Développement économique et exportation

Orbite espère toujours obtenir le financement pour relancer la construction de son usine

Par Johanne Fournier, journaliste, graffici.ca
Les travaux visant à finaliser la construction de l'usine de Cap-Chat ne pourront être complétés que si Orbite Aluminae réussit à conclure une entente de partenariat financier.

Les travaux visant à finaliser la construction de l'usine de Cap-Chat ne pourront être complétés que si Orbite Aluminae réussit à conclure une entente de partenariat financier. Photo : Johanne Fournier

CAP-CHAT – Selon la direction d'Orbite Aluminae, les pourparlers visant à conclure une entente de partenariat financier avancent rondement. Celle-ci est conditionnelle à la poursuite des travaux de construction de son usine de Cap-Chat.

De l'avis du chef de l'exploitation de la minière, les négociations sont encourageantes auprès de certains partenaires, dont principalement le gouvernement du Québec.

« Je n'ai pas le droit de commenter les activités de financement, mais nos démarches vont bien », fait savoir Glenn Kelly. Alors qu'elle avait estimé les coûts de finalisation de la construction de son bâtiment et de l'achat d'équipement à 31 millions de dollars, Orbite a révisé ses prévisions budgétaires à la baisse. Elles se chiffrent maintenant à 28,3 millions de dollars, ce qui portera l'estimation globale à 102 millions de dollars, dont 16 millions seront consacrés au matériel et à l'équipement, y compris le calcinateur.

Faible production

La production de l'usine de la Haute-Gaspésie a repris ce mois-ci, mais elle tourne au ralenti. Pour le moment, elle ne produit que des échantillons commerciaux destinés aux éventuels clients, s'inscrivant ainsi dans la poursuite de son programme d'homologation des produits. De façon intermittente, 50 kg d'alumine de haute pureté sortent de l'usine, ce qui est bien loin de l'objectif de trois tonnes par jour. Si l'entreprise réussit à trouver le financement nécessaire à la finalisation de son usine, elle estime qu'elle pourra atteindre son objectif en ayant recours à l'expertise de firmes d'ingénierie et de gestion de projet qu'elle a sélectionnées.

Elle envisage même, pour l'an prochain, procéder à une analyse technique visant à porter sa capacité de production à cinq tonnes par jour, à la condition, encore une fois, de disposer des capitaux nécessaires. Si l'analyse s'avérait concluante, Orbite prévoit débuter la production de ces cinq tonnes par jour en 2015. Parallèlement, elle ajouterait une unité d'extraction de scandium et de gallium.

Le rythme réduit de production est dû, selon la minière, à un problème d'équipement relatif à la calcination et non à un problème de procédé. Orbite étudie actuellement la conception d'un calcinateur réalisée par l'un de ses fournisseurs et de certaines technologies qui s'y rattachent. Lorsqu'elle aura réussi à trouver les sommes d'argent manquantes, elle pourra procéder à la commande de cet équipement, dont le délai de livraison est de sept mois.

Selon le chef de l'exploitation, une vingtaine d'employés oeuvrent à la production. « Une fois qu'on complétera les travaux pour finaliser l'usine, ça risque d'augmenter, anticipe-t-il. On prévoit environ 40 employés à l'exploitation. »

La compagnie avait suspendu ses activités en août et en septembre afin de finaliser l'installation des systèmes utilitaires de l'usine, dont ceux de production de vapeur et d'air ainsi que de traitement d'eaux usées.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.