Politique

Pauline Marois veut présider un plan de relance de la Gaspésie

Par Thierry Haroun, journaliste, graffici.ca
Pauline Marois et son candidat dans la circonscription de Gaspé, Gaétan Lelièvre.

Pauline Marois et son candidat dans la circonscription de Gaspé, Gaétan Lelièvre. Photo : Thierry Haroun

La chef du Parti québécois, Pauline Marois, était de passage mardi matin à Percé pour annoncer qu’elle présiderait un groupe d’action gouvernementale pour la Gaspésie si elle était portée au pouvoir le 4 septembre.

Si cette nouvelle entité, qui prendrait le relais du plan de relance de la Gaspésie lancé par le gouvernement péquiste de Lucien Bouchard en 1999, n’a pas d’enveloppe budgétaire spécifique, Mme Marois assure que ce groupe répondra aux aspirations de la région et de ses promoteurs au moment opportun.  

«À l’évidence, les stratégies de développement n’ont pas très bien servi en Gaspésie. Sous un gouvernement du Parti québécois, le mur à mur c’est fini. Il existe des réalités propres à la Gaspésie et il faut y répondre avec des solutions concrètes et des solutions adaptées. [Les Gaspésiens] disposent de toute l’intelligence et de l’esprit d’innovation pour relever les défis. Les solutions doivent venir d’ici», a lancé le chef péquiste.

Son candidat dans la circonscription de Gaspé, Gaétan Lelièvre, qui était également sur place, compte bien jouer un rôle important au sein de ce groupe. «Écoutez, c’est sûr que comme député éventuel de Gaspé [j’aurai] un rôle à jouer. Et j’espère que ce rôle sera à la mesure des besoins. Je suis très confiant. J’ai eu des discussions avec Mme Marois [à ce sujet] et les députés de la Gaspésie seront impliqués activement, c’est sa volonté. Ce sera un beau dossier».

Développement des hydrocarbures

Sur le plan de développement des hydrocarbures, Mme Marois confirme qu’un gouvernement péquiste serait «contre la fracturation [hydraulique]. Dans le cas du pétrole, nous avons des objections à la fracturation et particulièrement en milieu habité et en milieu à risque pour les nappes phréatiques. Je ne crois pas qu’on doive se priver [du développement pétrolier], mais il faut cependant des débats et des études par le BAPE lorsque cela est nécessaire.»

Une cinquantaine de personnes (citoyens locaux, touristes et journalistes) ont assisté à la conférence de presse de Pauline Marois qui s’est tenue à la Place Suzanne Guité.

À lire aussi

Élections : Pauline Marois est de passage en Gaspésie

Élections : Pauline Marois prépare son plan

7 commentaires

Bilbo a écrit le 9 août 2012

J'ai seulement demandé que le projet de Port Daniel soit expliqué publiquement et que la population aie l'opportunité de poser des questions auxquelles le promoteur sera tenu de répondre. La quantité de pneus usés qui seraient brulés par cette usine me préoccupe autant que l'opacité et le déficit démocratique qui l'entoure. En cela, elle n'est pas très différente de la plupart des gros projets que l'on nous impose ces temps-ci à travers la gaspésie. Si la technologie est aussi révolutionnaire que le disent les promoteurs, ils devraient être fiers de nous la présenter. Faire cadeau de notre environnement aux tizamis du parti ne fera pas rejaillir la prospérité que vous espérez.

Albert Lachance a écrit le 9 août 2012

BIlbo, j'admire votre plume. Par contre, j'aimerais savoir ce que vous proposez pour les gens de Chandler. J'ai crû déjà vous lire sur cette même tribune voulant bloquer (malgré votre camouflage sous un verbiage de consultation populaire ad-nauseam) le projet de cimenterie à Port-Daniel. C'est bien le problème de la gauche écologiste. Le développement économique pour eux constitue un domaine impénétrable et ceux-ci voudraient que tout le monde vivent d'amour et d'eau fraîche. Mais (et heureusement), les gens de Rocher Percé attendent autre chose de leurs dirigeants. Au plaisir.

Bilbo a écrit le 8 août 2012

Ce "drame " ressort dans un débat politique parce qu'il était (et est toujours) politique... et cette politique s'est faite sur le dos des gens. Demeurons vigilants en ces temps de promesses faciles. Je suis tout à fait d'accord avec vous, Albert: Chandler mérite mieux que ça. Rappelons-nous que la mamelle intarissable à laquelle tout le monde venait s'abreuver à fini par laisser tout le monde sur sa soif...et que ceux qui promettent des bouées de sauvetage pendant un naufrage sont rarement ceux qui se mouillent...Il est donc juste qu'ils soient éclaboussés!

Albert Lachance a écrit le 7 août 2012

Bonjour Bilbo, les guillemets ont été ajouté par le journaliste il me semble.. Pour ce qui est de la Gaspésia, j'espère que vous n'insinuer pas qu'on aurait dû garder les bras croisés à ne rien faire. Je n'en reviens pas de voir des gens ressortir ce drame dans un débat politique, Chandler mérite mieux que ça. M. Dubois, pourquoi parlez-vous de la ligne de parti ?

Jean-François Dubois a écrit le 7 août 2012

Comme il est écrit«...les stratégies de développement n'ont pas très bien servi la Gaspésie».On peut plus vrai et avec raison! Cela laisse l'espace à de belles promesses ,toujours ces vieux discours! Et le député candidat qui rassure qu'il aura un rôle à jouer..elle forte la ligne de parti. J'espère qu'un député y a un rôle à jouer!

Bilbo a écrit le 7 août 2012

Avec un bémol toutefois, Albert. C'est ce même genre de plan qui a permi de perdre près de 500 millions dans la réno-fermeture de la Gaspésia. Aussi, j'aimerais savoir de qui sont les guillemets dans fracturation (hydraulique) Est-ce que ça sous -entend qu'un autre type de fracturation serait acceptable?

Albert Lachance a écrit le 7 août 2012

Excellente nouvelle pour la Gaspésie, c'est d'ailleurs ce même genre de plan qui a permis d'instaurer la filière éolienne qui crée plusieurs emplois encore aujourd'hui. Il reste du boulot à faire, ce qui justifie de mettre les mêmes efforts qu'au début des années 2000 pour aider toutes les municipalités gaspésiennes à se développer.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.