Politique

Ottawa abandonne la protection des cours d’eau, selon Toone

Par Antoine Rivard-Déziel, journaliste, graffici.ca
De gauche à droite : le directeur du Conseil de l’eau Gaspésie sud, Michel Chouinard, le député de la Gaspésie-les-Îles, Philip Toone, et le conseiller Listuguj, Wendell Metallic, lors de leur point de presse à Carleton-sur-Mer.

De gauche à droite : le directeur du Conseil de l’eau Gaspésie sud, Michel Chouinard, le député de la Gaspésie-les-Îles, Philip Toone, et le conseiller Listuguj, Wendell Metallic, lors de leur point de presse à Carleton-sur-Mer. Photo : Antoine Rivard-Déziel

Le député néo-démocrate de la Gaspésie-les-Îles, Philip Toone, accuse le gouvernement fédéral d’abandonner la protection des lacs et des rivières du Canada.

Le projet de loi C-45, que s’apprête à adopter le gouvernement conservateur, prévoit d’importantes modifications à la Loi sur la protection des eaux navigables.

Vieille de 125 ans, cette loi assure une protection à des milliers de cours d’eau au Canada en obligeant les personnes ou les entreprises à obtenir un permis de Transports Canada pour construire, par exemple des barrages, des quais et des ponts, sur les cours d’eau.

Si le projet de loi est adopté tel quel, seuls 97 lacs, les océans et une soixantaine de rivières et de fleuves bénéficieront de cette protection. En Gaspésie, aucun cours d’eau ne sera soumis à la nouvelle loi, qui portera dorénavant le nom de Loi sur la protection de la navigation.

Accompagné du directeur du Conseil de l’eau Gaspésie sud, Michel Chouinard et du conseiller à Listuguj, Wendell Metallic, le député fédéral a vivement dénoncé ses modifications lors d’un point de presse tenu jeudi à Carleton-sur-Mer. 

M. Toone n’est pas contre une mise à jour de la loi, mais craint que les nouvelles dispositions menacent de «façon très sérieuse» l’environnement des lacs et des rivières du pays.

«Chaque fois qu’il y avait un projet de construction sur les eaux navigables, le fédéral devait s’assurer qu’il ne nuise pas à la navigation et à l’environnement. Maintenant, seuls les critères en lien avec la navigation seront considérés. C’est très inquiétant», a déclaré M. Toone, qui soupçonne le gouvernement de vouloir modifier la loi pour faciliter le développement des oléoducs au Canada.

Pas de consultation

Le directeur du Conseil de l’eau Gaspésie sud, Michel Chouinard, s’explique mal pourquoi le gouvernement fédéral n’a pas consulté les organismes directement concernés par les cours d’eau.

«Ce projet de loi pourrait avoir un impact direct sur leur pratique. En Gaspésie, il y a près de 200 lacs, une vingtaine de rivières à saumon et plus de 25 000 kilomètres de cours d’eau», a-t-il souligné pour illustrer l’importance des cours d’eau dans l’économie régionale. 

«Si un promoteur arrive avec un projet sur un cours d’eau, les citoyens ne pourront plus s’appuyer sur la loi pour contester des pratiques qu’ils soupçonnent être dommageables pour l’environnement», se désole-t-il.

Le projet de loi devrait être adopté avant la fin de la présente session parlementaire. D’ici là, M. Toone invite les organismes gestionnaires de cours d’eau, comme les ZEC, à faire valoir leur mécontentement au gouvernement.

7 commentaires

Bilbo a écrit le 19 novembre 2012

Ce projet de loi fait passer les bateaux avant tout ce qui vit en dessous, et les intérêts collusifs des pétrolifiques avant le gros bon sens des populations locales.

Albert Picard a écrit le 19 novembre 2012

Pour votre information , il y a le journaliste Éric Desrosiers qui écrit dans son journal ce matin en citant Jean Charest qui à l’Assemblée nationale, le 17 février 2010, qualifiait Francoeur d' «’exceptionnel ». Toujours selon Desrosiers, Charest avait dit de lui qu’il était : « probablement le premier journaliste québécois spécialisé dans le dossier de l’environnement et, je dirais, un des seuls au Canada, peut-être un des rares… pas peut-être… un des rares journalistes dans le monde à connaître aussi bien les enjeux d’environnement et de développement durable ». Donc si le bon whig Toone s'inquiète, les gens qui se cachent derrière des masques de faux loyalistes (exemple: M. Pelletier) seront ravis de la nomination de Francoeur.

Gaston Poirier a écrit le 18 novembre 2012

M. Pelletier, si vous voulez mon opinion sur le sujet de fond, la voici. Je crois que la gestion des cours d'eau intérieurs devrait relever du gouvernement du Québec, qui devrait avoir la pleine juridiction sur toutes ses ressources naturelles, incluant les cours d'eau, même celles portant le nom de "voies navigables" en vertu de la loi actuelle. Certaines de ces "voies navigables" n'en sont pas vraiment (à moins qu'on inclue la navigation en canot comme de la navigaiton au sens de la loi!)... Dans mon livre à moi (comme dirait Stan!), nos belles rivières à saumon gaspésiennes devraient être entièrement sous l'égide du Québec.

Gaston Poirier a écrit le 17 novembre 2012

Martin Pelletier : Arrêtez de m'accuser de suivre qui que ce soit! Je suis un libre penseur avec une ligne assez modérée! Je ne sombre pas dans le spectaculaire, ni dans votre penchant fortement droitiste, ni dans le penchant fortement gauchiste de gens à qui vous m'accollez. Aussi, ce serait plaisant que vos commentaires aient des liens avec les textes qu'ils visent...! Vous pouvez aussi accuser Graffici.ca de diffuser les nouvelles qu'ils veulent : ils ne feront jamais de pire tri de nouvelles que la gang à Desmarais ou la gang à Péladeau! Sun News diffuse-t-il tout ce qui bouge?? Aussi, rappelez-vous que Graffici a un mandat régional et qu'il diffuse de l'info régionale : ce n'est pas une antenne d'un média national qui doit répéter les nouvelles nationales, mais un diffuseur régional indépendant. C'est ce qui le rend intéressant! Si vous souhaitez commenter les nouvelles nationales, vous pouvez aller le faire sur radio-canada.ca ou ailleurs si ça vous chante! Bon, là, vous allez dire que je défend Graffici et que je m'y accolle... alors que je ne fais que dire une vérité qui ne vous a jamais sauté aux yeux! En tout cas, vous avez l'accusation facile et la paranoïa solide!

Gaston Poirier a écrit le 17 novembre 2012

Martin Pelletier : Arrêtez de m'accuser de suivre qui que ce soit! Je suis un libre penseur avec une ligne assez modérée! Je ne sombre pas dans le spectaculaire, ni dans votre penchant fortement droitiste, ni dans le penchant fortement gauchiste de gens à qui vous m'accollez. Aussi, ce serait plaisant que vos commentaires aient des liens avec les textes qu'ils visent...! Vous pouvez aussi accuser Graffici.ca de diffuser les nouvelles qu'ils veulent : ils ne feront jamais de pire tri de nouvelles que la gang à Desmarais ou la gang à Péladeau! Sun News diffuse-t-il tout ce qui bouge?? Aussi, rappelez-vous que Graffici a un mandat régional et qu'il diffuse de l'info régionale : ce n'est pas une antenne d'un média national qui doit répéter les nouvelles nationales, mais un diffuseur régional indépendant. C'est ce qui le rend intéressant! Si vous souhaitez commenter les nouvelles nationales, vous pouvez aller le faire sur radio-canada.ca ou ailleurs si ça vous chante! Bon, là, vous allez dire que je défend Graffici et que je m'y accolle... alors que je ne fais que dire une vérité qui ne vous a jamais sauté aux yeux! En tout cas, vous avez l'accusation facile et la paranoïa solide!

Joseph Leblanc a écrit le 17 novembre 2012

Pourriez vous demandé au député Thoone de faire une recherche a Ottawa sur l'augmentation de la circulation dans le golfe ST-Laurent de pétroliers non pas chargés de brut mais de produit raffinés ( Essences jet fuel,diesel,et autre produits ) depuis la transformation de la raffinerie Shell a Montréal en terminal de produits raffinés.Le saviez vous ? Tant qu'a attendre le téléphone

Joseph Leblanc a écrit le 17 novembre 2012

Martin Pelletier ils se tiennent tranquilles sur le bord du téléphone a ce demandé pourquoi il m'a pas appelé le ministre Breton pour le BAPE je suis meilleur moi que Francoeur et Baril Ou peut-être pour la job a Francoeur au Devoooooooir C'est pour ça qu'on les voient pas lolll .

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.