Le Parti Nul fait son apparition en Gaspésie

Par ,
Comme ils prêtent seulement leur nom pour la cause, les candidats ne fourniront pas de photo.

Comme ils prêtent seulement leur nom pour la cause, les candidats ne fourniront pas de photo. Photo : www.partinul.org

PERCÉ — Des candidats pour le Parti Nul se sont inscrits pour les circonscriptions de Bonaventure et de Gaspé.

Il s'agit de Catherine Beau-Ferron pour Gaspé et de Patrick Dubois pour Bonaventure. Pour les candidats du parti Nul, il n'est pas question de faire campagne, encore moins de se promouvoir à titre personnel.
« On est là pour prêter notre nom, pour que des citoyens puissent vraiment annuler leur vote en cochant ''nul'' », souligne Catherine Beau-Ferron, en mentionnant que le vote blanc, en général est considéré comme un vote rejeté. « On veut pouvoir comptabiliser ceux qui choisissent de ne pas voter pour les partis en place », précise-t-elle.

Catherine Beau-Ferron ajoute qu'une case d'annulation de vote pourrait être incluse sur les bulletins, mais qu'à défaut d'y trouver cette option, son parti s'en charge. 

Patrick Dubois se sert de sa page Facebook pour faire circuler son message. Il y écrit : « Le Parti Nul est un vote de contestation, un dernier recours. Assurez-vous d’avoir bien considéré toutes les autres options. »

Le Parti Nul mène donc une anticampagne. Son objectif n'est pas de récolter des votes, mais, comme l'indique Patrick Dubois sur sa page : « Si des gens sortent de chez eux pour aller annuler leur vote, c'est qu'ils ont quelque chose à dire. »

Pour Catherine Beau-Ferron, le fait de voter pour le parti Nul permet de profiter de son droit de vote, tout en affirmant qu'il est possible de ne pas se reconnaitre dans les options présentées. « Ça permet d'exprimer un malaise face à la politique ou, tout simplement, un désintérêt », ajoute-t-elle.

8 commentaires

Sébastien Pagé a écrit le 26 mars 2014

@Laurent Juneau Une proportionnelle pure serait mal adtapté au climat québécois ( et canadien ). Un système mixte serait plus à propos dans la province.

Laurent Juneau a écrit le 26 mars 2014

L'idée derrière tout ça, c'est qu'un vote annulé ou une abstention de vote n'est pas reconnu dans notre système électoral . Cela se fait notamment en France (vote blanc) et en Nouvelle-Zélande ( monkey vote), qui représente jusqu'à un tiers des votes dans ce pays ! Au Québec, il y a le mouvement des "sans parti" qui tente de faire reconnaître le "vote blanc" en exigeant une refonte totale de la constitution . Car il faut l'admettre, ce système électoral est à repenser, les citoyens devenus cyniques ne veulent plus voter . Il est impératif d'établir un système avec une "proportionnelle" , mais aucun des "vieux" partis ne veut le faire car ce système désuet avantage actuellement les "gros" partis ...

Patrick Dubois a écrit le 24 mars 2014

@M. Gionest: Non, je n'annulerai pas mon vote. Toutefois, je trouvais important que ceux qui souhaitent le faire soient entendus. Je reconnais que quelqu'un de confus pourrait voter par erreur pour ce parti. On tente de minimiser ce risque en informant au mieux les gens de la mission de la case "Parti Nul". @M. Eichenberger: Le but du Parti Nul n'est pas d'aller chercher des votes chez les autres partis mais de donner de la visibilité à ceux qui annulaient déjà leurs votes. Aucunes pancartes, aucun serrage de main au centre d'achat, etc. Ce parti n'est qu'un outil statistique qui permettra au fil des ans de sonder la satisfaction de l'électorat. Ce n'est pas grand chose, mais si ça peut en empêcher quelques uns de rester chez-eux quand viendra le temps de se présenter aux urnes, ce sera toujours ça de gagné.

eddy gionest a écrit le 24 mars 2014

@M.Zibeau j'ai bien lu l'article !!! c'est juste que je trouve pathétique ce genre d'action ! et sa va vous donner quoi de savoir combien de personnes annule leurs vote ???

Bob Eichenberger a écrit le 24 mars 2014

Je n'ai rien contre les nuls. J'ai même lu le livre:«L'Électronique pour les Nuls». Mais admettons que plus personne ne vote. Les «avides du pouvoir» pourraient bien se légitimiser avec une poignée de votes de parenté et d'amis, un peu comme les partis d'extrême-droite en France. J'ai entendu des «anti-votes» dire que nous sommes déjà dans une dictature ploutocrate. Mais pourrait-on au moins résister en votant pour des petits partis pas encore intimidés par les lobbies?

Jean-Francois Samuel a écrit le 24 mars 2014

Un article intéressant à lire en lien avec le parti nul et sur le "devoir" de voter. http://voir.ca/chroniques/prise-de-tete/2014/03/19/le-devoir-de-ne-pas-voter/

Martin Zibeau a écrit le 24 mars 2014

@M.Gionest Avant d'écrire votre commentaire, avez-vous pris le temps de bien lire et comprendre le sujet de l'article ?

eddy gionest a écrit le 24 mars 2014

que ce qui se passe dans notre société ?? bravo pour mélanger les gens encore plus et si vous faite ce genre de parti c'est surement que vous allez annuler votre vote aussi !!! et ensuite vous allez être les premiers a venir chialer sur le gouvernement en place , c'est pathétique !!!!

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.