Politique, Développement économique et exportation

Orbite : Québec aidera l'entreprise pour son usine de Cap-Chat

Par Nelson Sergerie, journaliste, graffici.ca
La ministre déléguée à la Politique industrielle et à la Banque de développement économique du Québec, Élaine Zakaïb.

La ministre déléguée à la Politique industrielle et à la Banque de développement économique du Québec, Élaine Zakaïb. Photo : Nelson Sergerie

GASPÉ – Québec participera au projet de financement des dépassements des coûts de l’usine d’Orbite Aluminae de Cap-Chat qui doit trouver 31 millions dollars afin de compléter la construction du nouveau bâtiment et compléter l’achat d’équipement.

Lors de son passage à Gaspé, vendredi dernier, la ministre déléguée à la Politique industrielle et à la Banque de développement économique du Québec, Élaine Zakaïb, avait cette bonne nouvelle : « On a déjà confirmé à l’entreprise notre participation dans un projet de financement du dépassement de coût ».

Mais l’entreprise doit compléter ses devoirs : « Il faut que l’ensemble des partenaires financiers mettent leur argent également. Je pense que l’entreprise est à chercher d’autres partenaires pour compléter le financement », dit Mme Zakaïb.

Toutefois, la ministre n’a pas voulu dévoiler à quelle hauteur sera la participation de Québec, elle qui comprend l’importance de ce projet créateur d’emplois en Haute-Gaspésie.

Origine du problème

Selon le préfet de la Haute-Gaspésie, Allen Cormier, l'augmentation en flèche des coûts de construction de la nouvelle usine de Cap-Chat a ébranlé financièrement l'entreprise. La facture est passée de 45 millions $, puis ensuite de 80 millions $, pour se fixer actuellement à 106 millions $.

Pour finaliser la construction du nouveau bâtiment et compléter l'achat de l'équipement nécessaire, Orbite devra trouver 31 millions de dollars.

Actuellement, l’usine cap-chatienne tourne au ralenti.

30 commentaires

Bilbo Cyr a écrit le 16 septembre 2013

Les répercussions sont faramineuses...

Serge Frégeau a écrit le 10 septembre 2013

L'espoir, on en vit, on en meurt. Qu'ils s'exécutent donc, au lieu de tourner autour du pot. Orbite a une technologie extraordinaire, qui change radicalement les choses. Le Québec est un pays d'aluminium et, avec Orbite, d'aluminium propre, avec des ressources d'argile alumineuse incroyables. Il y a eu des difficultés de parcours, c'est tout. Les répercussions sont faramineuses, et la Gaspésie vient de trouver une source extraordinaire de développement .

paul padupe a écrit le 9 septembre 2013

Encore gouré juju, le prospectus y dit pas ça

Julie a écrit le 9 septembre 2013

paul padupe, on a pas gardé les cochons ensemble, lâchez-moi le tutoiement. C'est vous qui êtes mal informés, lisez leur prospectus. Ah, vous savez pas c'est quoi un prospectus... Je m'en doutais.

paul padupe a écrit le 8 septembre 2013

Julie, tu t'est gouré, Orbite ne fait pas ça comme activité. Et cesse de donné des leçon à Nelson Sergerie, il s'est tout simplement trompé, ça peut arriver non !!!

Julie a écrit le 7 septembre 2013

Quand des gens s'adressent personnellement à ceux qui commentent en les tutoyant et les traitant de picpic, de manipulateurs, on devrait aussi les radier. C'est de bas étage, on n'accepte pas ça sur les autres sites de journaux ou de nouvelles. Orbite va probablement faire des ravages dans l'arrière-cour de Grande-Vallée, mais ce projet n'est pas leur priorité. Orbite a mis au point un procédé qui permet de nettoyer les boues de forage et les eaux contaminées aux métaux lourds et aux hydrocarbures. Comme les minières, principalement enregistrées au Canada en raison de notre laxisme en matière de protection environnementale, sont opposées à payer la décontamination de leurs sites, ce que les gouvernements les obligeraient à faire si le procédé d'Orbite s'avérait utilisable à grande échelle, ils ont fricoté avec les grands investisseurs (les banques) pour surnégocier le titre et le faire plonger. Voilà pourquoi Orbite a des problèmes. Il y a aussi l'hypothèse que si Orbite devait faire faillite, le brevet de leur procédé serait vendu au plus offrant, et ce serait une multinationale du pétrole ou du gaz qui empocherait. Journalistes, renseignez-vous, appelez les courtiers des grandes banques, ils vous le diront.

John leblanc a écrit le 6 septembre 2013

M. Pas dupe on peux discuter tout en étant respecteux des autres moi vous être un pauvre type

paul padupe a écrit le 6 septembre 2013

Faite vous en pas mon Johny Leblanc, vos vœux seront exaucé ce matin, quand M. Trépanier va arriver au bureau, il va tout faire disparaître pour pas que vous ayez à débattre. Il va me radier et vous n'entendrai plus parlé de M. Padupe. Pourquoi discuter quand ça peut être plus facile, non

John leblanc a écrit le 6 septembre 2013

Padupe wow quel nichon vous attendez quoi pour le barré des commentaires stupide et padupe je n'en ai pas trouvé avec ce nom de famille donc nous sommes pa dupe

paul padupe a écrit le 6 septembre 2013

Bonne observation M. Simon Bujold, vous avez tout à fait raison, Benoît Trépanier directeur de la publication en fait un cas personnel de Martin Pelletier. Comme vous dites, ce n'est pas parce que M. Pelletier a des idées différentes de nos blogueurs qu'il doit être radié à vie de notre site de clavardage préféré. Après tout, ce sont à ces même bloggeurs de salon a défendre leur idées si génial, non ????

Simon Bujold a écrit le 5 septembre 2013

Il me semble dans ce cas-ci que Padupe ça rime avec Pelletier...

Simon Bujold a écrit le 5 septembre 2013

Il me semble dans ce cas-ci que Padupe ça rime avec Pelletier...

paul padupe a écrit le 5 septembre 2013

Si vous pourriez vous dévoile M.Picpic. Nous verrons bien quand le dossier sera sur le bureau du syndic s'il y a personne d'intéresser, pas sur.............

paul padupe a écrit le 5 septembre 2013

Vous avez beau culbuter tant que vous voulez picpic. Votre chum sergerie c'est tous simple goure avec son texte il n'y a pas une cenne public encore.

Albert Picard a écrit le 5 septembre 2013

Ce n'était pas volontaire m. Padupe. Mais j'en profite pour vous signaler 2 choses que vous n'arrivez pas à voir (les larmes dans vos yeux sans doute). 1) ce communiqué date de fin 2012, soit bien avant la dernière assemblée générale de 2013 qui fait état des dépassements incontrôlés des coûts de construction de l'usine ( maintenant prévus à 108M$). Alors ces 25M de dollars en débentures convertibles sont loin de suffire. 2) et la vous ne serez pas content de l'apprendre, les 25M$ recueillis serve à monétiser immédiatement des crédits d'impôts sur les investissement à venir. Ça du financement privé? On n'est dupe, m. Padupe.

paul padupe a écrit le 5 septembre 2013

Maintenant, doit'on compter ce que le haut Richelieu tire de ce que les petits investisseurs on laissé sur la table, non mais si l'on veut faire du nombrilisme............!!!

paul padupe a écrit le 5 septembre 2013

Voilà vu que tu oublie volontairement d'indiquer des informations, manipulateur. http://www.orbitealuminae.com/fr/salle-de-presse/communiques-de-presse/orbite-complete-un-placement-prive-de-debentures-convertibles-de-25-millions/

Albert Picard a écrit le 5 septembre 2013

ORBITE n’a pas tiré de produits ni de flux de trésorerie importants de ses activités. Jusqu’à présent, son financement provient essentiellement de l’émission de titres de capitaux propres et de TITRES D'EMPRUNT, dont 2 millions provenant du gouv. Il n'y a pas doute, m. Padupe. Voici mes sources m. Padupe: A) communique de presse du Gouvernement du Québec: http://www.economie.gouv.qc.ca/pages-regionales/gaspesie-iles-de-la-madeleine/nos-communiques/details-nos-communiques/?tx_ttnews%5Btt_news%5D=7328&cHash=a0512f75a2095e4b41de3295f96588f6; B) communiqué de presse provenant d'Orbite : http://www.orbitealuminae.com/fr/salle-de-presse/communiques-de-presse/orbite-annonce-ses-resultats-du-deuxieme-trimestre-de-2013/. Ce ne sont pas les larmes dans le regard qui permettront de voir clair et ce ne sont pas les 3 000 actions (au cours actuel un gros investissement de 1 320$) du préfet de la Haute-Gaspésie qui financeront les 108 millions$ que coûtera au final l'usine HPA de Cap-chat. Puis, il faudra calculer bien d'autres coûts...

paul padupe a écrit le 5 septembre 2013

Picard aucun fond n'a été aloué encore par le supposé ministère de l'innovation, seulement des petits actionnaires supporte ce fameux 2 millions et le reste ce sont des pécatilles, fait nous pas brailler.......... Moi je pense que Sergerie a sorti ça d'une boîte de cracker jacks sa news................

Albert Picard a écrit le 5 septembre 2013

Vous devrez encore présenter des excuses, cette fois-ci pour le bâclage de vos commentaires. Voici une petite correction m. Padupe (comme dans pas dupe). L'ex-ministre Yves Bolduc annonçait en juin 2012 que le gouvernement accordait A) 2 millions de dollars provenant du ministère du Développement économique, de l’Innovation et de l’Exportation; B) 150 000 $ provenant du Fonds d’intervention stratégique régional; C) 50 000 $ pour la réalisation de l’étude de faisabilité de cette nouvelle usine. Je vous laisse deviner d'où provient cette information. Un indice : de votre journal en ligne préféré. Dans vos recherches, peut-être découvrirez-vous où sont allé les 50 000 douilles pour l'étude de faisabilité...

paul padupe a écrit le 4 septembre 2013

En fait je crois que je ne suis pas le seul qui trouve que ce Benoit Trépanier cherche des poux, il est clair qu'ils n'ont rien a faire d'autre que de la petite gestion, qu'il organise dont son site comme du monde s'ils veulent des exigence plus clair.

Éric Morin a écrit le 4 septembre 2013

Bonjour M. le directeur. Si au lieu d'écrire paul padupe, j'écris Éric Morin ou Justin Roy ou Fanny Deschamps, est-ce que vous allez me demander de donner mon vrai nom ou me croire sur parole?

paul padupe a écrit le 4 septembre 2013

J'accepte vos excuse M. Trépanier, l'erreur est humaine !!!!

Benoit Trépanier, Directeur GRAFFICI a écrit le 4 septembre 2013

Bonjour M. Padupe, Est-ce que padupe est vraiment votre nom ou un pseudonyme ? Si c'est u pseudonyme, merci de vous identifier correctement avec votre vrai nom. Si c'est réellement votre nom, mes excuses. Merci.

paul padupe a écrit le 4 septembre 2013

Moi aussi Denis, je suis entièrement d'accord avec toi, il s'agit d'un projet immense, mais qui nécessite énormément de capital avant d'en voir les fruits, espérons au moins que maintenant des partenaires vont s'y greffer.........

Denis a écrit le 4 septembre 2013

Je me réjouie de cette nouvelle. ORBIT est une compagnie à fort potentiel et deviendra avec un peu d'aide une fierté Québécoise. Ça me rassure que le gouvernement le réalise aussi et donne un coup de pouce.

paul padupe a écrit le 4 septembre 2013

Je m'excuse, mais pour le moment il n'y a pas encore aucun montant d'investit dans Orbite de la part du Gouvernement, car il n'y a pas encore aucun partenaire prêt a mettre une cenne à part des petits investisseurs. C'est pas parce que Nelson a trouvé ça je ne sais ou ? que les choses ont changé..... la cie est encore au bord de la faillite plus que jamais......

Benoit Trépanier, Directeur GRAFFICI a écrit le 4 septembre 2013

Bonjour M. Padupe, Est-ce que padupe est vraiment votre nom ou un pseudonyme ? Si c'est u pseudonyme, merci de vous identifier correctement avec votre vrai nom. Si c'est réellement votre nom, mes excuses. Merci.

paul padupe a écrit le 4 septembre 2013

oooo

Bilbo Cyr a écrit le 4 septembre 2013

Pas de Bape à Port-Daniel. Pas de Bape à Cap-Chat. Et dans les deux cas, c'est l'argent public qui est utilisé pour permettre au privé de s'enrichir. Est-ce qu'un fast track pour industries lourdes est le nouveau modèle préconisé pour développer la Gaspésie?

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.