Politique, Développement économique et exportation

De nouveaux projets éoliens avec des impacts pour la Gaspésie

Par La rédaction, graffici.ca
Le premier ministre, Jean-Charest, ce midi à Gaspé.

Le premier ministre, Jean-Charest, ce midi à Gaspé. Photo : La rédaction

Le premier ministre Jean-Charest poursuit sa tournée gaspésienne et confirme la commande de 700 nouveaux mégawatts d'énergie éolienne à produire au Québec. Une initiative qui devrait avoir une incidence sur l'emploi dans le domaine en Gaspésie.

Après Paspébiac hier, c'était au tour de Gaspé d'entendre les annonces pré-électorales du clan Charest. Devant un regroupement important d'élus, de citoyens et d'acteurs de l'éolien, le premier ministre, Jean Charest, flanqué de ses deux députés gaspésiens, Damien Arsenault et Georges Mamelonet, annonçait l'installation de 700 nouveaux mégawatts d'énergie éolienne au Québec.

Deux appels d'offres seront lancés cet automne, l'un de 450 MW et l'autre de 250 MW issu de projets de communautés autochtones. Comme dans les appels d'offres précédents, le gouvernement demandera aux promoteurs de dépenser 30 % du coût des éoliennes en Gaspésie et dans la MRC de Matane et 60 % du coût total au Québec.

«Concrètement, cette annonce assure une certaine pérennité aux carnets de commandes des manufacturiers. Et les 700 MW vont nous amener de l'eau au moulin. J'estime qu'au mieux les premières pales issues de cette annonce vont tourner en 2015», explique Frédéric Côté, le directeur du Technocentre éolien.

«C'est une excellente nouvelle. Le défi repose maintenant sur les industriels de l'éolien et les promoteurs qui auront à développer des projets qui soient performants et payants», ajoute le maire de Gaspé, François Roussy.

La filière éolienne contribue à la création de 3000 emplois au Québec dont près de 1000 emplois en Gaspésie et dans la MRC de Matane.

 

5 commentaires

Albert Picard a écrit le 26 juillet 2012

Oui, je vois bien le nœud du problème. Québec Solidaire favoriserais d'abord les mesures visant la réduction de la consommation par plus d'efficacité énergétique qui créeraient autant de nouveaux emplois,: par exemple des maisons nouvelles qui répondent à la norme LEED. Par ailleurs j'aimerais bien connaître la marge de profit qu'obtient Transalta sur les parcs éoliens de la Gaspésie. Si c'était à nous, cette marge ferait diminuer le prix de revient du 0,11$/kW qu'Hydro-Québec paie, me semble-t-il.

Francois Bouchard a écrit le 25 juillet 2012

Au sujet de la nationalisation de l'énergie éolienne suggérée par Québec Solidaire. Avec un prix d'achat moyen de 11 cents/Kwh et un prix de re-vente moyen de 6,2 cents/Kwh, je me demande quel est l'intérêt de nationaliser ces éléphants blancs. En fait, l'énergie éolienne produite au Québec engendrera des pertes de près de 2,5 milliard de dollars pour la prochaine décennie seulement.. Les contribuables subventionnent sans s'en rendre compte ces moulins à vent...

Albert Picard a écrit le 23 juillet 2012

L'eolien, c'est bien. Il y a autre chose qui est également intéressant : les biogaz. Comme le recommande le Rapport de la Commission sur l'avenir de l'agriculture et de l'agroalimentaire québécois (la commission Pronovost), le gouvernement devrait favoriser la production de biogaz à partir, notamment, des rebuts agricoles, des lisiers et de la biomasse forestière en octroyant une aide financière à des regroupements de producteurs ou en leur achetant à long terme de l'électricité produite avec ces biogaz à des prix compatibles avec la rentabilité de tels équipement. On peut donc faire dans les deux : l'éolien et le biogaz, contribuant à la diversification et la consolidation de notre économie par des revenus supplémentaires aux producteurs agricoles ou aux coopératives forestières.

Albert Picard a écrit le 23 juillet 2012

Selon l'Institut économique de Montréal, qui s'est penché sur les données fournies par le ministère des Finances du Quebec dans son Plan budgétaire 2012-2013 (qui excluent la part de la dette fédérale qui revient au Québec, mais qui inclut la dette d'Hydro-Québec), la dette augmenterait de: 10,2 milliards $ par année, ou 28 millions $ par jour, ou 19 331 $ par minute, ou 322 $ par seconde. Plutôt que de pelleter de deficit vers le devant, il faudra bien un jour trouver de l'argent que nous avons en poche pour assurer la pérennité des emplois en région. La nationalisation de l'énergie éolienne, comme le suggère Québec Solidaire, est la voie la plus prometteuse.

Annette Bujold a écrit le 22 juillet 2012

Très belle photo du pêre Noël en vacances en compagnie de la préfète de Rocher Percé. Nous constatons qu'il n'avait rien dans son sac rouge pour notre MRC. Pour moi c'est un petit homme sans intéret pour notre région ....Il faut voir plus grand .

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.