Développement économique et exportation

Parc éolien à la vue du lac York

Par Geneviève Gélinas, journaliste, graffici.ca
Une vingtaine de personnes ont participé à la séance d’information du BAPE à Murdochville.

Une vingtaine de personnes ont participé à la séance d’information du BAPE à Murdochville. Photo : Geneviève Gélinas

GASPÉ -- Une dizaine des 37 éoliennes du parc du Mont-Rothery, près de Murdochville, seront visibles du Centre de plein air du lac York, a indiqué le promoteur lors de la séance d’information du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) mardi soir.

Développement EDF EN Canada a détaillé les impacts du projet de 74 mégawatts devant une vingtaine de personnes à Murdochville. Les éoliennes seront érigées à cinq kilomètres de la ville, sur les crêtes à l’est du lac York.

Le Centre de plein air compte 90 emplacements de camping et 10 chalets. Le lac York, apprécié des pêcheurs, constitue l’un des éléments de la relance touristique de la ville. L’éolienne la plus proche sera à environ 800 mètres de chalets situés sur la rive est du lac. Les campeurs, pique-niqueurs et pêcheurs installés sur la rive ouest verront clairement quatre éoliennes et six autres plus lointaines.

« C’est sûr que ce ne sera plus comme avant. Les éoliennes vont être proches, dit Marc Lemieux, un citoyen de Murdochville. Mais on est un milieu industriel, on est habitués de voir toutes sortes de choses », ajoute-t-il.

« Ça ne déguise pas l’esthétique du lac York. Je ne pense pas que ça porte préjudice au tourisme », a dit la mairesse de Murdochville, Délisca Ritchie Roussy, jointe après la séance d’information.

Chasseurs incommodés

Ce sont plutôt des chasseurs d’orignaux qui ont manifesté leur inquiétude. « C’est notre coin de chasse, a dit Daniel Lemieux, de Gaspé. Il y aura un accès grand public avec les nouveaux chemins. Ça va déranger le cheptel et ce sera une autoroute ouverte au braconnage. […] C’est du développement, c’est sûr, mais ça dérange un loisir historique. »

L’orignal s’adapte bien aux changements dans son environnement, a rétorqué le promoteur. EDF envisage de cesser les travaux pendant la semaine de chasse à la carabine, mais ne s’y est pas engagé formellement.

Le bruit des éoliennes, entendu des chalets du lac York, variera entre 30 et 35 décibels, ce qui correspond au bruit ambiant du milieu naturel, calcule EDF.

Une seule éolienne en Haute-Gaspésie

Par ailleurs, EDF n’a pas l’intention de déménager des éoliennes pour satisfaire la MRC de la Haute-Gaspésie. « Ce qu’on présente, c’est ce qu’on souhaite construire, dit Sébastien Goupil-Dumont, d’EDF. C’est juste la technique qui parle. On ne prévoit pas de changement majeur. »

La Haute-Gaspésie aura une seule éolienne sur son territoire, et donc 5000 $ de redevances par an. La Côte-de-Gaspé inclura les 36 autres, pour 180 000 $ de redevances annuelles, dont 75 % ira à la Ville de Murdochville et 25 % à la MRC.EDF souhaite déboiser 108 hectares de forêt dès l’automne 2014. Le chantier de construction démarrerait au printemps suivant, pour une mise en service le 1er décembre 2015. Le projet est estimé à 175 millions de dollars. Il créera 150 emplois pendant la construction et cinq pendant l’exploitation. Les citoyens et les organismes ont jusqu’au 27 décembre pour demander des audiences publiques du BAPE.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.