Nouvelle coupure chez Pêches et Océans : Philip Toone indigné

Par ,
La fermeture du Conseil pour la conservation des ressources halieutiques aura de sérieuses répercussions pour l’industrie des pêches en Gaspésie selon le député Philip Toone.

La fermeture du Conseil pour la conservation des ressources halieutiques aura de sérieuses répercussions pour l’industrie des pêches en Gaspésie selon le député Philip Toone. Photo : Philippe Daoust

Le député de la Gaspésie-les-Îles-de-la-Madeleine, Philip Toone, est indigné par les coupures de Pêches et Océans Canada dans le budget de fonctionnement du Conseil pour la conservation des ressources halieutiques (CCRH).

La coupure, de l’ordre d’un million $, annonce inévitablement la fermeture du CCRH. Situé à Ottawa, le CCRH réunit des scientifiques et des experts de l’industrie des pêches qui conseillent le ministère des Pêches et Océans à propos de mesures de conservation des ressources.

Selon M. Toone, le gouvernement Harper fait fausse route en pensant que cette coupure n’aura aucune répercussion sur l’industrie de la pêche en Gaspésie.

«Le CCRH est un outil précieux qui permet d’avoir l’heure juste sur l’inventaire des stocks de poissons dans la mer, dit-il. C’est  une fausse économie de couper un million $ si on se retrouve à pêcher jusqu’à épuisement des stocks.»

Erreurs du passé

Le député gaspésien estime également que cette décision du gouvernement fédéral pourrait représenter un retour en arrière pour l’industrie des pêches. «Est-ce qu’on va refaire ce qu’on faisait dans les années 90 quand nous allions pêcher à l’aveugle?», se questionne-t-il.

M. Toone ajoute que cette coupure est le début d’une vague de compressions se chiffrant à près de 57 millions $ prévues pour le ministère des Pêches et Océans. «Les Canadiens comptent sur Pêches et Océans pour prendre des décisions basées sur la science, a déclaré le député à la Chambre des communes. Sans oublier les plus grands connaisseurs : les pêcheurs eux-mêmes. Comment est-ce que le gouvernement peut gérer les pêches sans l’avis d’experts? A-t-il carrément abandonné?»

Créé en 1993, le CCRH avait comme principal mandat d’appliquer une approche plus globale à la conservation et à la gestion des ressources halieutiques et d’offrir une meilleure connaissance des écosystèmes de l’habitat du poisson.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.