Développement économique et exportation

Parc éolien de New Richmond : les travaux battent leur plein

Par Antoine Rivard-Déziel, journaliste, graffici.ca
Le parc éolien de New Richmond, Saint-Alphonse et Caplan commencera à produire de l’électricité au mois de décembre prochain.

Le parc éolien de New Richmond, Saint-Alphonse et Caplan commencera à produire de l’électricité au mois de décembre prochain. Photo : Antoine Rivard-Déziel

La construction des 33 éoliennes du parc éolien de New Richmond, Saint-Alphonse et Caplan, dans la Baie-des-Chaleurs, va bon train.  

Le projet de TransAlta, qui nécessite un investissement de 205 millions de dollars, mobilise quelque 200 travailleurs, dont la plupart résident entre Nouvelle et Paspébiac.

Les 33 éoliennes, d’une puissance totale de 68 mégawatts (MW), auront la capacité d’alimenter 10 000 foyers.

Malgré un léger retard, dû principalement à des bris mécaniques et des conditions météorologiques parfois difficiles, les travaux avancent rondement. La compagnie est actuellement à l’étape de l’installation des éoliennes et, jusqu’à présent, six sont  assemblées.

Le coordonnateur de projet, Simon Bélanger, soutient que TransAlta devrait être en mesure de fournir de l’électricité à Hydro-Québec dans les délais prévus, soit à partir du mois de décembre. «La construction du parc ne sera pas complètement terminée, mais une bonne majorité des éoliennes seront en service, explique-t-il. Mais certains travaux déborderont probablement l’hiver prochain.»

Les éoliennes, qui ont individuellement une capacité de 2 MW pour la plupart, mesurent 139 mètres, en incluant les pâles. Elles sont constituées de 18 sections circulaires de béton qui proviennent de l’usine d'Enercon à Matane et de deux sections d’acier qui proviennent de l’usine Delta à New Richmond. Les nacelles et les pâles proviennent d'Allemagne et sont arrivées par bateau au port de Matane.

Trois municipalités

Environ le deux tiers du parc éolien est situé sur des terres privées. La balance est située sur le territoire de trois municipalités. Pas moins de 18 éoliennes sont construites sur le territoire de New Richmond, 14 sur celui de Saint-Alphonse et une dans les limites de Caplan.

Les redevances versées à ces trois municipalités s’élèvent à 2000 dollars par MW, soit environ 4000 dollars par éolienne pour les 20 prochaines années. Sur une base annuelle, ce montant représente environ 72 000 dollars pour New Richmond, 56 000 dollars pour Saint-Alphonse et 4000 dollars pour Caplan.

Le maire de Saint-Alphonse, Gérard Porlier, qualifie cette redevance «d’assez satisfaisante», mentionnant du même souffle que ce montant représente environ 5% du budget de la petite municipalité de 764 âmes. «Ce n’est pas négligeable, dit-il. Ces montants nous permettront d’investir dans des projets socioéconomiques, récréatifs et de loisir.»

La douzaine de propriétaires qui accueillent des éoliennes sur leur terre recevront quant à eux 3000 dollars par MW, soit 6000 dollars par éolienne. 

À lire aussi

Nouvelle ligne électrique pour le parc éolien de New Richmond

1 commentaire

Bilbo a écrit le 4 octobre 2012

Junex et Petrolia, c'est n'importe quoi sauf innovant. Et c'est un peu drôle d'entendre un reproche sur la fermeture d'une centrale nucléaire dans la même phrase qu'une requête pour la promotion du solaire et de l'éolien...

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.