Développement économique et exportation

Pales d'éolienne : tout est en place pour le transport par rail

Par Nelson Sergerie, journaliste, graffici.ca
Des pales d'éolienne pourraient être transportées par rail à compter de l'automne.

Des pales d'éolienne pourraient être transportées par rail à compter de l'automne. Photo : Nelson Sergerie

Le transport de pales d'éolienne sur rail pourrait devenir réalité rapidement, alors qu'il ne reste que le test ultime à effectuer : faire circuler l'imposante structure dans le tunnel ferroviaire dans le secteur de Port-Daniel-Gascons.

Une démonstration s'est tenue lundi lors du sixième colloque de l'industrie éolienne québécoise, qui se tient cette semaine à Carleton-sur-Mer. Les quelque 280 participants ont pu voir une pale de 45 mètres sur un wagon de la Société de chemin de fer de la Gaspésie, modifié pour tenir compte de la longueur et de la courbe de la pièce.
 
«C'est unique au Canada, dit le directeur du TechnoCentre éolien, Frédéric Côté. Ça fait longtemps qu'on en parle du transport de pale par rail et là, on est dans le concret.»
 
Le test ultime se tiendra la semaine prochaine dans le tunnel de Port-Daniel-Gascons. «Selon les calculs d'ingénieurs, sur papier, ça passe. La semaine prochaine, ils vont passer dans le tunnel et la démonstration sera faite. On est confiant», souligne avec optimiste M. Côté.

Le tunnel ferroviaire de Port-Daniel-Gascons fait 193 mètres de long par 73 mètres de haut. Il a été construit de 1905 à 1907.

C'est à l'automne que le transport de pale par train devrait s'amorcer. Ce nouveau moyen de transport pour l'entreprise LM Wind Power de Gaspé permettrait de réduire considérablement les coûts, alors que les pièces sont actuellement transportées par camion.

Par ailleurs, les participants souhaitent que le 4e appel d'offres des 700 mégawatts soit lancé rapidement. Le premier ministre Jean Charest avait indiqué lors de son passage à Gaspé ce printemps que cela serait annoncé «très prochainement», mais l'annonce se fait toujours attendre.
 
La stratégie énergétique du Québec prévoit l'installation de 4 000 mégawatts d'énergie éolienne d'ici 2015. Depuis 1998, il y a 3 300 mégawatts sous contrat. «Ce qu'on souhaite, c'est que le bloc restant soit remis aux enchères pour que les entreprises puissent soumissionner. C'est important pour que la filière manufacturière puisse poursuivre ses activités au-delà de 2015», indique M. Côté.

Pour plus d'information sur l'industrie éolienne en Gaspésie, lisez ou relisez le dossier de Geneviève Gélinas intitulé «Les dollars éoliens : pour qui ?» en cliquant ici.

 

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.