Transport

Orléans Express veut s’ajuster à la baisse de la clientèle

Par Nelson Sergerie, journaliste, graffici.ca
Orléans Express forme un groupe de travail afin de revoir ses liaisons interurbaines.

Orléans Express forme un groupe de travail afin de revoir ses liaisons interurbaines. Photo : Nelson Sergerie

GASPÉ – Le transporteur de passagers par autocar Orléans Express vient de former un groupe de travail qui doit revoir l’ensemble de ses circuits à travers le Québec afin de faire face à la diminution constante du nombre de passagers.

Ce groupe a été formé la semaine dernière par le transporteur et est formé du directeur des opérations et la directrice de la planification de l’entreprise. Son objectif : relancer les circuits interurbains.

« C’est un peu difficile quand on regarde l’ensemble de l’industrie. Il y a plein de régions où les routes sont menacées : la Gaspésie, le Saguenay-Lac-Saint-Jean, en Abitibi-Témiscamingue. Le nombre de passagers n’est pas en croissance », précise le vice-président au développement des affaires, marketing et communications de Keolis Canada, Marc-André Varin.

Orléans Express a analysé des données de fréquentation de la Gaspésie la semaine dernière, mais M. Varin souligne qu’il ne faut pas tirer de conclusion à court terme.

Toutefois, le groupe de travail doit produire un rapport d’ici la fin du mois : « Il faut que ça se passe assez rapidement. On doit statuer en septembre pour effectuer les ajustements en novembre en raison de la convention collective des chauffeurs d’autobus », souligne M. Varin.

Concurrence féroce

Le transporteur doit faire face à une concurrence de plus en plus féroce, particulièrement entre Montréal et Québec où la multiplication des services de covoiturage fait diminuer sa clientèle.

De plus, un promoteur s’adresse à la Commission des transports du Québec afin de briser le monopole d’Orléans sur le circuit d’autocar le plus achalandé dans la province. Les profits générés par l’entreprise sur cette liaison permet de financer les routes moins ou pas rentable ailleurs en province.

Keolis Canada, la maison-mère d’Orléans Express, a cessé ses opérations dans les provinces Maritimes, en novembre 2012, alors que l’entreprise, qui opérait sous le nom d’Acadian, aurait perdu 12 millions de dollars entre 2004 et 2012, selon le président et chef de la direction, Denis Andlauer.

8 commentaires

Jean-Francois Samuel a écrit le 12 septembre 2013

@Julie Un allez-retour Québec-Montréal est à 98$ Donc l'allez retour Québec Gaspé en proportion du kilometrage est moins cher. Pour ce qui est du train et de l'avion c'est une question de densité de population et de densité d'industrie pour que ces moyens de tranport puissent être rentable.

Julie a écrit le 9 septembre 2013

J'ajouterais que c'est pas pour rien que les Gaspésiens s'en aillent vivre ailleurs. Pas d'autobus, d'avion ou de train à prix abordable, ça aide pas les jeunes à rester ou à revenir. Avec les dettes d'études, les enfants, les aléas de la vie, pas facile de s'acheter un char. Y a des Gaspésiens qui n'en veulent pas de jeunes chez eux, ça fait trop de bruit, ils sont trop en vie.

Julie a écrit le 9 septembre 2013

Que de discours rétrogrades sur cette nouvelle... Y en a qui sont contents de bientôt payer 2$ le litre d'essence, on dirait! Je gage qu'ils paient leurs gros chars sur 7 ans, pour donner plus d'intérêt à leur banque chérie. On est en 2013, ça fait des décennies qu'on nous promet les voitures électriques et la technologie est plus qu'à point (voir le documentaire Qui a tué la voiture électrique (Who killed the electric car, sur Youtube), mais Big Petrol et Big Car couchent ensemble. Non, le pétrole, le gaz et le charbon ne sont pas de notre temps. Ils sont encore aussi présents parce que des lobbyistes ont plus de poids que les citoyens auprès des gouvernements. Le pétrole devrait être réservé pour les choses essentielles (plastiques spécialisés en médecine et en technologies, etc.), pas pour fabriquer des bébelles de Dollarama ou pour faire virer nos chars.

paul padupe a écrit le 8 septembre 2013

Mon petit Joseph Lebanc, tu est une génération en avance sur ton temps, tu est un visionnaire en ce qui concerne l'écologie, mais il faut vivre notre époque bien à nous présentement, soit la combustion fossile, le gaz, le pétrole et le charbon, ne va pas trop vite cette époque va venir un jour !!!

Joseph Leblanc a écrit le 8 septembre 2013

Bonne chose il va juste rester a éliminer les camions et les autos comme ça on va pouvoir ce promener en charrette.C'est beaucoup plus écolos n'est-ce pas................

paul padupe a écrit le 8 septembre 2013

Moi je pense de plus en plus que les Gaspésiens veulent de plus en plus le confort de leur voiture, ils n'en veulent pas d'autobus.

Dany Blais a écrit le 7 septembre 2013

En Amérique, on roule en char.

jean-francois samuel a écrit le 6 septembre 2013

Si même l'autobus est menacée en Gaspésie il y a une sérieuse réflexion à avoir dans le milieu sur les transports collectifs. À 190$ Québec-Gaspé pour un allez-retour c'est pas si cher pour quelqu'un qui n'a pas de voiture.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.