réponse) Et peut-être aussi son côté sucré et coquet. Chochotte!

Aujourd’hui, le poivre a l’air d’être aussi banal qu’un tube de dentifrice, mais c’est loin d’être le cas. Il a traversé le temps, les empires et les guerres. Ayant financé les grands voyages, on peut dire qu’il a changé le cours de l’histoire! Jadis une petite baie bien banale, ensuite une monnaie d’échange désirable, puis, finalement un bibelot voisin de la salière. Le fait qu’il se trouve encore sur la table après tous ces siècles, c’est la preuve de son incroyable et fascinante histoire!

Carpe diem, my friend!

UNE PETITE RECETTE AVEC ÇA...

CUPCAKES AU CHOCOLAT ET POIVRE ROSE SANS GLUTEN
(12 portions)

Ingrédients
1 1/2 tasse de farine de riz
1 1/2 c. à thé de poudre à pâte
Une pincée de sel
3/4 tasse de lait d’amande, de riz, de coco ou de vache (comme vous le sentez)
1/2 tasse de beurre non salé, ramolli
1/2 tasse de cassonade
1/2 tasse de cacao, tamisé
1 ml (1/4 c. à thé) de cannelle moulue
2 œufs

Crémage :
1/2 tasse de beurre non salé, ramolli
1 tasse de sucre à glacer
1 tasse de poudre de cacao non sucré
1/4 tasse de lait d’amande, de riz, de coco ou de vache
1 c. à thé de vanille

Garniture :
Du poivre rose grossièrement moulu en quantité suffisante
De la fleur de sel en quantité suffisante
Préchauffer le four à 350 °F.
Dans un grand bol, mélanger ensemble la farine, le cacao, la cannelle, la poudre à pâte et le sel.
Dans un second bol, au batteur électrique, battre le beurre, le sucre et les œufs.
Ajouter le mélange de farine et le lait.
Bien battre pendant quelques minutes.
(Inquiétant)
Remplir les moules à muffins aux 3/4.
Cuire environ 20 minutes.
Réfrigérer quand ceux-ci sont cuits.

Mettre tous les ingrédients du crémage dans un bol. À l'aide du batteur électrique, battre jusqu'à ce que le glaçage soit bien lisse et onctueux. Au besoin, ajouter un peu de sucre à glacer ou de lait pour obtenir la texture désirée.
Recouvrir les cupcakes de crémage lorsque ceux-ci sont froids.
Utiliser une douille pour un plus beau résultat.
Garnir de poivre rose moulu et de fleur de sel.

-30-

NOTE SUR L'AUTEURE

Caroline Landry a poussé au bord de la mer. Elle dit avoir probablement avalé plus d’eau salée dans sa vie que de lait maternel et avoir eu une enfance riche en fraises des champs et en pain de ménage. Sa mère a passé 20 ans de sa vie au foyer à nourrir sa ribambelle à coup de têtes de violon, d'éperlans, de patates, de coques et de rôtis de palette. C'est elle qui l'a initiée tranquillement à la cuisine maison savoureuse et réconfortante. Caroline a donc la Gaspésie et le sirop d’érable qui lui coulent dans les veines. Aujourd’hui, elle tente du mieux qu'elle peut d'initier les gens aux produits régionaux et est très fière de voir sa région se développer à ce niveau.
Caro Landry adore la bouffe! Elle se dit sans aucun doute la fille la plus gourmande de la Gaspésie. Elle vous partagera ses découvertes à ce chapitre le premier samedi de chaque mois. Sur GRAFFICI.CA.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.