Politique, Affaires municipales et développement régional, Développement économique et exportation

Pacte fiscal : Jean D'Amour estime que les Gaspésiens seront fiers d'avoir fait leur part

Par Johanne Fournier, journaliste, graffici.ca
Avec l'adoption du pacte fiscal transitoire, le ministre Jean D'Amour croit que les Gaspésiens seront fiers d'avoir fait leur part pour l'atteinte du déficit zéro.

Avec l'adoption du pacte fiscal transitoire, le ministre Jean D'Amour croit que les Gaspésiens seront fiers d'avoir fait leur part pour l'atteinte du déficit zéro. Photo : Johanne Fournier

SAINTE-ANNE-DES-MONTS – Le ministre responsable de la Gaspésie estime que le pacte fiscal transitoire adopté mercredi sera bénéfique pour la Gaspésie. Selon Jean D'Amour, les gens seront fiers d'avoir fait leur part.

« On va passer à travers et quand on va avoir atteint ensemble l'équilibre financier, on va être fiers de ça et de dire que, comme Québécois, on a su se retrousser les manches et faire la différence à des moments importants, croit le ministre. On se redonne, au nom de nos enfants, une santé financière. »

Rationalisation

Pour M. D'Amour, la rationalisation imposée aux municipalités n'est pas tellement importantes. « C'est, en moyenne, 1,2 % de leur budget municipal, indique-t-il. Donnons l'exemple de quelqu'un qui gagne 40 000 dollars par année. Ce serait 480 dollars. Est-ce que cette personne est capable de vivre avec 480 dollars de moins? La réponse, je pense que c'est oui. Dans bon nombre de municipalités, il y a des surplus. »

Aux maires de la Gaspésie qui sont en colère contre le nouveau pacte fiscal, le ministre D'Amour, qui est lui-même un ancien maire, les invite à prendre connaissance de l'entente. « Le problème, c'est que les gens ont commenté une entente qu'ils n'avaient pas lue », interprète-t-il. Du même souffle, il ajoute qu'il a eu l'occasion de parler à des maires et des préfets qui lui ont affirmé vouloir faire leur bout de chemin. « Les gens reçoivent très bien le message », dit-il.

Jean D'Amour souligne qu'il ne faut pas seulement s'attarder aux compressions dans le monde municipal. Il mentionne les transferts prévus pour 2015 de 3,2 milliards de dollars. « Au Canada, le Québec est probablement le gouvernement qui supporte le mieux ses municipalités », croit-il.

Abolition des CLD et des CRÉ

À ceux qui déplorent la perte d'expertises que possédaient les centres locaux de développement (CLD) et les conférences régionales des élus (CRÉ) qui ont été abolis par le nouveau pacte fiscal, le ministre responsable de la Gaspésie croit que les gens qui possédaient des expertises particulières au sein de ces organisations pourront continuer à oeuvrer dans leur territoire respectif. « Le modèle d'organisation va changer et les conditions vont peut-être changer un peu, explique M. D'Amour. Mais si ces personnes veulent continuer à bâtir la Gaspésie avec nous, il y a de la place! Le fonds local d'investissement et l'argent lié au développement demeure à 100 %. Il n'y a pas de coupure de budget pour les entrepreneurs. Nous, on coupe la structure. »

« Je regarde l'augmentation des dépenses dans les CLD au cours des dernières années, d'une moyenne de 5,7 % par année, poursuit-il. Donc, il y a peut-être de la place pour des rationalisations qui vont permettre aux régions de connaître le même niveau de développement et qui va donner une poignée encore plus concrète aux MRC. »

Il soutient également que la concertation du monde municipal pourra très bien continuer à se faire sans l'outil que représentaient les CRÉ qui, le rappelle-t-il, avaient été initiées par la ministre Nathalie Normandeau sous le gouvernement libéral de Jean Charest. « La concertation, ce n'est pas obligé de coûter des millions pour que ça fonctionne, justifie-t-il. Pour manger de la tarte aux pommes, il faut que les pommes tombent du pommier! »

19 commentaires

Maitre DOSSOU a écrit le 19 mai 2017

RETOUR AFFECTIF RAPIDE DE L'ÊTRE AIME Les blessures d'amour font très mal si bien qu'on arrive pas souvent à oublier. Alors en amour, il vaut mieux prévenir que guérir. mais comme le malheur ne prévient pas,voici quelques solutions du puissant Maitre Marabout DOSSOU pour vous aider à retrouver votre sourire en cas de problèmes d'amour,retour d'affection,attirance et autres... les rituels d'amour et de retour d'affection du maitre marabout DOSSOU * Retour de l' être aimé * Rapprochement affectif * Magie rouge, Magie blanche, Magie noire pour l'amour * Jeter un sort pour le retour de l'amour perdu * Médium Marabout, rencontrer l'amour * Mage spécialiste de l'amour * Envoutement, desenvoutement d'amour * Retour d'affection rapide et sans délais * Rituel pour faire regretter quelqu'un suite à un acte posé ou dispute NB:les rituels d'amour et de retour d'affection du maître marabout DOSSOU peuvent être fait à distance ou par déplacement CONTACT MAITRE DOSSOU E-mail personnel : dahvaudounon@live.fr Tel ou whatsapp : +229 68 60 11 72 Site web: www.medium-voyant-retour-affectif.com

Maitre DOSSOU a écrit le 19 mai 2017

RETOUR AFFECTIF RAPIDE DE L'ÊTRE AIME Les blessures d'amour font très mal si bien qu'on arrive pas souvent à oublier. Alors en amour, il vaut mieux prévenir que guérir. mais comme le malheur ne prévient pas,voici quelques solutions du puissant Maitre Marabout DOSSOU pour vous aider à retrouver votre sourire en cas de problèmes d'amour,retour d'affection,attirance et autres... les rituels d'amour et de retour d'affection du maitre marabout DOSSOU * Retour de l' être aimé * Rapprochement affectif * Magie rouge, Magie blanche, Magie noire pour l'amour * Jeter un sort pour le retour de l'amour perdu * Médium Marabout, rencontrer l'amour * Mage spécialiste de l'amour * Envoutement, desenvoutement d'amour * Retour d'affection rapide et sans délais * Rituel pour faire regretter quelqu'un suite à un acte posé ou dispute NB:les rituels d'amour et de retour d'affection du maître marabout DOSSOU peuvent être fait à distance ou par déplacement CONTACT MAITRE DOSSOU E-mail personnel : dahvaudounon@live.fr Tel ou whatsapp : +229 68 60 11 72 Site web: www.medium-voyant-retour-affectif.com

Maitre DOSSOU a écrit le 19 mai 2017

RETOUR AFFECTIF RAPIDE DE L'ÊTRE AIME Les blessures d'amour font très mal si bien qu'on arrive pas souvent à oublier. Alors en amour, il vaut mieux prévenir que guérir. mais comme le malheur ne prévient pas,voici quelques solutions du puissant Maitre Marabout DOSSOU pour vous aider à retrouver votre sourire en cas de problèmes d'amour,retour d'affection,attirance et autres... les rituels d'amour et de retour d'affection du maitre marabout DOSSOU * Retour de l' être aimé * Rapprochement affectif * Magie rouge, Magie blanche, Magie noire pour l'amour * Jeter un sort pour le retour de l'amour perdu * Médium Marabout, rencontrer l'amour * Mage spécialiste de l'amour * Envoutement, desenvoutement d'amour * Retour d'affection rapide et sans délais * Rituel pour faire regretter quelqu'un suite à un acte posé ou dispute NB:les rituels d'amour et de retour d'affection du maître marabout DOSSOU peuvent être fait à distance ou par déplacement CONTACT MAITRE DOSSOU E-mail personnel : dahvaudounon@live.fr Tel ou whatsapp : +229 68 60 11 72 Site web: www.medium-voyant-retour-affectif.com

Jessie Thériault a écrit le 12 novembre 2014

@Johanne Fugère...en connaissez-vous beaucoup des CLD/CJE syndiqués??? En connaissez-vous beaucoup des jeunes entrepreneurs, des organismes, des OBNL, des entreprises capables de se payer des plans d'affaires, des plans de restructuration, de financement, au coût réel? L'avantage des CLD et autres était leur accessibilité.

Johanne Fugère a écrit le 11 novembre 2014

Voici une suggestion pour ne pas perdre l’expertise des professionnels travaillant dans les CRÉ et les CLD. Ils, elles pourraient se créer une entreprise de consultant en démarrage d’entreprise (mentorat, plan d’affaires, accompagnement …) Au départ, si vous avez besoin de financement sûrement que vos syndicats seront la pour vous appuyer, si besoin est. Par la suite, comme toute entreprise rentable vous pourrez facilement subvenir à vos besoins (tarification de vos services).

Marc-André St-Pierre a écrit le 11 novembre 2014

Intéressant de lire des personnes qui sortent les petits détails que nous oublions parfois, comme le fait Dany Brown. Et quel commentaire époustouflant de Michel L. Fréchette. J'ai bien ri en vous lisant M. Fréchette d'autant que c'est bien écrit. Ça en prend de l'humour actuellement!

Denis Pineau a écrit le 11 novembre 2014

dire que c'est les gens du BSL qui ont votés pour lui... facile à dire quand on est pas concernés par toutes ces mesures, avec le salaire et les primes qui vous sont versés, Monsieur Damours, ayez donc un peu de respect envers la population que vous êtes sensé représenter... je ne crois pas que les gens ont voté pour ça ils s'attendent plus à avoir quelqu'un qui va les représenter au lieu de quelqu'un qui comme un roseau penche du côté du vent.

Gilles Thibodeau a écrit le 10 novembre 2014

Bonsoir. Maintenant la parole est à vous Mme, St- Onge et M. Arsenault , il est temps de justifier votre rémunération en ce temps d'austérité décrété par votre gouvernement . Gilles Thibodeau Pabos.

Michel L. Fréchette a écrit le 10 novembre 2014

Un ministre de l’éducation inculte qui proclame que personne ne va mourir de ne pas avoir de livres dans nos écoles tout en inspirant nos humoristes par le nombre impressionnant de gaffes à l’heure, un ministre de la santé qui a pigé dans le plat de bonbons à pleines mains et qui, tout en ayant le physique de l’emploi, nous prescrit l’anorexie du cerveau, un premier ministre qui s’écrase en renonçant au français dans des instances à l’étranger en nous donnant des motifs gonflés à l’hélium et qui favorise un nouveau plan Mort et le pétrole alors que les entreprises d’extraction doivent compter sur l’argent des citoyens pour continuer à payer de dividendes à leurs actionnaires tout en faisant avaler de travers des côtes levées à des chinois, voilà une belle affaire. On est maintenant contaminés au BCB et gouvernés à coup de ballons d’essai. Certains commencent à dire qu’ils n’avaient pas voté pour cela. Tiens-tiens. Et si on parlait des vraies affaires comme disait l’autre, il n’y a pas si longtemps. Ou encore, on a les 2 mains sur le volant en lisant un poème d’Amour qui nous propose que d’être pauvre et malade maintenant, c’est nécessaire pour devenir riche et en bonne santé demain. Non mais, il faut avoir l’audace d’un bœuf maigre comme disait nos anciens pour prétendre convaincre avec un tel argument. Quoiqu’il faille cependant admettre que dans certaines nos villes qui surfacturent leurs services en abusant de la démocratie et de l’apathie citoyenne et qui confondent pouvoir et gouvernance, on a de l’espace de l’immensité d’un CHUM pour instaurer des mesures de saine gestion en évitant que le citoyen propriétaire soit encore abusé et déclare une fraude sur sa carte de crédit de contribuable. Finalement, comme dans les commissions scolaires, c’est toujours les propriétaires qui assurent la solvabilité du système alors que tous en profitent. Mais bientôt le citron de la fiscalité sera tellement pressé qu’il sera « a-maire ». On a tellement étiré l’élastique à souhait avec les frais administratifs et de fonctionnement des CLD et des CRÉ tout en regardant le rendement réel qu’il fut aisé de trouver la faille par laquelle on a fracturé ces édifices. On peut être sincèrement navrés pour les jeunes qui ont tout donné dans de nombreux dossiers et qui seront sacrifiés en bout de course. Il aurait été anormal que les bénéficiaires et les acteurs de première ligne ne s’époumonent pas à surestimer la valeur peu ajoutée de ces organismes du fait qu’ils sont en première ligne de distribution et se sentent largués ou visés par une remise à l’ordre des modes de fonctionnement. C’est aussi vrai que dans nos régions, les acquis sont sécurisants et que la culture du changement n’a pas la même popularité que la chasse ou la pêche. C’est d’ailleurs pour cela qu’à chaque fois qu’on bouge une roche dans le mur, tout semble vouloir s’écrouler tant la solidité des convictions est fragile. Si seulement nos 3 médecins du pouvoir (les BCB) pouvaient donner l’ombre d’une apparence d’un exemple de probité. Cela les aiderait certainement à vaincre un certain cynisme populaire, à se draper d’une crédibilité d’élus et à endiguer le tsunami de la grogne générale qui se profile sur ce paysage de destruction massive. Peut-être que les autres qui ont fait leur nid près du soleil seraient plus inspirés à distiller autre chose que des âneries de service et à servir de portevoix du type « pour rejoindre le département du bien commun, composez le zéro absolu ». Rendez-vous au printemps rouge et en attendant, mangeons notre biscuit sec.

Dany Brown a écrit le 10 novembre 2014

On est pas à la veille d'atteindre le déficit zéro, avec un Ministre qui sait pas compter. Celui qui gagne 40 000$ il lui en reste à peine 28 000, lorsqu'il a payé ses impôts, sa taxe santé, sa contribution assurance médicament, les hausses des tarifs d'électricité pour subventionner des multinationales de l'aluminium, plus la tvq, à 9.975% sur tout ses achats, et en 2015, il a déjà absorber une taxe scolaire et prochainement l'augmentation des ses taxes municipales, Quand tu es un ministre, avec ton salaire, tes primes, ton fond de pension, ta prime de transition, 480,00$ se sont des peanuts, mais pas pour le citoyen de la classe moyenne, Alors, mon Jean, baisse ton revenu à 40 000$ par année, et refait tes calculs on s'en reparlera!!

Stephane montmagny a écrit le 10 novembre 2014

Ce serait plus facile de se retrousser les manches si le gouvernement donnait l'exemple en coupant dans leurs primes de départ et leur salaires faramineux jumelés à des bonis!

Michel Bonneau a écrit le 10 novembre 2014

Le problème n'est pas ce que d'Amour a dit, c'est son arrogance pour le dire ,

Gaetan Essiambre a écrit le 10 novembre 2014

Quelle arrogance! Se retrousser les manches!?!! Qu'il aille dire ça aux corporations de se retrousser les manches! Genre: ¨On doit abolir vos exemptions d'impôts¨, et ¨on va monter le taux d'imposition de 1%¨. Y'a pas que le bon peuple qui doit faire sa part. Libéraux de mes deux, à plat ventre devant le milieu des affaires et de la finance. Depuis 58 ans que je suis sur la terre, toujours la même histoire: Money-money pour les amis des paradis fiscaux. Honte à ce ministre qui ne mérite pas ce titre. Ses propos sonnent comme le discours d'un curé en 1930. ¨On va passer au travers¨. Faisons voeux de pauvreté, à genoux devant les cravates, à flatter la main qui nous nourrit dans laquelle on ne doit pas cracher. Hé ho! Y'a pas que le bon peuple qui doit faire sa part. MOBILISATION.

Bilbo Cyr a écrit le 10 novembre 2014

...Pour manger de la tarte aux pommes, il faut que les pommes tombent du pommier... Il y a d'autre façon de récolter les pommes que de couper le tronc à 6 pouces du sol. La fierté des gaspésiens sera dans cette solidarité qui semble vouloir refaire surface dans l'adversité. Quant à "faire sa part", les évasions fiscales rapporteraient plus, si on s'y attaquait, que le fait de brader notre levier de développement pour le prix du fer. Ce ministre est une caricature.

Gaston Langlais a écrit le 10 novembre 2014

Bonjour, Je suis d'accord avec les changements de structure afin d'augmenter la productivité, la performance, la compétence. Mais il est du ressort des gouvernements supérieurs en particulier celui du Québec de maintenir un traitement équitable pour la Gaspésie. Le titre de cet article me fait penser au ministre de la défense nationale qui s'adressant à la mère d'un jeune soldat disparu lui dit " Madame soyez fière votre fils a donné sa vie pour son Pays". C'est facile de trouver des formules lorsque l'on est pas concerné. Gaston Langlais - Gaspé.

Madeleine Tremblay a écrit le 10 novembre 2014

Effronté et arrogant de dire ça...Quand on perd des leviers de développements économiques en Gaspésie .

Marc-André St-Pierre a écrit le 10 novembre 2014

J'ajoute que si le PLQ aime le saccage, ne rien faire n'est pas mieux. Quel parti peut se vanter d'aider la Gaspésie, particulièrement sa partie Nord?

Marc-André St-Pierre a écrit le 10 novembre 2014

Fiers de quoi? Je ne souffre pas du syndrôme de Stockolm, M. le ministre irresponsable de la Gaspésie qui a déjà dit qu'il faudrait fermer tout ce qui est à l'est de Rivière-du-Loup (je sais, je la radote souvent celle-là). /// Au fait, on a souvent l'impression que les libéraux sont dynamiques et tournés vers les affaires et le développement. Or, qui était au pouvoir à l'époque de Mirabel (plus belles terres agricoles du Québec), Parc Forillon (un des plus village de la Gaspésie) et maintenant la Gaspésie complète qu'on s'apprête à démolir? D'amour n'a aucune crédibilité pour représenter la Gaspésie. Ce parti saccage tout ce qui ne lui profite pas.

Marie-Eve a écrit le 10 novembre 2014

Monsieur le ministre RESPONSABLE de la GASPÉSIE, je crois que vous êtes réellement tomber dans les pommes. Il est grand temps de vous réveiller !

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.