Parcs Canada : des pertes d’emplois sont imminentes

Par Antoine Rivard-Déziel, journaliste, graffici.ca
Les employés du Parc national Forillon ne savent toujours pas s’ils seront touchés par les coupures dans le budget de Parcs Canada.

Les employés du Parc national Forillon ne savent toujours pas s’ils seront touchés par les coupures dans le budget de Parcs Canada. Photo : Gracieuseté

Les compressions annoncées dans le dernier budget fédéral font craindre le pire aux employés de Parcs Canada dans la région.

Le directeur général de l’Agence Parcs Canada, Alan Latourelle, a récemment fait parvenir un message au personnel de l’organisme leur indiquant que les coupures fédérales entraîneront l’élimination de postes. M. Latourelle n’est cependant pas en mesure de préciser pour le moment quels parcs au pays seront touchés par ces pertes d’emplois.

La responsable aux relations avec les médias de l’organisme, Nathalie Fay, mentionne que Parcs Canada analyse toujours les effets de l’orientation du gouvernement et tente de réduire «le plus possible» les répercussions sur les employés.

Elle ajoute qu’elle n’a pas de détails précis à communiquer au sujet des impacts de cette restructuration au Parc national Forillon et au Lieu historique national de la Bataille-de-la-Ristigouche qui emploient 147 personnes au total, dont 61 étudiants.

Compressions à venir

Dans son message aux employés, M. Latourelle informe que son Agence mettra en œuvre, au cours des prochaines semaines, des «mesures d’économie» puisque que Parcs Canada doit réduire son budget de fonctionnement d’environ 29,2 millions de dollars.

Rappelons que dans son budget, le ministre des Finances, Jim Flaherty, a annoncé des compressions de 5,4 milliards de dollars et la suppression de 19 200 postes dans la fonction publique fédérale.

L’Agence a donc dû se doter d’un Plan d’action économique pour répondre aux nouvelles orientations du gouvernement du Canada. Ce plan, qui n’est toujours pas terminé, prévoit des compressions et des restrictions importantes qui auront «un impact à tous les niveaux», écrit plus loin dans son message M. Latourelle.

Parcs Canada a notamment l’intention de regrouper ses centres de services et le Bureau national en une seule structure décentralisée et de réduire considérablement sa taille.

L’organisme fédéral prévoit aussi concentrer ses investissements sur les périodes pendant lesquelles les besoins sont les plus grands. Autrement dit, la saison d’opération de certains parcs et lieux touristiques sera réduite. L’organisme devra aussi mettre en place des visites autonomes dans des lieux qui offraient jusqu’à maintenant des visites guidées.

M. Latourelle précise dans son message qu’aucune décision n’a été prise pour l’instant quant aux employés qui seront touchés par ces modifications.

Inquiétudes en Gaspésie

Un employé de l’Unité de gestion de Parcs Canada pour la Gaspésie, qui désire garder l’anonymat, raconte que le climat n’est pas à la fête au sein du personnel. Celui-ci explique que les employés ne savent toujours pas s'ils seront touchés et que cette situation suscite beaucoup d'inquiétude.

Le directeur de l’Agence, M. Latourelle, reconnaît que les employés de Parcs Canada sont préoccupés.

Cet article a été mis à jour le vendredi 27 avril à 9h30.

7 commentaires

André Blanchette a écrit le 30 avril 2012

Bonjour au service thecnique nous n'avont pas écoper moi rien en toute la même runn et bien content mais symphatise beaucoup avec ceux qui ont perdue leur emploie et eux qui ont perdu du temp de travail c triste a vivre vraiment car quand même somme une équipe et c 'est dure a vivre .

Jean-François Tapp a écrit le 30 avril 2012

L'histoire se répète!! Il faudra exiger que le fédéral cède ses parcs à la région s'il ne veut pas s'en occuper!

stephane chouinard a écrit le 29 avril 2012

bonne chance a nous le pire s en vient

André Blanchette a écrit le 28 avril 2012

Oui vraiment pas drole, après avoir enlever nos terres qui abondait de bois, que l'on peu appeler une richesse, maintenant nos jobs qui sont en jeux, moi je fait partie d'un de ceux la je saurai ca juste lundi , vraiment pas drole après 30 année a forillon quel nouvelles a attendre pas facile et de plus nos ages aussi moi j'ai 52 ans,ce n'était le bu du Parc quand Monsieur Trudeau est venue ici au Cap Des Rosiers au Phare annoncer ce parc pour 100 ans et peut être manquer de monde pour combler les postes de travail donc nous en somme loingt,et rendue asser bas Merci

Daniel Côté a écrit le 28 avril 2012

Comme c'est devenu monnaie courante, les premières victimes des coupures sont les régions, particulièrement la nôtre... Que ce soit Hydro-Québec, Services Canada et maintenant Parcs Canada, les coupures et la centralisation se font continuellement à nos dépens...

Steve Pronovost a écrit le 27 avril 2012

Les pertes d'emploi sont plus qu'imminentes!Tous les employés du parc national Forillon et du lieu historique national de la Bataille-de-la-Ristigouche seront fixés sur leur sort lundi le 30 avril prochain. Je suis l'un de ceux-là! Tour à tour nous allons passer à l'abattoir. Les plus chanceux vont s'en tirer, les autres vont servir de monnaie d'échange contre des pièces de F-35. Les coûts économiques et sociaux des compressions budgétaires dans les différents ministères fédéraux basés à Gaspé se feront certainement sentir au cours des prochains mois et des prochaines années. C'est sans compter la diminution des services à la population. C'en est triste...

Lénie Lacasse a écrit le 27 avril 2012

Voilà une stratégie globale des Conservateurs qui ne devraient pas s'appliquer à Forillon. Les Gaspésiens font déjà les frais des mauvaises décisions du fédéral depuis des décennies. Couper 30 postes de fonctionnaires à Ottawa, ça ne fait pas si mal que ça, mais à Gaspé, c'est tout le contraire! Et n'oublions pas que nos parents et leurs parents ont déjà payé assez cher pour l'implantation du Parc national Forillon. Il ne faudrait pas ajouter l'insulte à l'injure en coupant des poste aux gens de CHEZ NOUS.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.