Parcs Canada effectue un brûlage dirigé à Forillon

Par ,
On estime à 800 le nombre de chênes rouges dans le parc national Forillon. Le brûlage dirigé devrait permettre de régénérer l’espèce.

On estime à 800 le nombre de chênes rouges dans le parc national Forillon. Le brûlage dirigé devrait permettre de régénérer l’espèce. Photo : Philippe Daoust

Les employés du Parc national Forillon ont expérimenté, mercredi dans l’arrière-pays de L’Anse-au-Griffon, une étonnante technique qui consiste à brûler volontairement le couvert forestier d’une partie de la forêt pour permettre au chêne rouge de se régénérer.

Cette technique, appelée le brûlage dirigé, vise à offrir toutes les chances possibles de restaurer le chêne rouge, une espèce végétale qui a du mal à se multiplier. Une quinzaine d’employés du parc national ont participé à cette opération d’envergure qui consistait à enflammer une superficie d’environ un hectare.

«Le chêne rouge se reproduit plus facilement dans des conditions où il y a des feux qui se répètent sur une base régulière, explique Stéphane Marchand, directeur de l’unité de gestion de la Gaspésie de Parcs Canada. Comme il y a eu beaucoup de suppressions de feux dans la région depuis plusieurs années, cela a limité les conditions de croissance.» On estime qu’il y aurait seulement quelques centaines de chênes rouges à Forillon.

Jouer avec le feu?

Même si le site d’expérimentation était sous haute surveillance, il y a toujours un risque à jouer avec le feu. Toutefois, comme l’explique M. Marchand, le personnel formé et l’équipement nécessaire étaient déployés pour que l’opération se déroule de façon sécuritaire. «Le brûlage d’aujourd’hui se fait dans des conditions contrôlées, précise-t-il. C’est un feu qui est planifié depuis très longtemps. On prend vraiment toutes les mesures nécessaires pour s’assurer que le feu est contenu à l’intérieur des limites.»

Le brûlage dirigé est un des moyens entrepris par les autorités du parc national dans le cadre du programme de restauration du chêne rouge lancé en 2007. Cette technique est expérimentée depuis plus de 30 ans par Parcs Canada. Il s’agissait seulement de la deuxième expérience du genre à Forillon; le premier ayant été effectué il y a deux ans.

Ciquez ici pour voir plus de photos.

1 commentaire

Benoit Harvey a écrit le 14 octobre 2011

Très impressionnant !

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.